Récupération de Donnèe
18.3 C
Nice
27 mai 2024

Les interviews de Nice-Premium: André Minetto (candidat dans le 3ème canton)

Derniers Articles

Il sera le candidat d’Europe Ecologie-Les Verts dans le 3ème canton de Nice, André Minetto se présente sur Nce Premium à quelques semaines du premier tour d’un scrutin cantonal qu’il a déjà vécu dans le 2ème canton.


minetto.jpg Nice Premium : Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

André Minetto : Docteur en chirurgie dentaire et diplômé d’Acupuncture, j’ai été délégué étudiant, puis enseignant à l’Université de Nice Sophia Antipolis pendant 22 ans. Ex membre du Conseil de la Faculté d’Odontologie, j’ai eu, et j’ai encore des responsabilités dans un certain nombre d’organismes professionnels médicaux.

J’ai été administrateur d’une association de parents d’élèves ( APEL Blanche de castille ) et membre d’un Conseil d’Établissement quartier du Mont Boron. Entre autres fonctions, je suis ex-trésorier d’une association de défense du quartier de Riquier et membre du bureau d’une association de professionnels du quartier Saint Roch. Je suis aussi notamment membre d’un Institut de Relations Internationales (IFRI), et chroniqueur sur Radio Chalom Côte d’Azur depuis 1994, où j’ai créé le Magazine d’Information Géostratégique, abordant aussi des thèmes sociaux, économiques, sociétaux, écologiques ou de dialogue inter-culturel.

NP : Quelles sont les raisons de votre engagement en politique et pour le mouvement auquel vous adhérez ?

AM : En ce qui concerne mon engagement politique, dès le collège je me suis passionné pour l’actualité et pour la « chose publique », mais aussi pour la géostratégie et pour l’histoire des civilisations. Cela donne un recul et une vision globale très enrichissants en politique. Plus tard, j’ai commencé à militer, dès 17 ans, au tout début de mes études médicales, pour les combats de René Dumont, père de l’écologie politique et scientifique moderne et de la géopolitique humaniste et solidaire.

J’ai activement participé à la campagne des Présidentielles de 1981 ( Brice LALONDE ) et j’ai été candidat de  » Nice Écologie  » aux élections municipales en 1983. En 2007, ayant de grands enfants ( 2 filles ), je suis revenu à ma passion de la politique. Vice-Président du Modem06, et responsable national de CAP21 ( Présidente Corinne Lepage ) j’ai démissionné en octobre 2010 pour rejoindre ensuite le rassemblement né à Lyon : Europe Ecologie – les Verts (EE-LV). Etant Niçois, le Partit Occitan, membre de Région et Peuples Solidaires et associé à Europe Ecologie – les Verts m’a tout de suite convaincu, grâce à leur engagement régionaliste et à la
défense de notre identité sans rejet et sans excès.

NP : Avez-vous un passé de militant, candidat ou élu ?

AM : J’ai aussi été candidat aux élections cantonales dans le 2ème canton de Nice, et sur une liste aux municipales de 2008. En 2010, j’ai refusé d’être sur la liste MoDem des régionales, trouvant beaucoup plus attractive, juste et ambitieuse pour notre pays et notre région la démarche d’Europe Ecologie.

NP : Pourquoi êtes-vous candidat à cette élection ?

AM : J’aime ma ville où je suis né, et mon canton où je vis et travaille depuis près de 30 ans avec mon épouse qui exerce la même profession. Et je veux les défendre de certains appétits inavouables ou trop mal cachés et du gâchis que constatent de plus en plus nos concitoyens et qui les démobilisent ou les révoltent. Les destructions d’éléments naturels et le bétonnage ou goudronnage qui continue à Saint Roch et à Riquier et la disparition programmée d’architecture de charme, comme le bâtiment Costanzo par exemple à Riquier, avec son cortège d’immeubles construits massivement aggravant encore plus les problèmes de circulation, de stationnement et de pollution sont inadmissibles à mes yeux. Mais aussi la paupérisation dramatique qui s’étend, les injustices qui s’accroissent, les emplois qui disparaissent, faute de bonnes décisions prises au bon moment ( voir la dégringolade de notre industrie dans l’année qui s’est écoulée ), aussi bien chez les jeunes « pas assez expérimentés » ou des adultes dont on se « débarrasse » lâchement passé la cinquantaine, tout cela me révolte et me pousse à agir !

Notre département présente des atouts humains, économiques et écologiques d’exception. Il est temps de mener une politique à hauteur de ce potentiel, il est temps de redonner du sens à l’action publique et de l’espoir aux citoyens !

NP : quelle est votre vision de la situation politique actuelle ?

AM : Notre pays est dans une impasse à cause des crises dans le domaine social, humain, économique et écolo-sanitaire …etc créées par l’incompétence, la vision à très court terme, l’indifférence vis à vis du bien public et l’oubli de l’intérêt général. L’ultra-libéralisme financier ambiant qui a contaminé la planète et qui est pratiqué en France est un échec qui écrase de plus en plus. les classes moyennes et populaires. L’épidémie de maladies chroniques, comme les cancers par exemple, n’est pas la faute à « pas de chance » mais provoquée par les incompétences politiques, associées à l’unique recherche du profit avant tout qui pousse même à faire écarter des scientifiques quand ils font des découvertes gênantes pour les industries.

L’exemple des affaires du chlordécone, des vaccins contre la grippe A, du Mediator ( qui aurait dû être interdit il y a 10 ans ) ou de l’inefficacité chronique des organismes d’Etat sensé nous protéger (AFSSAPS … etc), n’en sont que des énièmes épisodes tragiques et lourds de conséquences. De même, il y a plus de 100 000 substances chimiques utilisées (substances pures, ce qui fait une nombre incalculable de mélanges) et on a actuellement seulement 278 fiches toxicologiques à l’INRS (‘Institut National de Recherche et de Sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles) et on estime que seulement 4000 substances sont bien connues !

Je suis membre du Réseau Environnement Santé et nous commençons à être enfin pris au sérieux mais un peu tard, Maintenant que nous subissons une terrible « épidémie » de maladies cancéreuses, mais aussi d’autres maladies terribles ( Alzheimer, allergies, hypersensibilité chimiques multiples, « épidémie » de malformations des organes génitaux … etc ) diminuent, martyrisent, mutilent ou tuent de trop nombreuses victimes et détruisent la qualité de vie. 62, 5 ans c’est l’âge moyen de limite de vie de qualité, et c’est très jeune actuellement. C’est cette limite que notre société doit faire reculer et pas seulement l’espérance de vie !
Et on retrouve les mêmes travers à l’échelon du département.

Cela illustre qu’un élu, quelque soit l’échelon, doit être vigilant, compétent dans de nombreux domaines et irréprochable. Il doit aussi constamment se pencher sur le sort de la population de façon concrète et active, Et pas seulement avant l’élection avec de belles paroles sans lendemain. C’est une question d’éthique.

NP : …et plus particulièrement de Nice ?

AM : A l’image du pays, Nice est gérée en dépit du bon sens, surendettée à nos frais et au détriment des générations futures qui paieront très cher, dans tous les sens du terme, les incohérences, le « court termisme » et le manque de vision de nos dirigeants. Nous sommes loin des visionnaires qui ont façonné, il y a une soixantaine d’années, un pays et une Europe en paix et démocratique dont nous profitons encore. Et de nos ancêtres respectables qui ont pensé à nous il y a longtemps pour préserver la région niçoise que nous avons connue naguère. Aujourd’hui on nous dirige à l’aveuglette, à l’improvisation, à grand coup de communication et d’orgueil mal placé. Et sans aucune démocratie locale. L’ère du  » Moi je », « J’ai décidé », « J’ai fait » comme si c’était payé avec leur argent, à grand renfort de publicité ostentatoire en tout genre ( JO, voeux 2011 … ), est insupportable financièrement et inacceptable en démocratie. Surtout pour les résultats obtenus.

Nous gaspillons beaucoup. 90% de notre énergie est produite en dehors du 06, nous exportons à prix prohibitif la grande majorité de nos déchets (517 kg produits par habitant et par an contre 360 kg en moyenne nationale en 2009, et 12 millions d’euros gaspillés par an pour une évacuation à 200 km), il n’y a presque pas d’énergies renouvelables, pratiquement pas d’économie verte très créatrice d’emploi, trop peu d’agriculture bio de plus en plus consommée … etc, etc. C’est un intolérable gaspillage de nos potentiels : énérgétique, économique, humain, scientifique, écologique, agricole ( Plaine du Var jadis nourricière ) …

Nice est aussi de plus en plus spoliée de sa capacité de décision au détriment de Paris ( OIN de la plaine du Var, … ) ou de Marseille (Agence Régional de Santé, … ), ce qui va s’aggraver avec la réforme-destruction des collectivités territoriales, élément de recentralisation rampante.

NP : Pouvez-vous nous exposer les idées fortes de votre programme ?

AM : Un changement positif et rapide en matière de réorientation économique et sociale, de démocratie locale, de sécurité globale et de civisme, de respect de notre culture et de reconquête de notre autosuffisance dans le domaine alimentaire, énergétique, traitement des déchets notamment, est nécessaire.

Je veux être un candidat à l’écoute des citoyens, qui agira au lieu de faire de beaux discours et ceci en réaction à la politique de l’oxymore qui voit les élus majoritaires dire une chose et faire l’inverse, au clientélisme et au système élitiste et anti-social imposé par la majorité au pouvoir au Conseil Général.

Il va aussi falloir apporter des mesures concrètes :

  • Relancer l’emploi avec l’économie verte (contribuant à éviter, réduire ou supprimer des nuisances pour l’environnement, elle est inexistante dans les Alpes Maritimes alors qu’on attend la création de 600.000 emplois en France en moyenne sur la période 2009-2020, principalement grâce aux projets d’infrastructure, dans le secteur du BTP) et la recherche-développement des énergies renouvelables; dynamiser notre tissu économique local pour recréer des emplois de proximité dans l’artisanat, le commerce, l’agriculture biologique, l’expression artistique ….

  • Développer le logement de haute qualité environnementale en ville et dans le moyen et haut pays à tarif attractif avec mixité sociale, pour combler le retard catastrophique du logement pour les classes moyennes et populaires, en n’oubliant pas la réhabilitation énergétique des logements anciens, sociaux ou pas; aider ceux qui sont dans une situation intermédiaire : pas de droit au logement social, mais pas assez de revenus pour louer ou acheter.

  • Organiser la prévention sanitaire ( complètement oubliée, à ne pas confondre avec le dépistage ), afin d’améliorer la qualité de vie et diminuer le mauvais environnement qui nous rend malade : pollution atmosphérique due aux transports routiers alors que nous n’avons pas d’usines, nuisances sonores, exposition aux ondes électro-magnétiques ( antennes-relais, wifi, … etc), émanations professionnelles toxiques, aliments chargés en produits qui nous rendent malades … etc .

  • Améliorer la sécurité de plus en plus difficilement assurée par des policiers de moins en moins respectés … et de moins en moins nombreux sur le terrain. Obtenir des résultats à la place de la  » communication pipeau  » et des dépenses pharaoniques actuelles (caméras par exemple ou maintien de l’ordre lors de Congrès internationaux ou de visite de personnalités), en développant la police de proximité, la prévention, l’ouverture des installations sportives et des salles des collèges pour des activités ludiques pour les jeunes du quartier encadrés par des adultes compétents et formés. Ne pas avoir l’impression de ne voir des policiers que pour verbaliser les petites infractions des automobilistes; mais il y a d’autres domaines concernés par la sécurité. Par exemple la sécurité des 2 roues dans une politique de piste cyclable certes performante sur les berges Paillon notamment, mais parfois dangereuse en ville où les voies cyclables non sécurisées sont difficilement utilisables et plutôt là pour faire du chiffre et créer des kilomètres sur le papier !

  • Créer des activités pour les adolescents
    Il y a peu de structures accessibles aux adolescents. En plus de l’ouverture des écoles et collèges le soir et le week-end pour mettre à disposition les infrastructures sportives avec encadrement associatif, nous souhaitons créer des espaces qui leur soient dédiés comme des terrains de football et/ou de basket-ball, des skateparks de proximité, entre autres sports de rue, et des salles d’activités artistiques ( au Centre Costanzo, ou dans la halle Spada, ou l’ex local Peugeot à Saint Roch, par exemple ), dans les espaces municipaux ou ceux du Conseil Général.

  • Assurer l’écoute des citoyens, la concertation publique et le respect de la démocratie locale de plus en plus bafouée dans des décisions prises par UN SEUL HOMME ( moi je … ) comme pour le quartier Riquier privé de tram tout récemment.

  • Respecter notre culture, notre terroir et notre cadre de vie, et promouvoir le retour des décisions à Nice plutôt qu’à Marseille ou Paris et la possibilité de choisir de  » vivre au pays « .

  • Avoir une politique des déchets enfin efficace économiquement et sans risque grave pour notre santé : diminution à la source en consommant et achetant différemment dans des commerces de proximité des produits locaux ( moins d’emballages, sacs papiers ), compostage, valorisation plutôt qu’incinération ou brûlage dans des cimenteries ). Suivre la directive 2008/98/CE relative aux déchets qui précise les principes d’autosuffisance et de proximité.

  • Aider l’installation et l’achat des terrains pour des jeunes agriculteurs bios.

  • Protéger la petite enfance
    Pour les plus petits, je propose de créer des micro-crèches hébergées dans des appartements qui appartiennent au parc des logements sociaux.

  • Chasser le gaspillage dans le budget (dépenses inutiles ou ostentatoires : stade disproportionné par exemple) plutôt que baisser les investissements ou les fonds dans les domaines clés ( logement, éducation, prévention … etc ).

  • Démocratiser l’offre culturelle
    L’offre culturelle n’est pas suffisamment connue.
 Nous avons la chance d’avoir la Halle Spada dans notre canton. 
Mais il faut que la production artistique locale soit mieux mise en valeur; elle est de plus généralement inconnue des habitants des quartiers. L’exemple de la pépinière d’artistes située à la Halle Spada, à Saint Roch, qui est ouverte sur le quartier et le dynamise, cela est à exploiter dans notre canton. De façon générale, comme pour le commerce, l’artisanat et l’agriculture, il faut aussi dans le domaine culturel pratiquer aussi l’éco-consommation locale.

  • Conserver le bâtiment Costanzo à Riquier après préemption par le département ou la mairie et l’utiliser pour notre quartier ( crèche, salle de jeux pour jeunes et séniors, salle de réunion pour les associations … ).

  • Créer un « jardin partagé » et bio à Saint Roch avec rôle éducatif et ludique pour les jeunes.

NP : quel est votre pronostic pour les 20 et 27 mars prochains ?

Située entre une droite extrême ou décomplexée et le parti communiste associé au NPA et aux Alternatifs, ma candidature devrait convaincre et rassembler une bonne partie des électeurs du 3ème canton, me permettant d’être présent au 2ème tour le 27 mars !

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages