Récupération de Donnèe
28.5 C
Nice
18 juin 2024

Mise en place d’un poste mobile de sécurité à Saint-Roch

Ce 4 août, au pied de l’église Saint-Roch, un fourgon de la police municipale a élu domicile. Anthony Borré, premier adjoint au Maire, était sur place pour l’inauguration de ce dispositif de sécurité.

L’idée a émergé courant janvier. L’application s’est faite à la mi-juin. Le principe s’avère le même que sur les collines niçoises. Un poste mobile de la police municipale est installé afin d’accroître la visibilité des policiers. Il permet, par la même, aux forces de l’ordre de bénéficier d’une véritable proximité avec les riverains. Se rendre dans un commissariat peut s’avérer être une source d’angoisse, de stress voire de « perte de temps » … Bref, ce poste mobile contribue aussi à faciliter les démarches. Tout riverain victime ou témoin est en mesure de se rendre à ce poste afin d’y déposer une plainte.

Le secteur Saint-Roch est en proie à de nombreuses problématiques : rodéos urbains, incivilités ou encore petite délinquance. Afin d’y remédier la métropole a mené bon nombre d’actions. En effet, l’installation de bornes d’appel d’urgence en fut l’une d’elles. Ces bornes « SOS » qui fleurissent sur les trottoirs niçois depuis déjà quelques années, illustrent clairement la politique sécuritaire de la ville. De plus, un renforcement des patrouilles de nuit a été opéré. En effet, « des bandes de jeunes » ont pris pour habitude, depuis près d’un an, de fréquenter les bancs de la place Saint-Roch. Cette occupation entraine ainsi des nuisances et dégradations que la police municipale scrute avec intérêt.

Borne d’appel d’urgence de la Place Saint-Roch

360 interpellations depuis le début de l’année

Sur le secteur élargi Semeria, Verany, Saint-Roch et Risso on dénombre, au 30 juillet 2023, 360 interpellations depuis le début de l’année. Les chiffres rapportent aussi que 317 verbalisations liées aux incivilités ont été enregistrées. Des données qui expliquent, pour la métropole niçoise, la nécessité de l’installation de ce poste. Par ailleurs, renforcer le lien entre administrés, commerçants et riverains, se veut l’angle d’approche de ce dispositif.
Instaurer un climat de confiance c’est aussi donner de la voix aux riverains, leur offrir une oreille attentive. Car c’est ce que souligne Anthony Borré, « la police municipale se doit d’être à l’écoute des citoyens« . Selon lui, les « choses simples » sont les plus efficaces. Ce dispositif se veut « une expérience » dans un contexte ou « la délinquance s’adapte à tout« . Anthony Borré mesure ainsi l’importance de se renouveler et de se questionner sans cesse afin de ne jamais laisser gagner la délinquance.

Anthony Borré et Jean-Marc Giaume

Un dispositif de sécurité qui tend à se pérenniser

Ce camion siglé aux couleurs de la police municipale s’implante dans un quartier de la ville le matin puis dans un autre l’après-midi. Huit agents sont répartis sur deux équipes opérationnelles du lundi au samedi. Durant la période estivale, les créneaux s’articulent de 9h00 à 18h30 à raison de deux sites visités par jour. À la rentrée scolaire, le dispositif promet de se pérenniser. L’objectif est de se rendre sur un site par jour, de 9h00 à 11h00 puis de 14h00 à 16h00. Ces horaires ont été pensées afin de permettre aux policiers d’assurer la sécurisation des établissements scolaires.
En plus des collines niçoises, les sites privilégiés sont ceux qui bénéficient d’un afflux de population important. A noter qu’un calendrier sera disponible afin de connaitre l’installation du poste mobile de sécurité. Enfin, ce dispositif favorise incontestablement les interventions rapides et produit un effet dissuasif.

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe