Récupération de Donnèe
28.3 C
Nice
21 juillet 2024

Patrick Mottard : « Je suis en mesure de l’emporter en 2008 »

Derniers Articles

Vous l’avez certainement noté, Nice Première a décidé d’ouvrir un grand dossier sur les prochaines municipales et c’est Patrick Mottard, le leader de Nice Plurielle qui a répondu le premier à notre invitation.

En quelques questions, découvrez l’un des candidats potentiels aux prochaines municipales.


mottard-2.jpg Nice Première : Jacques Peyrat est à nouveau candidat à sa succession, quel est votre sentiment ?

Patrick Mottard : Je ne suis pas surpris car il ne s’en était jamais vraiment caché.

NP : Serez-vous l’un de ses adversaires aux prochaines municipales ?

Oui.

NP : Quelles sont les grandes lignes de votre projet pour la ville de Nice ?

PM : TRANSPARENCE : budget pluriannuel, présence systématique de l’opposition dans toutes les instances, publication du patrimoine de tous les élus en début et en fin de mandat… et intégration de la CANCA dans l’espace démocratique.

DEMOCRATIE PARTICIPATIVE : conseils de quartier élus, création d’un conseil représentatif des étrangers de la ville, budgets participatifs, conseil économique et social…

PROXIMITE : équipements pour les quartiers, la petite enfance, le primaire, les associations, le sport, la culture, le troisième âge… financées par l’abandon des grands projets.

DOSSIER PRIORITAIRE DU LOGEMENT : mise en oeuvre d’un véritable Plan Marshall afin de mobiliser la Ville et l’ensemble des partenaires économiques et sociaux concernés (Cf. propositions de Nice Plurielle en janvier prochain)

DEVELOPPEMENT DE NOUVELLES FILIERES ECONOMIQUES, notamment dans le domaine du cinéma et de l’audiovisuel…

NP : Quels seront, à votre avis, les autres candidats à cette élection ?

PM : A priori, un ou deux dissidents de droite du type Jean Icard, le Front National (peu importe la tête de liste), et la traditionnelle liste « de gauche » dissidente… téléguidée par la droite pour faire perdre la gauche !

NP : Ne pensez-vous pas qu’un regroupement des forces soit une bonne solution à gauche lors du prochain scrutin niçois ?

PM : Comme l’élection partielle du 7e canton l’a encore montré il y a quelques mois, le rassemblement des forces est nécessaire. Nous le prouvons au sein de l’équipe d’opposition municipale de « Nice Plurielle » quand militants, sympathisants et élus socialistes, communistes, Verts et alternatifs préparent, avec des associatifs, chaque Conseil municipal depuis 2001.

Cela nous permet d’ailleurs d’être non seulement une force d’opposition mais aussi de propositions. Les Niçois l’ont bien compris qui voient en nous la seule alternative crédible à l’actuelle équipe municipale.

NP : Pouvez-vous nous présenter les membres principaux de votre équipe ?

PM : Pour l’heure, mon équipe c’est le groupe dont j’assure la présidence au Conseil municipal. Ce groupe fera bien sûr partie de ceux avec lesquels je compte aller à la bataille en 2008.

Quant aux autres membres de l’équipe qui préparent l’avenir, vous comprendrez que je préfère ne pas les exposer médiatiquement dès maintenant, compte tenu des responsabilités que la plupart d’entre eux assument dans les différentes administrations et la société civile.

Je dois d’ailleurs dire que, tant le bon travail effectué en commun au sein de « Nice Plurielle » que la qualité des personnes qui ont souhaité être associées à mon action depuis déjà plusieurs mois et qui sont prêtes à participer à la future équipe, sont les éléments qui m’ont conforté dans ma décision de poursuivre mon combat au sein de notre ville.

municipalesbann-2.jpg NP : Si vous deviez jouer les devins, quel serait le trio d’un possible second tour et quel en serait le vainqueur ?

PM : Moi-même, le candidat UMP (Peyrat ou un autre), le candidat du FN. Quels que soient les autres candidats, je pense être aujourd’hui en mesure de l’emporter dans tous les cas de figure.

Quand on a, comme c’est mon cas, un contact très proche avec les habitants de la ville, il y a des choses que l’on sent et qui ne trompent pas. Regardez, après le premier tour de l’élection partielle du 7e canton, personne ne donnait Dominique Boy-Mottard gagnante (y compris chez les responsables du PS local). Mais elle, et son équipe n’avaient aucun doute car ils ressentaient très nettement ce qui se passait sur le terrain et notamment le fait que le vote de rejet du candidat de droite était en train de se transformer en un vote d’adhésion sur la candidature de Dominique.

Quant à moi, c’est quelque chose que je ressens quotidiennement depuis 2001 et qui s’est trouvé confirmé dans les urnes lors des cantonales de 2004. Tous les Conseillers généraux socialistes niçois sortants ont été réélus en 2004, mais si l’on veut être sérieux, il faut se pencher sur les chiffres des résultats (plus fiables, vous en conviendrez, que n’importe quel prétendu sondage…). Parce que sinon, tout le monde, avec un ego un peu trop dimensionné, peut se prétendre le meilleur candidat possible.

Et ces chiffres sont très clairs : on ne peut leur faire dire n’importe quoi. Le fait que je fasse régulièrement les meilleurs résultats de la gauche est un premier élément, mais il n’est pas signifiant en soi : après tout, on pourrait penser que je me présente sur des secteurs plus favorables à nos idées que les autres… Sauf que ce n’est pas le cas. Il suffit pour s’en convaincre de comparer ces résultats avec ceux, réalisés dans les mêmes circonscriptions électorales, lors des élections régionales ou nationales (présidentielles).

Je suis le SEUL candidat de gauche à faire systématiquement des meilleurs résultats que mon parti. Pour en revenir en 2004, il y avait là un bon comparatif possible puisque, en même temps que les élections cantonales, avaient lieu les élections régionales. Si l’on prend les résultats réalisés par la liste conduite par Michel Vauzelle dans les différents cantons renouvelables du département des Alpes-Maritimes, ils sont tous supérieurs à ceux réalisés par les candidats aux cantonales… sauf dans deux cantons : celui où je me présentais (le 5e) et celui où Dominique était candidate (le 7e)… alors même qu’elle n’était pas sortante. Bien sûr, je tiens tous ces résultats et leur analyse (qui a été faite par des universitaires) à votre disposition.

NP : Votre souhait au soir des municipales 2008 ?

PM : Humilité des vainqueurs, pas de chasse aux sorcières et main tendue à toutes les femmes et à tous les hommes de bonne volonté pour faire de Nice une ville ouverte, généreuse, et moderne.

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages