Récupération de Donnèe
11.2 C
Nice
22 avril 2024

Interview de Gersende Giordano, chargée de mission au Pôle Tourisme de la CCI Nice Côte d’Azur

Derniers Articles

« J’ai pris soin, au fil de ces 5 années, de bien cibler mes choix et de tenter d’avoir une vision exhaustive du secteur »

Nice Premium : Présentez-nous la société dans laquelle vous évoluez ?

Gersende.jpgGersende Giordano : La Chambre de Commerce et d’Industrie Nice Côte d’Azur œuvre à l’animation du tissu économique des Alpes Maritimes. Sa principale mission est d’aider les entreprises locales à aller vers la compétitivité, l’innovation. Cette institution doit pour cela écouter ses ressortissants et les représenter. Il est important de préciser un des métiers majeurs de la CCINCA qu’est la formation, l’enseignement et l’apprentissage.

NP : Quel est votre rôle au sein de celle-ci ?

GG : J’ai intégré le pôle tourisme de la CCINCA depuis aujourd’hui deux ans. La principale mission de cette filière est d’animer le tissu touristique azuréen par des actions fédératrices et adaptées à un secteur bien spécifique. Mon poste est très intéressant car basé sur différents axes. J’ai en charge la conduite de certains projets européens ou d’animation locale, la réflexion et la mise en place d’actions clés pour le développement de notre secteur. Je peux aussi être amenée à travailler avec la cellule d’accompagnement sur certains dossiers liés spécifiquement au domaine du tourisme par exemple sur le positionnement, le marketing, l’orientation stratégique d’une entreprise. Il y a aussi dans ma mission un aspect très important lié à l’écoute des acteurs, impérative car elle nous permet ensuite d’orienter nos actions en fonction des besoins.

NP : Qu’avez-vous fait depuis votre sortie de l’école ? Quel est votre parcours professionnel ?

GG : J’ai intégré la CCINCA à la fin de mes études. L’expérience que j’ai pu cumuler sur le secteur touristique est essentiellement basée sur les stages successifs, emplois saisonniers et actions personnelles effectués pendant mon cursus. J’ai pris soin, au fil de ces 5 années, de bien cibler mes choix et de tenter d’avoir une vision exhaustive du secteur : palais des congrès, agence réceptive, agence événementielle, office de tourisme, etc..

NP : Avez-vous toujours eu le désir d’exercer ce métier ou est-ce le résultat d’opportunités ?

GG : Question très intéressante qui débouche du coup sur une réponse délicate. Pour être tout à fait franche, le tourisme n’était pas à la base un vœu pieux. Je pense qu’il est avant tout important de bien faire le distinguo entre un métier et un secteur. Le métier est pour moi une discipline comme la communication ou la finance. Le tourisme est un secteur qui peut renfermer tous ces métiers. Au sortir du BAC, il a fallu se poser les bonnes questions. Evidemment les réponses furent difficiles à trouver, je voulais faire de la création en publicité mais les formations étaient trop onéreuses et souvent dans la capitale. Je voulais partir pour parfaire mes langues, devenir coach professionnel… comme vous pouvez le constater le tourisme était encore loin. J’ai donc décidé d’aller vers du commercial en me disant que le temps m’aiderait à ensuite choisir un secteur ou un métier bien spécifique.
Une première expérience en communication à l’Office du Tourisme de Nice et mon amour pour la destination azuréenne m’ont poussé naturellement vers le domaine du tourisme. Un moyen pour moi de gagner ma vie en contribuant au développement et l’image d’un territoire qui m’est cher tout en gardant un pied assuré dans l’humain.

NP : Quel est votre parcours scolaire, quels diplômes avez-vous obtenu ?

GG : Mon parcours est le suivant : IUT TC Nice/ IUP Master Management des Entreprises Touristiques Option Tourisme d’Affaire Titre Ingénieur Maître/ IAE Master 2 Marketing et Communication Organisationnelle Major.

NP : Quelle est l’image des étudiants de votre ancienne école dans le milieu professionnel où vous évoluez ?

GG : J’ai surtout une bonne visibilité sur les anciens de la formation Tourisme IUP et le bilan est très positif. Les postes obtenus sont bons et très intéressants. La plupart ont trouvé des postes à responsabilité, sont devenus leur propre patron, d’autres encore sont partis pour de lointaines contrées… Côté IAE, je sais que cette école est reconnue en national mais je n’ai pas gardé de réels contacts avec les anciens élèves.

NP : Quels conseils donneriez-vous aux étudiants qui envisagent une carrière dans le secteur du tourisme ?

GG : Quelque soit le secteur choisi, je conseillerais aux futurs actifs de toujours prendre chaque expérience, aussi courte et peu engageante soit-elle, comme un travail à part entière. Je leur dirais aussi de ne pas se contenter d’aller en cours, de rendre leurs dossiers et de valider un diplôme pour la gloire. Il faut aller plus loin, nouer des contacts, sortir de chez soi, s’ouvrir et faire de sa vie, une sorte de plan de carrière.

Selon vous est-il préférable de commencer par des PME ou des grandes structures ?

Logo_CCI-Bloc.jpg GG : Je reste convaincue que le démarrage dans une petite structure est très formateur car les responsabilités et la polyvalence des taches y sont décuplées. Un même poste dans une structure de taille différente peut changer du tout au tout… Il est peut-être plus agréable de se dire dirigeant d’un gros groupe que d’une TPE mais la question à se poser est « quel contenu ? », « quelle fonction exacte?».

NP : Pourquoi avoir choisi d’évoluer au niveau local ?

GG : J’ai déjà un peu répondu à cette question… je suis amoureuse de la Côte d’azur. Mais le choix est à un instant T de ma vie, l’international ne me rebute pas du tout. Nous dirons qu’aujourd’hui je suis sur la Côte et que demain est un autre jour. Pour l’instant j’ai trouvé ici ce que je cherche, c’est-à-dire un travail mêlant opérationnel et analyse, ce qui n’est pas toujours évident dans ce secteur.

Retrouvez chaque semaine les interviews dans la rubrique « Emploi Info »

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages