Récupération de Donnèe
10 C
Nice
22 avril 2024

Le Môme : quand la passion de l’écriture se transmet

Derniers Articles

Le Môme est un rappeur indépendant originaire de la Côte d’Azur. Agé de 26 ans, il anime des ateliers d’écriture dans différentes écoles. Aujourd’hui, c’est au tour des élèves de l’école Risso de présenter leurs travaux sur la scène du BlackBox, au centre AnimaNice Bon Voyage.

Greg de son vrai nom, a enfilé plusieurs casquettes dans sa vie. D’abord boucher, puis professeur, mais aussi rappeur, c’est la tenue d’animateur d’atelier d’écriture qu’il a choisi de porter aujourd’hui. Le Môme se livre un peu plus sur cette pratique extrêmement importante à ses yeux.

À quelle fréquence réalisez-vous ce genre d’atelier?

« Je tente de faire cela tout au long de l’année. En revanche, avec les écoles c’est plus rare. Avec mon association, on veut vraiment toucher à tous les domaines. La plupart du temps, on fait ce genre d’atelier dans les prisons, ou bien les centres d’enfants battus. Le but est de montrer que tout le monde a des capacités !« 

Combien de temps faut-il pour préparer un évènement pareil?

« Honnêtement cette fois-ci, c’est un miracle qu’on ai pu le faire si rapidement. On a réalisé seulement six séances, et c’est très peu. Dans ce petit laps de temps, ils doivent écrire, choisir leurs instrus, apprendre les textes, et ensuite réussir à gérer la pression sur scène. Là, on a commencé mi-janvier, et en un petit mois on y est arrivé, ils ont fait du bon boulot ! »

Avez-vous déjà déniché un grand talent, quelqu’un avec beaucoup de potentiel?

« Non, mais de toute façon ce n’est pas le but. Il y en a certains qui ont des pré-dispositions, quelque chose de naturel en eux qui est sympa, mais on ne recherche pas cela. L’objectif est de se dire que c’est dur d’être jeune en 2024. C’est une génération qui a très peu de concentration. Ils n’arrivent pas à réfléchir par eux-mêmes. » Toujours en lien avec la musique, il résume ses propos en une phrase : Comme dirait Médine : C’est mieux d’construire des enfants forts. Que d’réparer les adultes cassés. »

As-tu été aidé par des ateliers plus jeune?

« Non, je ne suis pas passé par là. Cela n’existait pas à mon époque, j’ai commencé la musique comme les vieux avec la flûte. » Dit-il en rigolant. « En revanche, j’aurais bien aimé en avoir. Pour moi, tous les ateliers, aussi bien en musique, qu’en peinture, ou même en photo, sont bénéfiques pour les écoliers. Malheureusement, on leur a tellement répété qu’ils ne sont pas capables, qu’ils commencent à y croire. Et ce genre d’atelier peut leur prouver l’inverse. « 

Il est temps pour Le Môme de renfiler sa tenue de rappeur. Demain, il se rend à Aix-en-Provence afin d’assurer la première partie du concert de Mc Solaar.

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages