Récupération de Donnèe
19.9 C
Nice
25 juin 2024

Présentation des orientations du Pôle d’échange multimodal de Nice : le Master Plan.

Derniers Articles

Une profonde mutation de la Ville de Nice et de la communauté urbaine Nice Côte d’Azur a été engagée depuis deux ans. Il a été décidé de fonder un nouveau modèle de développement et d’urbanisme tourné vers les technologies durables et la croissance verte, en créant autour de Nice, ‘Ville Verte de la Méditerranée’, un territoire éco-exemplaire à l’échelle européenne.


pole-echange.jpg Eco-Vallée se développera essentiellement avec les transports publics avec l’objectif étant de limiter l’impact de la mobilité individuelle sur l’environnement.

Ce développement urbain s’accompagne de nouvelles infrastructures, aptes à répondre aux besoins de déplacements, notamment pour les quartiers ouest de la Ville.

Le pôle d’échanges multimodal Nice-Aéroport

1- Les enjeux du pôle multimodal

Un accord commun des acteurs, Etat, Conseil Régional, Département, Communauté Urbaine, RFF, SNCF, Société aéroportuaire, CCI, a conduit à l’identification d’un pôle stratégique entre le littoral et la vallée du Var, sur l’axe Est / Ouest, nœud de connexion de l’ensemble des infrastructures de transport.

Une étude a permis, en accord avec les partenaires, d’arrêter un dimensionnement du pôle sur la base de 10 millions de voyageurs/an en 2023 avec une projection de 17 millions de voyageurs/an en 2030.

Cet équipement jouera un rôle majeur et structurant pour l’OIN et bien entendu pour la métropole Nice Côte d’Azur. Il est le premier et principal maillon d’un véritable réseau de pôles multimodaux qui jalonneront l’Eco-Vallée au service de la mobilité durable.
Il revêt une importance de premier rang pour le futur quartier du Grand Arénas (pôle d’affaires à vocation internationale) et notamment pour le projet de parc des expositions qui bénéficiera ainsi d’une position quasi unique en Europe au contact du deuxième aéroport de France et au cœur de la destination azuréenne.

Quatre enjeux principaux ont été identifiés :

  • Un enjeu de déplacement pour une mise en relation efficace des différents modes de transport. Il s’agit principalement d’un pôle « voyageurs » qui a pour objet une mise en relation de l’ensemble des moyens de transport : aéroport, lignes ferroviaires dont le TER, tramway, bus, cars, taxis, modes doux et plus tard la LGV ;

  • Un enjeu urbanistique fort avec la nécessité de créer des liens entre les quartiers environnants et les autres équipements majeurs de la basse vallée du Var ;

  • Un enjeu économique avec la constitution d’un véritable quartier d’affaires et la réalisation du centre des expositions et des congrès qui, avec ce pôle, sera un levier économique majeur pour le territoire ;

  • Un enjeu d’innovation dans le cadre de la démarche Eco-cité en termes de conception, de fonctionnement et de gestion.

2 – Le programme et le calendrier

Le programme propose une constructibilité de l’ordre de 70 000 m² dont 11 000 m² environ pour les équipements de transport sur les bases suivantes :

Une organisation sur un axe Nord-Sud de part et d’autre de la voie ferrée, reliant l’aéroport à la route de Grenoble, autour d’un espace public structurant, permettant de les relier entre eux dans une approche d’urbanité apaisée.

Les études de maîtrise d‘œuvre urbaine seront engagées début 2011. Elles porteront notamment sur les missions de conception, d’avant-projet et de projet relatifs à la réalisation des infrastructures du pôle. Un démarrage des travaux est prévu en 2013 si les financements sont installés.

2016 : livraison du pôle comportant toutes les fonctionnalités de transport en lien avec la mise en service de la ligne Est-Ouest du tramway

Aux environs de 2023 : accueil de la LGV

3 – Le pôle multimodal : un élément structurant de l’Ecocité

Le sud du périmètre de l’O.I.N., sur le territoire de la communauté urbaine Nice Côte d’Azur, a été sélectionné par le ministère du développement durable pour entrer dans la démarche Eco-cités au côté de douze autres grandes opérations de développement urbain. Elles auront accès au fonds « ville de demain » des investissements d’avenir pour adosser un cofinancement Etat à des actions innovantes déployées sur le périmètre des Ecocités.

Dans ce cadre, le pôle multimodal de Nice-Aéroport se positionne comme un équipement à très haut niveau d’innovation au service des usagers pour une mobilité durable et optimisée.

Liaison voie Pierre Mathis à l’autoroute A8

La Voie Pierre Mathis a été ouverte à la circulation le 16 février 2007. Toutes les études de trafic réalisées montraient qu’à la sortie Grinda, nous arriverions très vite à saturation et que le carrefour saint Augustin serait très rapidement thrombosé.

Qu’a fait la précédente municipalité ?

Une première délibération a été prise le 15 septembre 2006, délibération modifiée le 16 mars 2007. Cette dernière délibération engageait la concertation publique sur la nécessité de réaliser un ouvrage permettant d’éviter les carrefours GRINDA et ST AUGUSTIN.

La concertation s’est déroulée du 16 avril au 1er juin 2007.

Une réunion publique a été organisée le 14 mai 2007 et présentait simplement les principes de raccordement de la Voie Pierre Mathis à l’Autoroute A8.

Deux solutions étaient proposées :

La solution 1 : avec un mini tunnel reliant la chaussée nord à la chaussée sud de la Voie Pierre Mathis et un mini tunnel reliant le boulevard Cassin au boulevard Pompidou.

La solution 2 : tunnel direct entre la sortie de la Voie pierre Mathis et la route de Grenoble.

Le registre de concertation a permis de recueillir 72 avis :

  • 34 avis favorables à la solution 1
  • 32 avis favorables à la solution 2
  • 8 avis hors sujet.

La précédente équipe municipale n’a donné aucune suite à cette concertation.

2.Actions engagées avec par l’actuelle municipalité

Premières visites de terrains.

Dès juillet 2008 : 1er courrier au Cabinet de Jean-Louis Borloo pour demander la construction d’un tunnel unidirectionnel reliant la voie Mathis à l’A8 sur une longueur de 1550 m.

2ème courrier à Jean-Louis Borloo le 31 décembre 2008 proposant l’intégration du projet dans le contrat de concession liant ESCOTA à l’Etat.

Réponse de Jean-Louis Borloo le 20 juillet 2009 demandant la saisine du Conseil d’Etat.

2010, réponse négative du Conseil d’Etat, qui in fine, a considéré qu’il n’était pas possible, dans le cadre contractuel qui lie l’ETAT à ESCOTA, de faire réaliser par cette dernière ce tunnel.

Conscient du caractère prioritaire de ce projet une proposition a été faite tout de suite au Conseil Communautaire de lancer les études de liaison entre la sortie ouest de la Voie Pierre Mathis et la vallée du Var, l’A8 et le quartier Arénas-Aéroport.

Parallèlement, une réflexion a été engagé sur la mise en œuvre d’études pour améliorer le cadre de vie des habitants de l’avenue Grinda et de la route de Grenoble (les études acoustiques sont en cours).

Au vue du projet multimodal tel qu’il est projeté aujourd’hui, la solution n° 1 présentée n’est plus envisageable. En effet, avec les flux actuels de circulation, cette solution enverrait, devant le pôle multimodal, 20 à 25 000 véhicules jour sur le boulevard René CASSIN dans le sens ouest et environ 20 000 véhicules jour dans le sens est.

De plus, compte tenu du tracé du projet tram, le tramway serait coupé deux fois par ce projet.

Seule reste envisageable la liaison directe entre la Voie P. Mathis et la route de Grenoble.

Aujourd’hui, les études sont en cours. Les premières études pour ce nouvel ouvrage ont été présentées au Centre National d’Etudes des Tunnels (CETU) basé à Lyon. Ces études permettent de valider le principe d’un tunnel à double voies dans le sens Nice vers la route de Grenoble qui acceptera tous les gabarits de véhicules.

Les études opérationnelles sont engagées.

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages