Récupération de Donnèe
22.5 C
Nice
6 juin 2024

Ce qu’il faut retenir du Conseil Métropolitain

Ce début de semaine a été marqué par la tenue du Conseil métropolitain au Centre Universitaire Méditerranéen. Des délibérés sur la vie de l’institution, l’aménagement du territoire et l’urbanisme, la transition écologique et énergétique, la politique maritime et du littoral ainsi que le logement étaient à l’ordre du jour.

Pour commencer la séance, une nouvelle ville est sur le point de rejoindre la métropole. En effet, l’adhésion de Tourette-du-Château a été validée par le Conseil métropolitain, ce 25 septembre.

Augmenter l’offre des transports

La ligne nouvelle Provence Côte d’Azur, destinée à relier Marseille à Nice est annoncée comme le plus grand chantier du 21e siècle ferroviaire en France. Elle a pour but d’entraîner des améliorations considérables. 

Tout d’abord, augmenter l’offre ferroviaire. Au terme des deux premières phases, il y aura six TER par heure dans chaque sens de circulation. Aujourd’hui, trois trains et demi relient Cannes et Menton. La nouvelle gare de Nice à proximité de l’aéroport devrait devenir le pôle majeur de toute la région. 

Selon les projections, en 2030, 10 400 passagers devraient utiliser cette ligne chaque jour. Cela pourrait faire baisser le nombre de trajet en voiture (-7 000 véhicules par jour).

La ligne 4 du tram a vocation à devenir la première ligne intercommunale. Ce sera la première fois qu’une ligne de tramway sortira de Nice. Cette ligne, qui reliera Nice à Cagnes-sur-Mer en 18 stations, devrait être mise en service pour 2028. La ligne 5 qui devrait relier Nice à Drap devrait être finalisée en 2028, mais une première section pourrait être ouverte dès 2026. 

Deux élus ont montré leur opposition à ces mesures. Ils s’inquiètent du fait que le projet risque d’être soumis à un surcoût important dû à l’inflation et engendrer un retard dans la réalisation des travaux. La ligne nouvelle. Une proposition de bus articulé ou roulant à l’agrocarburant de troisième génération était préférable selon eux.

Le soutien financier pour la reconstruction des vallées tarde à venir

Trois ans après la Tempête Alex, la lenteur des procédures de reconstruction pour finaliser l’aménagement comme la zone d’activité à Touron à St Martin de Vésubie fait débat. Une procédure judiciaire s’ajoute, des expertises pour confirmer ou infirmer la qualité des ouvrages qui ont été payés et livrés par les contribuables.

La métropole a déjà réalisé des travaux pour un montant 210 millions d’euros dont 155 millions d’euros pour les routes et les ouvrages d’art. 17 millions d’euros ont été consacrés aux berges et aux cours d’eau et 30 millions d’euros à l’eau et l’assainissement. Depuis juin dernier, certains déclarent que la métropole n’aurait pas fait bon usage du “faible” soutien financier fait par l’État qui couvre seulement la TVA versé. 

Le président de la métropole a signé une affectation d’autorisation de programme de 80 000 euros, afin de permettre de reconstruire des ponts et la sécurisation du Vallon du Vernet. Une prolongation de situation d’urgence pour éviter tous ces blocages et relancer les travaux. 

Les énergies renouvelables au cœur du débat

La métropole s’est engagée dans l’élaboration d’un plan climat et énergie territoriale qui couvre la période de 2019 à 2025. Toutes ses actions s’inscrivent dans les principes étiquetés par la Cop 21 et par l’Accord de Paris.

Les objectifs sont multiples. La métropole s’engage à réduire d’un tiers ses émissions de gaz à effet de serre, par rapport à 2012. Il s’agit également de porter la part d’énergie renouvelable de la consommation du territoire à 26 % en 2030.

Cette accélération concerne l’ensemble des énergies renouvelables qui ont du potentiel sur le territoire. Par exemple, la production d’électricité photovoltaïque, la géothermie de nappe, le solaire thermique, le bois ou encore la biomasse. Le plan d’accélération est un plan qui s’inscrit dans la loi APER du 10 mars 2023. Elle permet et prévoit que des concertations publiques soient conduites à l’échelle de chaque commune. 

L’opposition souhaite occuper les zones anthropiques notamment pour l’énergie photovoltaïque.

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe