Récupération de Donnèe
22.5 C
Nice
6 juin 2024

Le Rugby Nice Côte d’Azur renvoyé dans ses 22 mètres !

Alors que le football attend son nouvel actionnaire et que le handball féminin est passé sous les couleurs de l’OGC Nice, c’est au sein du club ovale de la ville de Nice que cela ne semble plus vraiment tourner bien rond et particulièrement dans les relations qui unissent l’association sportive et la ville. Flexion, touchez, stop… Entrez !


rnca-balda.jpg C’est par un courrier explicite que l’association Rugby Nice Côte d’Azur, par l’intermédiaire de son Président Christian Baldacchino, a tenu à mettre, voire remettre, les points sur les i après une saison marquée par de (trop) nombreux évènements extra-sportifs aboutissant à la liquidation de la SASP sensée gérer l’équipe première évoluant en Fédérale 1.

Résultats des courses : si sportivement la saison aura tout de même été relativement aboutie avec une qualification en phase finale, il n’en est pas de même côté coulisses où la gestion fantasque de la SASP – objet d’une mise en liquidation judiciaire délibérée par le Tribunal de Commerce avec un lourd passif – a laissé des traces aussi bien financières qu’humaines au sein du club et de ses dirigeants obligeant la Mairie à débloquer une subvention extraordinaire pour se substituer à l’actionnaire quasi-exclusif qui n’avait pas versé la somme nécessaire pour la saison.

Tout commence par une missive envoyée par une minorité de dirigeants niçois au Maire de Nice dénonçant une gestion incohérente d’un Comité Directeur accusé de manque de transparence et de bon nombre d’autres incompétences.

Le pli semble arriver à bon port puisque les services municipaux concernés, et notamment celui des sports, prennent le dossier à bras le corps afin de déterminer le vrai du faux dans ce dossier. Rendez-vous est donc pris entre la mairie de Nice et le RNCA, certainement, oserait-on croire, pour tenter de comprendre si ce qui se passe au sein du club n’est pas qu’une banale lutte de pouvoir.

La rencontre tournera finalement court et n’ayant pas eu la possibilité de s’expliquer oralement, c’est donc par écrit que le club et son Président décident finalement de répondre à la fois aux nombreuses accusations. On apprend donc dans ce courrier que chaque accusation portée par certains membres du club trouvent une réponse, qui certes doit être vérifiée, mais qui a au moins le mérite d’exister.

Côté finances, avec des comptes suivis par un expert comptable et un commissaire aux comptes, et des contrôles et audits n’ayant trouvé aucune anomalie, il semblerait que la situation ne soit pas aussi « fantasque » que prétendue.

Alors, qui ou que croire ? Pourquoi, une nouvelle fois, l’ovale niçois se retrouve-t-il au sein d’une tourmente mêlant clanisme et individualisme primaire bien loin des valeurs morales exemplaires d’un sport d’équipe connu pour cela !

On l’aura bien compris à la lecture de ces deux écrits, un nouveau match est bel et bien lancé, et alors que l’on pensait que la saison s’était arrêtée en 8èmes face à Limoges, il semblerait bien qu’elle continue en coulisses pour un été qui s’annonce chaud bouillant du côté des Arboras.

Mais pour faire un match, il faut bien deux équipes et là, tout semble beaucoup moins clair car si on a bien compris le différend entre une minorité dirigeante et le reste de l’association, il n’en est pas de même pour la Ville de Nice dont on peut raisonnablement se demander dans quel camps elle joue ?

En effet, selon les responsables du RNCA, une solution aurait été proposée au Maire de Nice avec l’arrivée d’un investisseur désireux de s’impliquer dans le rugby niçois après avoir évolué un temps dans le monde du football marseillais.

Le bras de fer semble donc bien engagé au détriment, comme souvent, d’un club qui risque de payer le prix fort en sortant affaibli d’une lutte intestine estivale qui ne permettra certainement pas de préparer la prochaine saison avec toute la sérénité et l’application nécessaire pour espérer une nouvelle fois décrocher les play-offs en fin phase de poule.

Le marché des joueurs comme celui du sponsoring n’attendront certes pas que les querelles niçoises stériles s’apaisent et pendant que certains vizirs passent leur temps à viser la place des califes, l’eau continue de couler sous les ponts du paillon et bien malin sera celui ou celle qui pourra dire à qui profite tout cela et surtout qui en est, ou en sont les instigateurs ? Parce qu’organiser une conjuration est toujours attrayant mais là où il y a un Catilina, il y a aussi un Cicéron !

L’histoire nous enseigne une nouvelle fois comment les choses finissent…

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe