Récupération de Donnèe
18.4 C
Nice
26 mai 2024

A Nice, le Parti Socialiste doit choisir son favori

Derniers Articles

ps-nice-2.jpg La tornade bleue des présidentielles suivie d’une belle lame de fond lors des législatives ont bousculé l’organe socialiste local qui, comme son aîné parisien, est en proie à la mise en œuvre de la politique interne nécessaire pour espérer passer en tête la première étape de la primaire. Patrick Mottard, candidat malheureux lors du dernier scrutin de 2001, et Patrick Allemand, Vice Président du Conseil Régional PACA, se retrouvent donc coude à coude qu’ils ne lèveront que très rarement ensemble autour d’un apéro par les temps qui courent.
Ce n’est pas non plus la guerre entre les deux poids lourds du socialisme niçois mais les courants se forment petit à petit et il faudra choisir son camp (camarade) avant la fin de l’année 2007 qui finira bien par donner un nom à ce prénom qui alimente les conversations des militants azuréens.

« Bien entendu, ce sont les deux favoris pour l’investiture aux municipales mais le Parti Socialiste niçois possède d’autres élus qui auraient fière allure et surtout toutes les compétences pour être Maire de Nice. » Cette militante de la première circonscription ne donnera pas de nom, ou plutôt de prénom identifiant son favori mais il est vrai que certains élus niçois pourraient prétendre à être tout en haut d’une liste en espérant des lendemains en haut d’une affiche…municipale. Marc, Paul, Yann…Nul ne sait si le candidat officiel niçois ne portera pas un de ces prénoms ?

Paul est un conseiller municipal fidèle et travailleur. Marc, conseiller général, est un avocat émérite alors que Yann, jeune conseiller municipal, pourrait profiter pour s’aguerrir pour de futures joutes électorales. Certes, à Nice, un Patrick en cache un autre mais l’essentiel dans une élection n’est-il pas de se donner toutes les chances de l’emporter. « Je suis socialiste et adhérent au PS depuis des années et j’ose dire qu’aucun des deux candidats ne me satisfait. On a même entendu parler du parachutage de Dominique Strauss Kahn. Je pense qu’il faut choisir celui qui aura toutes les chances de pouvoir arrêter un Jacques Peyrat ou pire… un Christian Estrosi. »

primaires-2.jpg La déferlante bleue aura donc été la plus impressionnante dans le département des Alpes-Maritimes et à Nice. Patrick Allemand aura tiré habilement son épingle du jeu de l’ UMP en étant le seul candidat à faire vaciller la droite locale et en l’occurrence Eric Ciotti, bras droit de Christian Estrosi. Patrick Mottard avait décidé de ne pas se présenter au scrutin législatif préférant se concentrer sur l’objectif municipal en laissant son siège à son épouse Dominique Boy Mottard qui devra s’incliner face à la Député Muriel Marland Militello, réélue dès le premier tour. Les équipes de chacun sont donc à pied d’œuvre sur le terrain afin de rallier les adhérents qui comme partout en France se sont multipliés suite au royal phénomène et donc plus difficilement maîtrisables. Car la royalmania sera une donnée nouvelle à gérer pour les candidats à la candidature municipale avec sur le papier un avantage à Patrick Allemand qui a rejoint le camp Royal avant les primaires présidentielles.

Le starter a été déclenché à la fin du second tour des législatives et les candidats, avérés à ce jour au nombre de deux, ont bondi de leurs starting blocks pour une course de quelques mois qui demain ne seront déjà plus que des semaines….

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages