Récupération de Donnèe
12.4 C
Nice
4 mai 2024

Virginie Broquet fait son Carnaval à Nice

virginie-broquet.jpg Du 6 février au 3 mars 2006, l’artiste habille le hall et le lounge du Beau Rivage. 8 œuvres sur le thème du Carnaval de Nice et des carnets de voyage relatant New York par la créatrice du char « colle à gènes ». Une dénonciation des dérives de la chirurgie esthétique inspiré par « ces femmes qui n’ont plus un cm² de naturel ».

Virginie travaille la technique mixte avec dextérité, elle habille le papier. Des formes et des couleurs se chevauchent, des collages ici et là, une matière transparente. Les couleurs se dilatent comme notre pupille sous un soleil blanc. Un voile qui couvre et qui dénude, tout à la fois pudique et impudique. Une surimpression d’éléments divers qui semble flotter par l’effet voilage. Le corps est racé par les souvenirs glanés.

virginie-broquet-2.jpg Cette fille d’entrepreneur fait ses classes à la Villa Thiole avant de rejoindre les Beaux-Arts de Strasbourg. En 1993, elle décroche le prix « Alph’Art » d’Angoulême. Elle fait un détour par la Floride avant de revenir à Nice où elle vit aujourd’hui avec son fils de 9 ans. « Lorsque j’ai annoncé que j’avais été retenue pour le Carnaval, ce fut une explosion de joie dans toute la maison » confie-t-elle. Mais avant de devenir la première femme à réaliser un char, elle a eu le temps de puiser son inspiration aux quatre coins du monde… Istanbul, Bollywood, Pékin, Dakar… De Carnets de voyages (dont un en collaboration avec Richard BORHINGER sur Saint Louis du Sénégal) en expositions, d’illustrations de presse en dessins satiriques, Virginie se forge une solide réputation de croqueuse de société.

Visitez le site web de Virginie Broquet.

Auteur/autrice

Article précédent
Article suivant
spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe