23.6 C
Nice
1 juillet 2022
23.6 C
Nice
1 juillet 2022
spot_img

Derniers Articles

Le couvre-feu à 18h confirmé par le Tribunal Administratif

2 min de lecture

C’est la conséquence indirecte de la délibération du Tribunal administratif de Nice qui a débuté le recours intenté par les municipalités de l’Ouest du département (Cannes, Antibes, Grasse et Villeneuve-Loubet) et le syndicat des professionnels de l’hôtellerie-restauration (Umih). Le couvre-feu à 18h a été confirmé.


Les plaignants motivaient ce recours par le fait que « les gens aient moins de temps pour faire leurs courses après le travail » et par « concentration d’usagers dans les transports avant 18h« .

« Le préfet n’interdit pas les déplacements par gaieté de cœur, c’est une mesure d’équilibre (…) ça demande un peu de solidarité, de la patience« , lui avait répondu la représentante du préfet et sa directrice adjointe, Elisabeth Mercier. Le tribunal a estimé, dans sa délibération, que l’arrêté avait une « portée relativement limitée » et l’atteinte à la liberté du commerce ainsi qu’à celle d’aller et venir « ne revêt pas un caractère grave ni manifestement illégal« , selon l’ordonnance.

A noter que, à la différence de ses homologues, le Maire de Nice et président de la Métropole, Christian Estrosi, est favorable aux restrictions. C’est même lui qui les a suggérées au Ministre de la Santé, Olivier Véran, quand la situation sanitaire a commencé à empirer : mieux vaut un couvre-feu renforcé aujourd’hui qu’un confinement demain, c’était son raisonnement.

« Chacun à ses opinions, ne nous trompons pas de combat« , avait-il commenté, en laissant bien entendre que l’objectif primordial reste le Covid et non pas les querelles ou jalousies entre élus.

C’est bien dit sauf que ses collègues tiquent un peu face à son habitude de jouer en solo dans les rapports avec le Gouvernement et de privilégier par là les intérêts de son territoire au détriment des autres.

Mais on est « audacieux » pour rien !

à lire

Reportages