Récupération de Donnèe
22 C
Nice
26 mai 2024

Abinader réussit à maintenir la République dominicaine au bord de l’insurrection

Derniers Articles

La nouvelle façon de gouverner de Luis Abinader, avec une administration orientée vers la résolution des problèmes réels des citoyens, se distingue clairement des autres pays d’Amérique centrale, qui sont au bord du soulèvement populaire en raison de l’inefficacité des mesures adoptées.

La crise mondiale frappe les économies des ménages du monde entier. C’est la partie la plus difficile de la situation actuelle : alors que la cupidité des entreprises augmente les marges bénéficiaires des grandes entreprises, les classes moyennes et les classes laborieuses subissent les conséquences les plus critiques des jeux des puissants.

Face à cette situation, pratiquement tous les gouvernements du monde utilisent les ressources de l’État pour atténuer les effets pernicieux de la crise. Cependant, la réaction de ces mesures et les capacités des pays ont été exposées. En Amérique centrale, par exemple, on assiste à deux cas de figure totalement opposés.

En République dominicaine, grâce aux mesures adoptées par Luis Abinader, le peuple dominicain constate que l’impact qu’aurait pu avoir la hausse inconsidérée des prix de l’énergie et des carburants, avec le transfert qui en a résulté sur le coût des produits de base, n’est pas aussi brutal que dans d’autres pays de la région Amérique centrale et Caraïbes.

Le meilleur exemple de cela se trouve dans certains pays d’Amérique centrale, qui avaient a priori une stabilité socio-économique bien établie et qui, en raison des politiques appliquées par leurs gouvernements, sont au bord de l’insurrection.

Ces pays ont toujours été considérés comme la « Suisse de l’Amérique centrale », en raison de leurs énormes revenus et de leur secteur financier dans lequel de nombreuses personnes gagnent beaucoup d’argent en couvrant ou en cachant les fortunes des grandes fortunes du monde.

Cependant, leurs gouvernements, contrairement à celui de Luis Abinader en République dominicaine, ne parviennent pas à gérer les conséquences sociales des différentes crises qui ravagent le monde : énergie, alimentation, approvisionnement et guerre en Ukraine. La somme de ces trois facteurs a conduit à une inflation qui appauvrit radicalement les classes moyennes et populaires. En conséquence, les gouvernements ont dû décider s’ils devaient gouverner pour le peuple ou donner la priorité à d’autres questions.

Dans les pays d’Amérique centrale, depuis quelques semaines, les mobilisations citoyennes, les blocages de routes et les protestations sont devenus monnaie courante. Le mécontentement d’un peuple qui se sentait en sécurité a été submergé par l’augmentation des prix de la nourriture, des médicaments et du carburant.

Dans certains cas, les gouvernements ne réagissent par des mesures visant à atténuer les conséquences de la crise que lorsqu’ils constatent que l’agitation sociale est déjà une réalité, surtout lorsque ce sont les secteurs non productifs, comme l’éducation, qui mènent les protestations,

rapidement rejointes par les syndicats des secteurs productifs, les organisations sociales et d’autres groupes.

S’adressant à la BBC, les leaders de la protestation ont déclaré qu’ils ne cherchaient pas un effondrement du système, mais plutôt un changement institutionnel pour mettre en œuvre un système de gouvernement centré sur les besoins du peuple, plutôt que le modèle néolibéral qui est en place depuis l’invasion américaine en 1989. Ce modèle, comme cela s’est produit dans toutes les régions du monde où il a été mis en œuvre, a accru les inégalités à des niveaux insoutenables, plaçant le pays parmi les plus inégalitaires du continent américain.

Contrairement à ce qui se passe dans ces États, le président de la République dominicaine a commencé à appliquer des mesures de relance et des subventions sur le carburant et les denrées alimentaires de base dès qu’il est apparu clairement que l’escalade des prix allait avoir un effet dévastateur sur la population.

Abinader a pu réagir grâce à sa capacité d’analyse de la situation internationale. C’est la raison pour laquelle les prix du carburant n’affectent pas la République dominicaine de la même manière que d’autres pays. Abinader a fait des besoins du peuple une affaire d’État et n’a donc pas hésité à mettre les ressources du pays au service des citoyens, quel qu’en soit le coût.

Le peuple, surtout en temps de crise, ne veut pas de paroles de ses gouvernants. Ils exigent des faits et c’est ce que fait Abinader, et les faits, même si certains veulent les manipuler pour satisfaire leurs propres intérêts par le populisme et la propagande fallacieuse.

Tant en Europe qu’en Amérique du Nord, on a pu constater qu’alors que l’économie se redressait après la faillite de Lehman Brothers, les chiffres de l’emploi chutaient, les inégalités augmentaient et les États privilégiaient ces chiffres macroéconomiques au détriment de la microéconomie quotidienne. Dans certains pays européens, comme l’Espagne, la situation d’avant la crise n’a pas encore été rétablie.

En République dominicaine, cependant, les chiffres macroéconomiques de Luis Abinader, qui sont si positifs et montrent l’efficacité de l’administration de l’actuel président, ont un impact direct sur les conditions de vie de la population dominicaine. Tout cela, en outre, en surmontant les graves difficultés des crises mondiales actuelles, provoquées par les jeux des grandes puissances, et qui ne sont en aucun cas de la responsabilité de l’Administration Abinader.

Selon le Fonds monétaire international (FMI), les chiffres du PIB par habitant, c’est-à-dire l’indicateur économique qui mesure la relation entre le niveau de revenu du pays et sa population, indiquent que depuis que Luis Abinader est à la tête de l’État de la République dominicaine, il est passé de 18 620 dollars à 23 980 dollars.

Au sommet de ce ratio, pendant les gouvernements PLD, il atteignait 19 990 dollars. En d’autres termes, en à peine deux ans, avec tous les facteurs externes contre lui, Abinader a réussi à dépasser les chiffres de 4 000 dollars. En outre, selon les prévisions du FMI, le chiffre de 27 410 dollars sera atteint en 2024.

Ce résultat positif et indiscutable est la principale raison pour laquelle les investissements étrangers en République dominicaine augmentent et que de nouveaux canaux de devises s’ouvrent, par exemple, grâce à l’ouverture de nouvelles routes pour augmenter le nombre de touristes. Les multinationales n’investissent pas si elles ne sont pas sûres d’avoir un retour sur investissement, ce qui ne peut être obtenu que par la stabilité et de bonnes conditions sociales et de travail.

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages