Récupération de Donnèe
12.1 C
Nice
4 mars 2024

Les Alpes françaises pressenties pour accueillir les JO d’hiver 2030

Derniers Articles

Le Comité international olympique a décidé de poursuivre un dialogue ciblé et unique avec la candidature française, écartant celles de la Suisse et de la Suède. 

À la suite des très attendus JO de Paris en 2024, la France est en pôle position pour accueillir les JO d’hiver en 2030. En effet, le Comité international olympique a annoncé, ce mercredi 29 novembre, qu’il ne retenait qu’une seule candidature, celle des Alpes françaises… 

Les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur accueilleront des compétitions réparties en quatre pôles avec du biathlon en Haute-Savoie et des sports de glace à Nice (Alpes-Maritimes). La célèbre station de ski « Isola 2000 » organisera de son côté les épreuves de ski cross. 

« Sur le pôle Nice Côte d’azur, ce projet est énorme »

Philippe MANASSERO

Ce sont les mots de Philippe Manassero, président du Comité Départemental Olympique et Sportif 06 : « Tout d’abord félicitations à l’ensemble des équipes qui portent ce magnifique projet des jeux d’hiver dans les Alpes françaises en 2030. En 5 mois ils ont réussi un exploit de mettre cette candidature en dialogue ciblé par le CIO et restent candidat unique. C’est la première réussite de cette candidature. Sur le pôle Nice Côte d’Azur, ce projet est énorme, bien au-delà du côté sportif, mais sur l’aspect économique avec les compétitions de hockey sur glace et de patinage sans oublier la cérémonie de clôture qui attireront des milliers de supporters du monde entier sur Nice, le département et la région ».

La lutte contre le dérèglement climatique mise de côté ? 

L’annonce de l’organisation des JO d’hiver en 2030 dans les Alpes, et en partie dans les Alpes-Maritimes, n’a pas ravivé toutes les parties. Le « rassemblement Citoyen VIVA! » prône pour ainsi dire une démarche peu cohérente avec l’avenir du territoire maralpins :

« A l’heure de l’ouverture de la COP 28, tout le monde s’accorde à dire que la lutte contre le dérèglement climatique doit passer plus que jamais de la parole aux actes. Et dans cette période, il y a urgence à investir massivement pour lutter contre les conséquences du dérèglement climatique dans notre département. Au lieu de cela, les JO 2030 vont vampiriser ces investissements pour les 10-20 prochaines années. Les contraintes imposées par le Comité International Olympique, sur les sites, entraînent des investissements peu cohérents avec l’avenir de notre territoire, quand dans le même temps, notre ville souffre d’un manque crucial d’équipements sportifs de proximité », s’exclame VIVA! dans un communiqué publié dans la journée.

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages