Récupération de Donnèe
18.3 C
Nice
27 mai 2024

Francis Nganga (NVB) : « La Ligue B sera très relevée cette année »

Derniers Articles

Francis Nganga (29 ans) n’aura pas fait beaucoup de kilomètres pour trouver son nouveau club. L’ex-capitaine et central de l’AS Cannes s’est engagé avec le Nice Volley Ball. Retour sur sa carrière, ses objectifs et son métier de podologue.


francis-nganga-espere-aider-ses-coequipiers-a-se-relancer-a-paris.-maxppp1.jpg Est-ce que vous pouvez nous raconter votre parcours dans le volley ?

J’ai commencé le volley à Rennes vers l’âge de 14 ans, avant d’être repéré par l’entraîneur d’un club de la banlieue rennaise (Chantepie). Tout est allé assez vite après. Sélection départementale, puis régionale, puis nationale (Équipe de France cadets et juniors), Pôle Espoirs à Lyon puis CNVB (Centre National Volley Ball) à Montpellier.

A la fin du CNVB, j’ai signé mon premier contrat pro à 18 ans à Rennes, club dans le quel je suis resté 6 saisons. Puis je suis parti à Saint-Brieuc une saison, à Narbonne encore une saison, et enfin à Cannes trois saisons. Cela fait donc un bout de temps que je suis dans le circuit même si je ne viens « que » de fêter mes 29 ans.

Qu’est-ce qui a motivé votre arrivée à Nice ? Votre « amour » de la Côte d’Azur ?

Nice est un club que j’ai appris à connaître d’abord en tant qu’adversaire. Avec Cannes on se retrouvait souvent en compétition ou en match d’entraînement, du fait de la proximité des deux villes. Mais déjà jeune joueur, ce club et cette région m’attiraient. Je me disais même que ce serait sympa de pouvoir jouer dans ce club, dans cette région magnifique, d’autant plus que beaucoup d’excellents joueurs sont passés par Nice. Et le destin m’a amené ici.

Quels seront vos objectifs personnels cette saison avec le NVB ?

Personnellement mon objectif est simple : donner le meilleur de moi même à chaque instant. J’attache beaucoup d’importance au groupe, alors je ferai tout pour apporter toutes mes qualités à l’équipe. D’autant plus que la Ligue B sera très très relevée cette année, encore plus, je pense, que les années précédentes.

Après je n’ai pas trop parlé avec le coach Mladen Kasic ou Alain Griguer, le Président, mais l’objectif sera de se qualifier pour les playoffs et ainsi d’avoir une chance d’accéder à la Ligue A.

Est-ce que vous arrivez toujours à concilier votre sport avec votre métier de podologue ?

Oui j’ai la chance de travailler en libéral, ce qui me permet d’aménager mon emploi du temps à ma guise, en fonction des entraînements, des matchs, des temps de récupérations, de soins,… Ça fait de grosses journées ! Mais avec de l’organisation, et surtout une bonne hygiène de vie, les deux activités sont tout à fait compatibles.

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages