Récupération de Donnèe
11.4 C
Nice
23 avril 2024

Nice Jazz Festival : Seal et Macy Gray, têtes d’affiche à Nice

Derniers Articles

L’avant-dernière soirée du Nice Jazz Festival a mêlé le potentiel de la nouvelle génération du jazz et la « sweet soul music ». Au cœur de la ville de Nice, tous les publics s’y retrouvent.


seal.jpg En pré-ouverture du Nice Jazz Festival, le tremplin « Nice is Jazz » vous a fait découvrir une sélection de groupes jazz amateurs de la Ville de Nice. Jérôme Vinson et ses musiciens ont remporté ce tremplin. Ils ont joué sur la scène du théâtre de verdure en première partie des très attendus Trombone Shorty & Orleans Avenue et Avishai Cohen. Au piano, à la contrebasse et à la batterie, les gagnants de « Nice is Jazz » nous ont par exemple livré leur réinterprétation de la chanson-thème du film Sous le ciel de Paris (1951). Les applaudissements retentissent et trouvent écho du côté de la scène Masséna. Le public y découvrait Charles Bradley et son groupe. Sous ses vrais/faux airs de James Brown, cet artiste de 63 ans habité par le rythme, assure le show en gilet lamé et pantalon rouge. Il communique avec son public et délivre des messages de tolérance et d’ouverture. « Regardez autour de vous, regardez le monde, serrez la main de vos frères et sœurs autour de vous ». Il s’en est suivi quelques poignées de main dans le public, c’est un bon début…

Un nouveau style musical, le Supafunkrock !

A 20h15, la scène du théâtre de verdure a accueilli le groupe Trombone Shorty & Orleans Avenue. Ces sept musiciens ont créé le Supafunkrock, leur propre style musical mixant jazz, funk, rock, hip-hop et soul. Le leader, Troy Andrews, alterne interprétations enflammées au trombone et performances vocales sans jamais s’essouffler.
Un quart d’heure plus tard, la très attendue Macy Gray arrive sur la scène Masséna. Un boa blanc autour du cou, elle ne joue pourtant pas les divas. Elle parle avec son public, se veut proche de lui et partage son ressenti, comme sur son compte Twitter @MacyGraysLife, où elle écrivait le 10 juillet « In nice, france. Really beautiful. Fine men. Beaches. Casino. Live music outside my window […]” (NDLR : A Nice, en France. Vraiment magnifique. Charmants messieurs. Plages. Casino. Elle entend de la musique live à l’extérieur, par sa fenêtre).

Avishai Cohen, pur jazzman et le très attendu Seal

En troisième partie de soirée, les performances d’Avishai Cohen à la contrebasse et de ses musiciens ont conquis le public. Avec son album « Seven Seas », ce musicien israélien est devenu l’un des jazzmen les plus populaires de cette dernière décennie. Mixité culturelle et jazz, une belle association où le public a pu se retrouver.
De son côté, Seal a assuré le spectacle avec quelques titres de son album « Commitment » sorti en 2010. Ses reprises issues de son album «Soul », certifié disque de diamant avec près d’un million d’exemplaires vendus, ont été très applaudies. « This is a man’s world » ou encore « Here I am » de Al Green, ces standards réinterprétés avec son timbre très particulier et suave ont réunis tous les publics.

Crédit photos : Rachel Turpin

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages