Récupération de Donnèe
24.5 C
Nice
13 juillet 2024

JO 2030 : les élus des Hautes-Alpes en soutien de la candidature

Derniers Articles

Une centaine d’élus des Hautes-Alpes ont apporté leur soutien à la candidature française pour l’organisation des JO d’hiver de 2030. 

Alors que les JO de Paris 2024 se profilent, la France pense déjà à l’après. Et ça pourrait bien se passer en région PACA. Depuis le début d’année dernière, Renaud Muselier en a fait son cheval de bataille. D’abord en concurrence avec l’Auvergne Rhône Alpes, les deux régions ont finalement décidé de s’allier. Au mois de mai dernier, Guy Drut soutenait déjà cette idée d’alliance au Figaro : “Si la demande est faite seulement par les Alpes du Sud, cela ne marchera pas. Il faut une candidature réunissant les Alpes du Sud et les Alpes du Nord. Si on y parvient, on a une petite chance de les obtenir.”

Une délégation s’est récemment rendue à Lausanne afin de rencontrer le président du Comité International Olympique (CIO), Thomas Bach. “On a pu présenter au président Bach notre vision, a confié David Lappartient (CNOSF) dans les colonnes de L’Equipe. Il a senti notre détermination à porter cette candidature avec le soutien de l’Etat, et du président de la République qui nous a donné son accord, il a vu que l’on jouait collectif et que chez nous, les garanties de succès étaient là.” 

Un coup de boost pour la région 

Au-delà de l’aspect sportif, les 123 signataires considèrent que l’événement représente “une véritable chance de changer le destin de nos communes et de notre bassin de vie. Les Jeux, c’est l’opportunité de donner un second souffle à nos infrastructures, à notre aménagement, à nos hébergements touristiques et permanents, à notre accessibilité.”
Un soutien de poids pour le président de la Région Sud Renaud Muselier dont le projet olympique avait pris un tournant cet été. Initialement prévu pour 2034 ou 2038, le désir olympique de l’élu s’était brutalement accéléré. Pourtant si l’on en croit David Lappartient, les choses sont loin d’être gravées dans le marbre. “Ce que l’on peut voir sur leur site, c’est qu’ils sont candidats pour 2030, 2034 et 2038. Ils n’ont pas arrêté une année alors que nous, nous avons ciblé 2030.”   

Rien n’est encore bien acté puisqu’il reste à préciser le cadre géographique d’organisation des épreuves dès la mi-octobre. Le tout en vue d’une audition devant la Commission du Futur Hôte du CIO au mois de novembre. 

Une concurrence féroce 

Si beaucoup de concurrents semblent vouloir se désister comme le Japon et les Etats-Unis (Salt Lake City se réoriente pour 2034), la voie n’est pas libre pour autant. Premier adversaire et non des moindres, la Suède. Candidate malheureuse face à Milan-Cortina pour les JO de 2026, les Suédois semblent déterminés à réussir en 2030. Fort de son expérience, la nation-phare du ski nordique aurait même déjà une longueur d’avance avec un dossier centré sur Stockholm et Åre. Autre rival, la Suisse, dispose d’un projet sur l’ensemble de son territoire mais peu aboutit.
Rendez-vous début novembre pour y voir un peu plus clair. Le CIO devrait rendre sa décision dans le courant de l’année 2024.

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages