21.4 C
Nice
19 août 2022
21.4 C
Nice
19 août 2022
spot_img

Derniers Articles

Le programme de février à la Salle Grappelli

2 min de lecture

Jeudi 10 février 2011 à 21h
Soirée Jazz: PAOLO FRESU DEVIL QUARTET

La magie de Paolo Fresu réside essentiellement dans la spontanéité d’un homme qui, comme peu d’autres, est parvenu à retranscrire l’esprit profond de son pays dans le plus libre des arts. A ce stade de la carrière du jazzman, il n’est plus utile d’énumérer tous les disques qu’il a enregistrés ou de recenser les récompenses et expériences qui l’ont élevé au rang de vedette internationale, et qui incitent tous les mélomanes à aimer sa musique. Dans sa trompette coule la même sève qui a donné du prestige et du glamour à la nouvelle vague du jazz européen.

Très présent sur la scène du jazz en Europe, Paolo Fresu, trompettiste lyrique, inventif, dans la lignée de Miles Davis, revient avec son nouveau quartet Devil 4t, dont le nom renvoie avec humour au précédent Angel 4t et exprime le commencement d’une nouvelle aventure musicale. Le répertoire est une véritable corne d’abondance de compositions originales et de standards revisités, joués avec le raffinement et la philosophie musicale de Paolo Fresu et de ses complices.

Les musiciens :
Paolo Fresu – trompette, bugle
Bebo Ferra – guitare
Paolino Dalla Porta – contrebasse
Stefano Bagnoli – batterie

Vendredi 18 février 2011 à 21 heures
SOIREE PUNK JAZZ: GET THE BLESSING

Lorsque deux membres du groupe Portishead se mettent au jazz, cela peut donner, on s’en doute, quelques surprenants résultats. Ce premier album de Get The Blessing produit par le bassiste du groupe de pop anglais, porte ainsi la marque d’une musique qui marche constamment sur ses deux jambes, le jazz et l’improvisation ternaire d’un côté et la pop anglaise avec sa rythmique lourde et noisy de l’autre.

Get The Blessing c’est par-dessus tout la présence de Jim Barr et Clive Deamer, la rythmique de Portishead, un des groupes trip-hop les plus intéressants de ces vingt dernières années. Ce quartet anglais né à Bristol et qui se définit comme la synthèse saugrenue du punk et du jazz, mérite pourtant d’être écouté sans référence obligée au groupe de Beth Gibbons et son succès international.

Accompagné du trompettiste Pete Judge et du saxophoniste Jake MacMurchie, la paire rythmique fait parler la puissance et ne renonce pas pour autant au binaire solide qui les met en confiance.

Des sons jazz lounge des années 80 mélangés à des explorations de noise, arrosés d’élégance stylistique, des improvisations bien dosées et un groupe de rythme impressionnant : Get The Blessing fait du jazz en termes de pop.

à lire

Reportages