Récupération de Donnèe
11.4 C
Nice
23 avril 2024

EURO 2016: welcome to Nice

Derniers Articles

Nice est l’une des dix villes retenues pour accueillir l’Euro 2016 qui, organisé tous les 4 ans, est le troisième événement sportif le plus suivi au monde.

Mais, si on estime que chaque match sera suivi en direct par au mois 30 000 spectateurs et plus de 150 millions de téléspectateurs, comment oublier que ce macro-spectacle demande une organisation titanesque qui doit prendre en compte des domines les plus disparates comme la sécurité, la logistique, les transports, la viabilité, l’animation et tout le volet touristique (aéroports, gare ferroviaire, hôtels, restaurants, commerces…).

La nouveauté la plus récente, les fan zones introduites pour la première fois en Allemagne en 2012, sont devenues presque aussi importantes que les matches eux-même.

Tout cela demande une organisation complexe, qui doit tourner comme une montre suisse, toute défaillance entraînant des conséquences potentiellement lourdes.

Mais Nice est prête à révéler le défi et tout a été prévu et mis en place pour que rien ne puisse entraver la compétition sportive aux multiples enjeux: d’image et économiques.

A en peu plus de deux semaines du coup d’envoi (le tournoi commencera le 10 juin, le premier match à l’Allianz Riviera rebaptisé pour l’occasion Stade de Nice se jouera deux jours plus tard), Christian Estrosi, triple casquette de Maire de Nice, Président de la Métropole, Président de la Région PACA, a présenté à une assistance hétérogène le dispositif complet d’organisation assuré par les différents services de la Ville et plus 550 bénévoles.

Le premier et plus important volet est celui de la fan zone qui fonctionnera pendant tout le temps de la compétition, à savoir 31 jours et qui, avec deux zones de diffusions (Jardin Albert 1er et Théâtre de Verdure) pourra recevoir jusqu’à 10 000 visiteurs qui pourront suivre les matchs sur deux écrans géants, plus une zone d’animations sur le quai des Etats-Unis.

La sécurité de cette zone qui dépend de la responsabilité de la mairie sera assurée par la présence de 124 agents de sécurité accompagnés de policiers municipaux et des portiques de détection des métaux, en plus de la fouille des sacs et des palpations.

Ce dispositif doit être complété par l’installation de dix caméras de vidéo-surveillance s’ajoutant aux huit déjà existantes sur cette zone située près de la place Masséna, en centre-ville.

En revanche, le gouvernement n’a pas autorisé le dispositif de reconnaissance faciale par vidéo qui avait été proposé dans le cadre parlementaire par la président du Conseil Départemental Eric Ciotti, fidèle à son rôle de Monsieur Sécurité.

Au total, sur les 2,5 millions d’euros de budget de la fan-zone de Nice, 1,5 million est consacré à la sécurité, pris en charge à hauteur de 870 000 euros par l’UEFA et l’Etat, le reste incombant à la ville (630 000 euros).

Côté transports, un plan adapté est prévu avec des navettes bus qui assureront les liaisons de 4 points différents plus les trains des Chemins de fer de Provence.

Côté environnement, l’Agenda 21 du Sport et la Charte Eco-manifestation de la municipalité seront appliqués.

Côté économique, si la France va accueillir, suivant les prévisions, plus de 1,5 million de visiteurs, Nice en attend 250 000. En terme de retombées économiques, on table sur 81 millions d’euros (selon l’étude du CDES de Limoges en lien avec l’UEFA) dont 53 millions pour les dépenses autour du stade et de la fan zone.

L’aéroport de Nice prévoit 20 % de voyages en plus et les hôtels un remplissage proche de 100%.

De manière globale, l’Euro 2016 permettra une valorisation de l’image du territoire . En termes de retombées médiatiques, les effets seront également importants.

Pour toutes ces raisons, on ne peut que s’exclamer : Euro 2016, welcome to Nice !

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages