Récupération de Donnèe
12.8 C
Nice
24 février 2024

Le Tramway de Nice est aux Niçois

Derniers Articles

tram_24_nov_043.jpgune.jpgLe Tramway transperce une toile où figurait une photo de son vieil ancêtre. Les confettis volent. Le tout en musique. Il est 11h. Le Tramway de Nice est inauguré. A cet instant, la capitale azuréenne a pris un nouveau visage. « Le Tram est à vous ». Rien à rajouter au slogan figurant sur la tribune officielle. « C’est le point de départ de la réappropriation par les Niçoises et les Niçois de tous les espaces publics enlevés depuis cinquante ans par la circulation. C’est le symbole d’une renaissance », complète Jacques Peyrat, Sénateur Maire de Nice et Président de la Communauté d’Agglomération Nice Côte d’Azur (CANCA). Dans son discours, il se vante d’avoir eu l’idée dès 1995 et son élection : « Il fallait du courage et insister. Qui ose gagne ! » Les superlatifs sont ensuite lâchés pour qualifier la journée par Patrick Allemand, vice président du conseil régional : « Grand jour », « tournant », « acte fondateur ». Christian Estrosi, président du Conseil Général des Alpes Maritimes se félicite d’être un acteur de cet événement à Nice : « Le cours de l’histoire a voulu que ce soit nous qui soyons sur cette estrade ».

Les discours des trois prétendants à la Mairie de Nice en 2008 auxquels on peut ajouter Patrick Mottard, présent au pied de la tribune et pour qui Jacques Peyrat a glissé un mot dan s son discours, n’étaient qu’une transition vers ce que les Niçoises et les Niçois attendaient : monter dans le tram. Dès 14h, ils se sont massés à l’intérieur des rames. Beaucoup ont décidé de faire tout le parcours. Les stations étaient noires de monde. Les animations prévues n’ont loin de là ont servi de salle d’embarquement pour patienter. Quelques bousculades à l’intérieur du « trambalan », quelques énervements mais très succincts par rapport à la curiosité de la plupart des premiers usagers… On analyse l’ouverture des portes. On s’étonne qu’on ne soit pas obligé de monter uniquement par l’avant. On compare l’agglutinement aux périodes de grèves à Paris remplissant le métro et RER. On s’amuse des messages de Ben inscrits sur les arrêts. Samedi 24 novembre était une journée découverte. Dans quelques mois, les étonnements se seront transformés en routine. Le Tramway sera rentré dans la vie quotidienne des Niçois.

Plus d’images chez nos confrères de France3 Méditerranée c’est ici


tram-defi-UMP.jpgpub.jpg

Jacques Peyrat : « Christian Estrosi s’est permis de me donner des conseils. C’est à moi de lui en donner ».

Les observateurs ont été attentifs aux discours, aux regards, aux gestes des trois postulants à la Mairie de Nice. Jacques Peyrat, Patrick Allemand et Christian Estrosi ont subtilement glissé des allusions. Ils ont évoqué l’avenir, parler de leur projet. Même un non candidat aurait pu le faire. On a surveillé la foule. On a vu des étudiants tenir une banderole de protestation. On a entendu le nom de Peyrat scandé et les applaudissements plus fournis précédant les premiers mots de Christian Estrosi. Un peu plus tard, Jacques Peyrat s’est rendu au centre de maintenance où un petit buffet était réservé à ses invités. Il a enchaîné les poignées de main. Les convives n’arrêtaient pas de le féliciter. C’est à cette occasion, une paire d’heure après l’inauguration officielle, que Jacques Peyrat a accepté de répondre aux questions de Nice-Premium.

NP : Aujourd’hui vous êtes un maire heureux. Que se passe-t-il à l’intérieur ?

Jacques Peyrat : C’est beaucoup plus fort à l’intérieur, un immense bonheur. Il y a 13 ans j’ai décidé tout seul. J’ai été abandonné par mes adjoints, mes conseillers municipaux. Les fonctionnaires eux m’ont suivi. Je me suis senti seul tout le temps jusqu’à ce que les ingénieurs et les architectes me rejoignent, qu’on trace une ligne, qu’on décide de l’endroit du dépôt.

NP : Il y a un sentiment de revanche ?

JP : Non. Aujourd’hui, le tramway roule. Alstom, que je suis allé chercher, a construit un bijou. Il apporte quelque chose à la ville. (Il reprend une phrase qu’un invité lui dit pour qualifier les travaux et le projet). Notez. Elle est très bien cette phrase : Ils savaient que c’était impossible, alors ils l’ont fait. C’était un pari insensé de faire tous ces travaux dans cette petite ville.

NP : Allez vous surveiller les Niçois empruntant le tramway lundi matin ?

JP : Je le fais déjà. Je viens de me rendre dans la salle de contrôle. Le tramway marche déjà très bien. Il est en surcharge.

NP : Pour finir, les trois orateurs lors des discours officiels sont candidats aux municipales niçoises. Est-ce que la campagne a pris le dessus sur l’inauguration ?

JP : Non, mis à part Monsieur Estrosi qui s’est permis de me donner des conseils… C’est à moi de lui en donner !

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages