Récupération de Donnèe
21.6 C
Nice
13 juillet 2024

MMA : le Boxing Squad, un réservoir à prospects 

Derniers Articles

Basé à Nice, ce club d’arts martiaux mixtes fait office de référence dans le milieu azuréen. Manon Fiorot, Axel Sola, Virgil Augen ou bien Mehdi Dakaev, tous sont actuellement pensionnaires du club fondé par Aldric Cassata. 

Encore interdit jusqu’à janvier 2020, la légalisation des compétitions de MMA en France a été actée sous le mandat de Roxana Maracineanu. Ultra populaire outre-Atlantique, qui possède la ligue précurseuse et numéro une mondiale avec l’UFC, mais aussi au Brésil, au Japon ou encore en Russie, la côte du MMA ne cesse de grimper au fil des années. En France, et plus particulièrement à Nice, le Boxing Squad s’est doté d’une force de frappe parmi les meilleures de l’hexagone, et bien au-delà encore. 

« C’est quoi ce sport de dingue ? Je veux faire ça ! »

Aldric Cassata

Ce sont les dires de l’homme à la tête du Boxing Squad. À cinq ans déjà, il pratique le Karaté Shotokan avant de mettre entre parenthèses les arts martiaux pour le football. Doué balle aux pieds, Aldric Cassata ne tarde pas à rejoindre le centre de formation de l’OGC Nice, mais pas assez passionné, l’aventure prend fin. L’amoureux des sports de combats s’en remet finalement au Kenpō, un art martial japonais polyvalent d’une variété technique similaire au MMA. 

Peu en vogue au début des années 2000, les arts martiaux mixtes sont peu connus des français. C’est alors qu’Aldric Cassata découvre via des cassettes les combats mythiques de l’UFC. Le coup de foudre est immédiat ! Avec de solides compétences martiales emmagasinées au fur et à mesure de son apprentissage, le Karatéka est convié à disputer son tout premier combat de MMA. Le premier d’une vingtaine qui le fera voyager au quatre coins du monde.

Une méthodologie implacable 

Après la fin de son visa américain en 2010, le Niçois rejoint son cocon sans trop d’idées en tête, mais imprégné d’un savoir-faire considérable. Il s’essaye au coaching et s’y prend rapidement au jeu. Aldric Cassata semble avoir trouvé sa nouvelle voie. C’est donc en 2011 que le combattant fonde son club d’arts martiaux mixtes, le très réputé Boxing Squad. Nous pouvons y retrouver des cours de jiu-jitsu brésilien, de lutte et bien évidemment de boxe. Tous nécessaires, et complémentaires, afin de bien performer dans un octogone. 

Sous son aile, l’entraîneur prend des prospects qu’il fait émerger de manière exponentielle. Du vice-champion du monde amateur Axel Sola en passant par la numéro un flyweight de l’UFC, Manon Fiorot, la méthodologie Cassata porte ses fruits. À tel point que les demandes affluent d’un peu partout en France pour faire partie de la team du Boxing Squad. Le cadre de vie azuréen joue un rôle déterminant, mais c’est surtout l’encadrement proposé par Aldric Cassata et son équipe qui attire les foules. Récemment élu coach de l’année par la rédaction de RMC, il ne fait l’ombre d’un doute que l’avenir du MMA français est entre de bonnes mains. 

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages