Récupération de Donnèe
11.2 C
Nice
22 avril 2024

Les nouveaux supports de communication à l’assaut des JO

Derniers Articles

jo-sportel.jpg « Nous devons capter l’intérêt d’un plus large public », plus qu’en adage la phrase s’érige presque en nouvelle devise des Jeux Olympiques. Ce jeudi 17 octobre, Lord Sebastian Coe, Président du comité d’Organisation des JO de Londres 2012 et Gerhard Heiberg, membre du Comité Olympique, sont unanimes sur le sujet : pas question de privilégier une offre financière alléchante au détriment d’une large diffusion.

Le message est concis et s’adresse très clairement aux nouvelles entreprises de télécommunication désireuses d’acheter des droits exclusifs de retransmission. « Les diffuseurs traditionnels comme les chaînes gratuites de télévision restent nos partenaires privilégiés, parce qu’ils touchent plus de monde, » explique Gerhard Heiberg, « d’ailleurs, un contrat nous liant jusqu’en 2012 avec des annonceurs comme Coca Cola et Fuji par exemple nous empêche d’agir à l’encontre d’une large diffusion. »

Pourtant, les organisateurs des Jeux Olympiques ne comptent pas continuer l’aventure sans tenir compte de cette évolution technologique. « Pour les Jeux de Turin, explique Gary Zenkel, Président de NBC Universal Sport et Olympics, c’est plus de 10 millions de séquences vidéos qui ont été visionnées sur notre site soit 125 000 heures au total ». Alors, faire sans cet outil de communication porterait un coup dur à l’événement planétaire.

C’est donc pour cette raison que les organisateurs ont ouvert les droits de diffusion au marché de la téléphonie mobile comme aux fournisseurs d’accès à Internet. Mais très souvent aussi, les diffuseurs traditionnels sont partis à la conquête d’autres supports de communication et proposent leurs images sur Internet ou sur portable. D’autres encore se sont alliés aux FAI et opérateurs de téléphonie mobile et tirent, d’une situation concurrentielle à l’origine, un apport financier non négligeable.

Mais « le nombre d’Internautes ne cesse de croître, » rappelle Michaël Boukobza, Directeur général d’Iliad. Et tout le monde finira bien par regarder la télévision sur son ordinateur. Peut-être alors, le groupe France Télécom s’affranchira de son partenariat avec Canal + pour devenir un vrai concurrent et obtiendra la diffusion exclusive des Jeux. D’ailleurs, l’annonce d’un éventuel changement de certaines finales des jeux de Pekin pour permettre aux Américains de profiter au mieux de l’événement laissent croire que nous ne sommes pas tous sur un pied d’égalité face aux JO. En attendant, l’intervention du Directeur général senior de Fuji Television Network laisse réfléchir. Pourquoi ne pas s’inspirer des Télévisions Japonaises ayant choisi de créer un consortium pour la diffusion des images des JO et s’accordent sur la programmation grâce à un tirage au sort.

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages