Récupération de Donnèe
22.3 C
Nice
25 juin 2024

Nice domine, mais cale encore

Derniers Articles

Frustrant ! L’OGC Nice a été tenu en échec par le FC Sochaux-Montbéliard, hier, sur sa pelouse (1-1). S’ils ont dominé toute la rencontre, les hommes d’Éric Roy ont buté sur un excellent Teddy Richert. Mais ils ont aussi pêché par manque de réalisme offensif.


L'OGC Nice perd encore deux points précieux, ce soir.
L’OGC Nice perd encore deux points précieux, ce soir.

Match après match, le même refrain tourne en boucle : l’OGC Nice manque de réalisme en attaque.

Pourtant, on peut pas affirmer que les Aiglons ne savent pas dominer leurs adversaires ! Dès la 8e minute, Eric Mouloungui dépose David Sauget.

Son centre trouve la tête de Xavier Pentecôte, qui bute sur Teddy Richert, excellent hier soir.

Mouloungui récompensé, Sochaux opportuniste

Très remuant, Mouloungui pose cependant d’énormes problèmes à la défense doubiste. Il est récompensé de ses efforts à la demi-heure de jeu. Sur un service aérien de Mounier, le n° 11 Rouge et Noir croise une frappe de mule. Richert ne peut que constater les dégats (1-0).

Apathiques en défense, les Sochaliens peinent à voir le jour. Mais il leur suffit d’une incursion dans le camp niçois pour se montrer dangereux.

À la 35e, Marvin Martin est séché par Renato Civelli dans la surface de réparation. L’arbitre, Saïd Ennjimi, n’hésite pas : penalty et avertissement pour l’Argentin.

Une offrande pour les Lionceaux dont Ryad Boudebouz ne manque pas de profiter (1-1).

Saïd Ennjimi fausse la fin de match

Après la pause, les Aiglons réinvestissent le camp sochalien, emmenés par un très bon David Hellebuyck, qui s’avère indispensable à Éric Roy. Dès la 49e minute, il percute et trouve Pentecôte, qui se joue de la défense sochalienne, puis frappe. Mais Richert est sur la trajectoire.

Oui, mais voilà, l’ancien Stéphanois est exclu à l’heure de jeu par Saïd Ennjimi, pour avoir marché sur la cheville de Damien Perquis (autre ex-Vert).

L’arbitre manque de recul sur cette action, car l’intervention du n°8 niçois est loin d’être méchante. Qu’importe. Le mal est fait. Les vingt dernières minutes sont moins passionnantes, car notamment animées par un public en rogne contre l’arbitrage et les changements.

Malgré une tête plongeante de Civelli (89e), Teddy Richert conforte son statut d’homme du match en réalisant une jolie parade. Le score n’évoluera plus. Ce match nul n’est une bonne opération ni pour les Aiglons, ni pour les Lionceaux.

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages