Récupération de Donnèe
13.3 C
Nice
23 février 2024

Octobre rose : le bus régional a fait un stop sur la Place Garibaldi

Eloïse Esmingeaud
Eloïse Esmingeaud
Journaliste pour Nice Premium depuis mars 2023

Derniers Articles

En ce mois dédié à la lutte contre le cancer du sein, la région SUD a mis en place une campagne itinérante d’information et de prévention. Ce bus rose parcourt le territoire pour sensibiliser les femmes au dépistage.

« C’est toujours très important de faire parler du dépistage puisqu’on voit que plus un cancer est détecté tôt, et plus on a de chance de guérison« , affirme Solène Méar, déléguée à l’action pour les personnes malades et les proches chez de la Ligue contre le Cancer des Alpes-Maritimes, présente sur le stand, Place Garibaldi.

En effet, en cas de diagnostic précoce, 3 femmes sur 4 vont guérir de leur cancer du sein, et jusqu’à 100% de guérison sur les stades les plus prématurés. Le cancer du sein, c’est plus de 60 000 nouveaux cas, seulement en France métropolitaine, en 2023. C’est le cancer du sein le plus fréquent en France et la première cause de décès par cancer chez les femmes.

Ici, avec ses collègues, elle montre aux femmes quels sont les gestes à réaliser pour réaliser un auto-examen. Faire de l’auto-surveillance, c’est accessible à tous et ça permet de détecter des potentielles anomalies (déformations, rétractions, gonflements visibles, changements de couleur ou de texture, liquide ou écoulement qui sort du mamelon, grosseurs). En cas de doute ou d’anomalies visible, il est conseillé de consulter un professionnel de santé.

Ce dispositif rentre dans un programme de sensibilisation au dépistage dit organisé qui concerne les femmes âgées de 50 ans jusqu’à 74 ans. À partir de cet âge-là, elles sont invitées à se faire dépister gratuitement tous les deux ans en réalisant une mammographie et un examen clinique des seins auprès d’un radiologue agréé. À noter que le suivi est différent en cas d’antécédents ou symptômes apparents.

Le taux national de participation à ce dépistage est de 47,7 % pour la période 2021-2022, selon l’Institut national du cancer.

Le 1er dépistobus de France

Présenté comme le premier dépistobus de France, il a été inauguré le 9 octobre dernier à Marseille par le président de la région, Renaud Muselier. Il y a déclaré : « Chaque année de nombreux cancers du sein pourraient être pris à temps grâce au dépistage. Levons les freins au dépistage : le Bus Rose et ses professionnels de santé viennent à votre rencontre. Avec un seul objectif : sauver des vies ! »  

Depuis le bus a sillonné les routes des Bouches-du-Rhône, des Alpes-de-Haute-Provence et des Alpes-Maritimes. La fin de tournée est proche. Le bus sera à Barcelonnette, ce vendredi 27 octobre, de 9h30 à 16h30, Place Aimé Gassier, devant les bureaux de la SCAL. Il fera son dernier arrêt à la Trinité le mardi 31 octobre, de 9h30 à 16h30, place Pasteur.

Cette initiative rentre dans les objectifs prévus par le deuxième Plan Cancer de la région dotée d’une enveloppe de 40 millions d’euros dont plus de la moitié sont destinés à la recherche. Quatre grands axes ont été fixés : améliorer le dépistage et la prévention, renforcer l’offre de soins et d’accompagnement des malades et de leurs familles, développer la recherche et renforcer les innovations et leurs retombées économiques.

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages