Récupération de Donnèe
18.9 C
Nice
14 juin 2024

Chantier du futur Hôtel des Polices de Nice, les gros travaux de déconstruction commencent

Ce lundi 3 avril signe le début des transformations majeures de l’ancien Hôpital Saint-Roch en un futur pôle de sécurité ultramoderne. Christian Estrosi s’est rendu sur place pour constater l’avancée du projet titanesque.

« Dans trois semaines, il n’y aura plus rien. » Sous une pluie de poussière, le maire de Nice est venu assister à la démolition du pignon du Bâtiment G, rue Dellile, partie non-historique de l’établissement. Pas touche non plus aux arbres :  » On ne touche à aucune plantation », a-t-il assuré. Sa visite était l’occasion de se féliciter du bon respect des échéances « à 24 heures près ». Pas de retard en vue, la livraison du projet par l’entreprise Vinci et ses sous-traitants est prévu pour le second trimestre 2025. Dès janvier, des opérations en intérieur ont débuté avec du « démantèlement, curetage, et désamiantage ». 

Christian Estrosi en a profité pour saluer les ouvriers à l’œuvre. Une soixantaine sont déjà en action. Au plus fort des travaux, ils seront 500. Sur un chantier d’une telle envergure, le maire précise que près de 80% des entreprises qui vont y intervenir sont locales. Le projet se veut être « créateur d’emplois » dans des secteurs particulièrement en crise. On compte actuellement trente emplois en insertion.

Un bâtiment connecté et intelligent

Le projet à 239 millions d’euros est financé par l’Etat à hauteur de 172 millions d’euros. Cette aide va permettre « d’être la première illustration dans notre pays d’un continuum de sécurité. Police nationale, police municipale vont pouvoir en coordination travailler dans un seul lieu avec un centre d’hypervision urbain« , se réjouit Christian Estrosi. Un centre qui promet de réunir toutes les dernières technologies en matière de sécurité civile et publique avec toutes sortes de capteurs interconnectés ( circulation, bruit, environnement, intempéries, pollution… ) et 4 000 caméras de vidéoprotection.

Fier de sa première police municipale de France, le premier magistrat ne néglige pas pour autant les machines : »Ce qui permet d’élucider, d’interpeller et de poursuivre devant les tribunaux, c’est l’intelligence artificielle, ce sont les images. Et une caméra bien placée qui identifie un crime ou un délit qui permet de neutraliser son auteur, ça fait le travail de dix à quinze policiers aussi. »

Projet de mutualisation inédit en France et en Europe

Le site s’étendra sur 50 000m2, de quoi réunir la police nationale et municipale et leurs nombreux services comme la Police judiciaire, l’IGPN, et le petit joyau de 3900m2 du futur Hôtel des Polices : le Centre d’hypervision urbain et de commandement (CHUC). Le site prendra une dimension métropolitaine avec l’intégration de l’Agence métropolitaine de sécurité sanitaire, environnementale et de gestion des risques (AMSSEGR). 2 000 policiers travailleront de pair dans ce bâtiment historique.

Christian Estrosi tiendra une réunion publique ce jeudi 13 avril, 18h, au Centre universitaire méditerranéen. Il présentera les futures phases du chantier et pourra répondre aux interrogations des associations de quartier et acteurs locaux.

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe