Récupération de Donnèe
11.4 C
Nice
23 avril 2024

Le Saïan Supa Crew explose le théâtre de Verdure

Derniers Articles

La foule en délire
La foule en délire
La jeunesse niçoise s’était donnée rendez-vous ce vendredi soir pour finir en beauté la seconde quinzaine Hip Hop de Nice. Le théâtre de Verdure était le point d’orgue de tous les ateliers et animations que la mairie avait mis en place durant ces deux semaines de vacances de Pâques. Mais tout le monde attendait surtout le Saïan Supa Crew.


Les festivités ont commencé dès 19 heures avec les démonstrations de ce qu’ont pu apprendre les jeunes niçois durant cette quinzaine hip hop. Exposition de graffs, démonstration de dee-jaying et battles de breakdance. Certains groupes d’enfants sont impressionnants. Les chorégraphies sont étudiées à la seconde près. Le public est, déjà, en délire. Ensuite, vient le tour des artistes locaux de rap. Phaze Terminale, Kaïser, Furax, Don Fenom, Jacim, Kamikaze et une mention spéciale pour 6ème Carat, Giovann et Papa London.

Sly, Samuel et Feniksi
Sly, Samuel et Feniksi

Arrive enfin le moment tant attendu ; la deuxième partie avec le Saïan Supa Crew. Les lumières s’éteignent. Le DJ du groupe apparaît les bras croisés, l’air solennel. Et arrivent, un par un, les membres du groupe, le visage caché sous leur t-shirt. Le show peut commencer. Feniksi, Vicelow, Leeroy Kesiah, Sly The Mic Buddah, et Sir Samuel vont offrir à leur public en délire un spectacle à 200 000 volts. Les 5 sont déchaînés et ne s’arrêteront pas pendant plus d’une heure et demie.

Pour ceux qui ne connaissent pas, le Saïan Supa Crew est un groupe Hip Hop hors norme. Depuis 1999, date de leur premier album « KLR », ils enchaînent les tubes. Vous devez sûrement connaître « Angela », « la preuve par trois », « X-raisons » ou « à demi-nue ». Le groupe traite de sujets variés allant des problèmes de racisme ou d’hypocrisie jusqu’aux affaires sentimentales. Les textes sont intelligents et tranchants. Le tout avec une pointe d’humour. Mais le Saïan est surtout réputé pour son énergie sur scène.

Sir Samuel
Sir Samuel
Et c’est ce qu’ont pu apprécier les Niçois présents ce soir au théâtre de Verdure. Le groupe sait comment enflammer la foule. Un garçon et une fille sont choisis au hasard dans le public pour un concours de fessier sur l’air de « Feceps », leur nouvelle chanson. Les deux s’en sortent remarquablement bien. Mais c’est bien sûr la fille qui gagne. Question d’anatomie. Ensuite, le groupe organise une compétition pour savoir quel côté du public fera le plus de bruit. La foule bouge, saute, danse, crie… Le Saïan a réussi son coup.

Avec cette touche d’originalité qui fait tout leur talent, le groupe enchaîne les chansons. Les nouvelles se mélangent aux anciennes que le public réclame depuis le début. Avec le Saïan, il y en a pour (presque) tous les goûts. Rap, ragga, reggae, pop parfois. Le Saïan Supa Crew est inclassable. Au sein même du groupe, chacun a sa particularité ; Vicelow avec sa grosse voix, Samuel et sa voix reggae, Leeroy et son flow rapide…

Sly The Mic Buddah a livré, par deux fois, son talent de beat-boxeur au public niçois. Il s’installe seul sur la scène avec un micro et reproduit toutes sortes de musiques avec pour seul instrument… sa bouche. Réellement impressionnant. Le public est sonné.

Le concert se termine peu de temps après minuit. Après un incident dans la foule, on aurait dit que le groupe était déçu et n’avait plus le cœur à cela. D’ailleurs, les membres du Saïan ont fait preuve d’un beau geste en s’arrêtant brusquement de chanter et en demandant aux jeunes de se calmer et en les ridiculisant un peu. Ils se battaient à 10 contre un. La foule aussi était extrêmement mécontente. Certains auraient bien voulu se charger de sortir ces fauteurs de troubles qui prennent un malin plaisir à tout gâcher à chaque fois qu’a lieu une telle manifestation. Et c’est malheureusement ce qui donne raison à tous les opposants aux concerts hip hop. Des milliers d’amateurs de rap tranquilles payent pour une dizaine d’imbéciles.
Le Saïan chantera une chanson de plus et s’en ira. La foule en redemande mais le groupe ne reviendra pas. Sauf Sly pour signer quelques autographes.

Sly, Feniksi et Leeroy
Sly, Feniksi et Leeroy

N’oublions pas que la mairie a été plusieurs fois remerciée pour cette initiative. Les jeunes sont reconnaissants et espèrent une troisième édition de la quinzaine Hip Hop encore plus sensationnelle que celle-ci.

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages