Récupération de Donnèe
29.1 C
Nice
24 juillet 2024

Éric Ciotti veut lancer un grand référendum sur l’immigration

Eloïse Esmingeaud
Eloïse Esmingeaud
Journaliste pour Nice Premium depuis mars 2023

Derniers Articles

Le patron des Républicains lance, ce 31 octobre sur ses réseaux sociaux une pétition pour réformer la Constitution par référendum en matière de lutte contre « l’immigration de masse ».

Les Républicains lancent une pétition pour lutter contre « l’immigration incontrôlée » à coups de chiffres chocs, de critiques contre la politique d’Emmanuel Macron et d’affirmations alarmistes. Cette campagne de communication survient à une semaine de l’examen du projet de loi gouvernementale sur l’immigration à l’Assemblée nationale. Un texte de loi dont le contenu est particulièrement attendu et sur lequel de nombreuses inquiétudes ont déjà émergé à gauche comme à droite.

Le chef de file des Républicains avait annoncé dans le JDD, ce dimanche 29 octobre, vouloir lancer une grande pétition nationale. Celle-ci a été mise en ligne et relayée, ce matin, par les élus et sympathisants LR. Elle compte plus de 7 000 signatures après quelques heures.

La pétition est accompagnée d’une vidéo intitulée « Comment en finir avec l’immigration incontrôlée ». Elle part du principe qu’il y a trop d’immigrés en France et en une minute, elle explique pourquoi pour y remédier, il faudrait modifier la Constitution française et cela en consultant d’abord le peuple par voie de référendum.

Les Républicains ne croient plus en une énième loi en matière d’immigration. Ils dénombrent 49 lois en 40 ans, « toujours plus fermes et toutes impuissantes ». C’est pourquoi ils veulent durcir la loi en modifiant la Constitution par référendum. Seul le président de la République ou les parlementaires peuvent la réviser. Dans le cas où l’initiative vient des membres du Parlement, elle doit être approuvée par référendum, c’est la procédure.

Le dernier recours au référendum dans l’histoire politique française date du 29 mai 2005, celui-ci portait sur la ratification du traité établissant une Constitution pour l’Europe. Sous la Ve République, il a été proposé à dix reprises aux Français de se prononcer par référendum, jamais en matière d’immigration. Une réalité que déplore Les Républicains.

74% des Français considèrent qu’il y a trop d’immigrés en France ?

L’argumentaire des Républicains s’appuie sur une série de chiffres et de statistiques. Les résultats du sondage de Odoxa-Backbone consulting réalisé pour le Figaro sont mis en avant. Selon cette enquête d’opinion réalisée auprès d’un échantillon de Français interrogés par internet du 23 au 24 mai 2023, 74% des personnes interrogées considèreraient qu’il y a trop d’immigrés en France.

Il est aussi relaté qu’en 2022, 7,0 millions d’immigrés vivaient en France, soit 10,3 % de la population totale. Ce sont des statistiques de l’Insee. Cependant, il n’est pas précisé que 2,5 millions d’immigrés ont acquis la nationalité française.

D’autres chiffres sont avancés : « Sur 134 280 obligations de quitter le territoire français (OQTF) prononcées l’an dernier, 9 164 seulement ont été exécutées, soit un peu moins de 7%. » Selon le rapport annuel du Contrôleur général des lieux de privation de liberté, 4 474 OQTF ont été exécutées en 2022 sur les 65 076 prononcées, soit un taux d’exécution d’environ 6,9%. Néanmoins, ils ne portent que sur les six premiers mois de l’année 2022.

Limiter l’accueil des étrangers, faciliter l’expulsion et modifier le parcours de demande d’asile

Les Républicains proposent alors une réforme constitutionnelle « pour rompre avec l’impuissance et reprendre le contrôle » car ils considérent que « nous ne sommes plus maîtres de notre pays ». Cette réforme est présentée comme la solution dans une Nation en danger.

Les parlementaires souhaitent s’attaquer à l’immigration en instaurant trois principes : « limiter chaque année par un vote au Parlement le nombre d’étrangers accueillis en France sans qu’aucune jurisprudence fondée sur des traités ou des conventions internationales ne puisse s’y opposer« , « faciliter les expulsions des étrangers en situation irrégulière et ceux menaçant l’ordre public » et « mettre un terme aux dérives de l’asile en instruisant les demandes à l’extérieur de nos frontières ».

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages