Récupération de Donnèe
12.9 C
Nice
28 février 2024

Qui se cache derrière les rubans jaunes à Nice ?

Derniers Articles

Depuis mardi, 40 membres du collectif «  7 octobre Côte d’Azur » ont enrubanné la ville de Nice. Des rubans jaunes dispersés un peu partout dans le centre ville niçois. L’objectif est d’œuvrer pour le retour des 136 otages détenus par le Hamas.

Suite à l’attaque terroriste du Hamas, le 7 octobre lors d’un festival de musique, un collectif d’ampleur national « 7 octobre » s’est créé. À Nice, trois amis, Catie-Anoune Lelouche, Hélène Achouche et Philippe Samak fondent le collectif « 7 octobre Côte d’Azur » dans l’optique de rappeler à tout le monde la mémoire des victimes et le sort des otages.

« Qu’on soit pro-palestinien ou pro-israélien, peu importe, il faut permettre le retour immédiat et sans conditions des otages. C’est l’idée qu’on veut porter. Ce qu’il se passe est immonde », confie Philippe Samak, son co-fondateur. Selon lui, la relâche des otages pourrait être un moyen de calmer le conflit.

Opération « ruban jaune » en ville

Lors de cette action commune, plusieurs monuments, symbolisant la ville de Nice, ont particulièrement été ciblés. L’idée était surtout de marquer les esprits. Le « I Love Nice », les chaises bleues, la colombe devant l’église Notre-Dame, le monument au mort ont notamment fait l’objet de rubans. « Nice est une ville déjà meurtrie par le terrorisme. Poser sur les symboles de Nice des rubans, c’est aussi rappeler que le terrorisme, ici ou ailleurs, c’est le même, ce sont les mêmes horreurs, les mêmes tueries, les mêmes massacres. »

En centre-ville, de nombreux feux, poteaux se sont également vus décoré de rubans jaunes. D’autres opérations « fleurs bleues » devraient de nouveau avoir lieu par la suite. Le collectif dit ne pas vouloir « d’agressivité, de manque de respect à n’importe quelle communauté, population ou idée« . L’objectif est de rappeler le besoin de ce retour et de cette souffrance des otages.

 » Bring them home now ! » (Ramenez les à la maison maintenant !). De nombreuses pancarte comme celle-ci sont visibles en centre-ville depuis mardi.

Mais pourquoi des rubans jaunes ?

Les rubans jaunes ont une certaine signification. Ils ont fait leur apparition il y a plus de 20 ans durant la guerre entre l’Irak et les Etats-Unis pour les otages américains. « Repris par le collectif Israélien, ces rubans sont aujourd’hui distribués et portés par les familles d’otages ou de gens qui œuvrent pour le retour des otages. L’idée est de rappeler l’urgente nécessité de les faire revenir », déclare Phillipe Samak.

Propagé à travers le monde, le mouvement a été suivi par quelques célébrités. Chris Froome avait notamment appelé à ce que tout les vélos portent un ruban jaune sur les vélos pour appeler au retour des otages.

Le collectif se dit également surpris vis à vis de la réaction de la population locale. Alors que le collectif s’attendait à éventuellement subir quelques agressions ou simples invectives, Philippe Samak dit avoir vu de la solidarité : « Certaines personnes nous ont proposé de nous aider, d’autres ont mis des rubans à notre place, le retour a été favorable. »

Pour soutenir ou participer au collectif niçois « 7 octobre Côte d’Azur », les candidatures seront à retrouver sur la page Facebook, collectif 7 octobre Côte d’Azur.

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages