Récupération de Donnèe
22.5 C
Nice
19 juin 2024

Rudy Salles, un Député niçois

Derniers Articles

« Plutôt que de chasser les rats, le Maire devrait aller à la chasse aux bonnes idées ! »


sallesass.jpg
M. Salles, quel serait votre diagnostic si vous étiez le « Médecin » de la Ville de Nice ?

Si j’étais le « médecin » de la ville de Nice, j’essaierais de faire un diagnostic vérité. Il ne s’agit pas de casser le thermomètre pour faire baisser la fièvre. De même, cela ne sert à rien de communiquer de fausses nouvelles en disant « Nice une ville en mouvement » alors que la ville de Nice est en panne et que tout le monde s’en rend compte. C’est pourquoi je crois utile d’établir ce diagnostic sincère en analysant les forces et les faiblesses de notre ville et en administrant la posologie qui lui convient, c’est-à-dire les moyens de son avenir.

EMPLOI :

Le bassin de l’emploi niçois n’est pas au mieux de sa forme, quel est votre avis sur le sujet ?

Le bassin de l’emploi n’est pas au mieux de sa forme. Et pourtant les atouts de Nice devraient jouer à plein pour pouvoir lui donner le dynamisme qu’elle mérite. Mais il y a plusieurs raisons à cela. Tout d’abord, il faut mettre au premier rang des freins à l’emploi les problèmes de logement. En effet, Nice manque de logements pour actifs. Dire que l’OPAM ne remplit pas sa mission est un doux euphémisme. C’est pire que cela ! Il est vrai qu’il y a des problèmes de foncier car ici le terrain est rare et cher. Mais justement, c’est parce qu’il y a ces difficultés que la puissance publique devrait intervenir avec volontarisme. Malheureusement ça n’est pas le cas. De ce fait, les entreprises ne peuvent s’installer à Nice et donc créer des emplois. Quand quelques unes s’y implantent tout de même, elles sont souvent obligées d’en repartir car leurs collaborateurs ne peuvent y trouver de logements. Pour répondre à ces problèmes, il faudrait créer des logements pour actifs à Nice mais aussi à la périphérie dans le moyen pays, à une condition, c’est que les transports et notamment les transports en commun soient améliorés. Or, la première ligne de tramway restera niço-niçoise et ne desservira donc pas nos banlieues, ce qui est une erreur.

Quels seraient, selon vous, les mesures à appliquer pour améliorer cela ?

Pour faciliter l’emploi et notamment celui des jeunes couples, il faut développer une politique en direction de la petite enfance. Or Nice manque de structures d’accueil et c’est donc un handicap majeur pour les familles.
Il faut noter aussi l’absence d’image de notre ville. Aujourd’hui, malgré la communication massive faite par la municipalité qui ne s’adresse d’ailleurs qu’aux Niçois qui eux-mêmes n’en sont pas convaincus…Nice n’impose aucune image positive à l’extérieur de ses limites territoriales. Cela ne la rend pas attractive, ce qui constitue un handicap majeur. La municipalité ferait mieux de remiser la méthode « Coué » et de viser l’efficacité. Mais cela passe par le diagnostic-vérité que la Mairie refuse de faire. Il faut dire que celui-ci viendrait certainement sanctionner 10 ans d’échecs successifs.

Votre avis sur le Cyber Emploi de Nice ?
Sur le cyber-emploi, je ne veux pas émettre d’avis. Je veux simplement souligner qu’il y a certainement trop de structures qui s’occupent d’emploi là où il faudrait une plus grande rationalisation. Je pense que le demandeur d’emploi devrait pouvoir se tourner vers un guichet unique qui l’orienterait dans ses démarches et qui lui éviterait le parcours du combattant actuel qui se termine souvent par des fins de non recevoir.

COMMERCES :

Vous êtes intervenu sur la problématique des commerces ouverts 24h/24h, pour quelles raisons ?

La liberté du commerce est une liberté publique fondamentale dans notre pays. Je ne suis pas opposé à l’ouverture de certains commerces 24h/24 à condition que cela ne porte pas atteinte à la quiétude de nos quartiers. Chacun doit pouvoir vivre en paix sans gêner l’autre. Or il s’est avéré que certains commerces ouverts toute le nuit et notamment des épiceries sont devenus des lieux de rassemblement bruyants qui empêchent de dormir les riverains. Ceci est inacceptable. D’autre part, il y a des arrêtés préfectoraux qui empêchent la vente d’alcools et qui ne sont pas respectés. Ce sont là autant de problèmes sur lesquels il faut trouver des solutions. D’où mon idée d’y travailler en concertation avec tous les intéressés : commerçants, riverains, services de police, etc.

SPORTS :

Quel est votre position sur le sport niçois en général ?

Le sport Niçois est le parent pauvre de la politique municipale. Et pourtant Monsieur PEYRAT avait annoncé que ce mandat serait celui du sport ! Nice est la grande ville de France qui a le plus petit nombre de terrains de grand jeu. Nous sommes classés 27ème sur 27 par le journal « l’Equipe ». Plusieurs terrains ont été supprimés et n’ont pas été remplacés. D’autre part les équipements existants vieillissent. Enfin, la ville manque d’équipements de proximité. Le bilan est négatif !

Et sur le grand stade dans la plaine du Var ?

Un grand stade à Nice est nécessaire. Tout d’abord pour permettre à l’OGCNice d’évoluer dans les meilleures conditions et à ses supporters d’être bien accueillis. Il était aussi nécessaire de l’imaginer ailleurs qu’au Ray pour plusieurs raisons : d’abord parce que les travaux auraient empêché le Gym de jouer et qu’il n’existait pas de solution de repli, d’autre part parce que le quartier du Ray est saturé et très peuplé. L’arrivée du tramway dans ce secteur le rendra encore plus difficile l’accès pour ceux qui viennent en voiture au stade.
En revanche la solution de Saint Isidore me parait une mauvaise idée : trop cher, trop loin, un montage financier hasardeux. Je proposais le réaménagement du stade Charles Ehrmann qui présentait de nombreux atouts : infrastructures existantes (routes, parkings, chemins de fer, aéroport), coût moins élevé, etc. Le Maire a décidé sans aucune concertation et en refusant, à priori, toute autre proposition que la sienne ! S’agissant pourtant d’un équipement qui appartiendra aux Niçois, on aurait pu leur demander leur avis !

Vous pratiquez quels sports ?

Quant à moi, je pratique le tennis quand mon emploi du temps me le permet.

VIE LOCALE :

Vous venez de sauver une classe unique à Pessicart. Un bref résumé de cette confrontation avec l’éducation nationale locale ?

L’école de Pessicart a été sauvée. Le combat a été difficile mais nous l’avons mené et gagné. L’enjeu était de sauver une école dans un quartier en plein devenir alors que l’Inspection Académique et la Mairie de Nice avaient décidé de la fermer. Et bien notre combat a payé mais nous restons mobilisés avec les parents d’élèves pour qu’à la rentrée tout se passe bien.

Une saison touristique mi-figue, mi-raisin. Vous en pensez-quoi ?

La saison touristique à Nice est moins bonne que dans les autres villes de la Côte. Ceci s’explique notamment par l’état de la ville : manque d’hygiène, absence de manifestations touristiques, insécurité, dératisation avec grand renfort de publicité, etc. Les quelques manifestations qui animaient les été ont niçois ont disparu : batailles de fleurs, Nikaïa, festival du folklore, etc. Le Maire laisse entendre qu’il est prêt à renoncer à la dernière manifestation populaire et qui draine des milliers de spectateurs, le festival du Jazz. Encore une fois, Nice a besoin d’une image positive et d’une politique touristique. Et puis nous pourrions aussi parler du déclin d’Acropolis qui attend depuis 25 ans son agrandissement vers le Palais des Expositions et qui voit les demandes de congrès diminuer du fait du vieillissement de nos infrastructures. Ceci est dangereux pour l’avenir car pendant ce temps, les villes concurrentes nous devancent.

Ne pensez-vous pas que l’insécurité et l’hygiène sont des fléaux trop présents à Nice ?

L’insécurité et l’hygiène sont deux fléaux qui nuisent à l’image de Nice. La Police Municipale est mobilisée sur le chantier du Tram, elle ne joue plus son rôle dans le domaine de la prévention. Quant à l’hygiène, je constate que le service du nettoiement a vue ses effectifs sans cesse réduits. Enfin, au niveau de l’organisation, on n’y comprend plus rien : avant il y avait un responsable du nettoiement c’était l’adjoint au Maire qui agissait sur délégation du Maire. Maintenant, suivant les cas, c’est le territoire, la ville ou la CANCA, c’est donc devenu un imbroglio qui permet de dissimuler les responsabilités et qui réduit l’efficacité. Quel progrès !

Le Maire de Nice chasse les rats, que chasseriez-vous si vous étiez à sa place ?

Le Maire chasse les rats ! Ca n’est pas au Maire de faire ce travail mais aux services de l’hygiène. Il l’ont d’ailleurs toujours fait jusque là. Je pense que le Maire doit avoir d’autres choses à faire de ses journées que de chasser les rats et d’afficher ensuite ses trophées ! Ce qui est dramatique c’est qu’on en fasse de la publicité. Vous imaginez l’image que l’on donne de nous encore une fois à la veille de la saison touristique : la ville infestée par les rats ! D’abord cela ne reflète pas la réalité, ensuite on voudrait faire peur aux touristes qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

LE PORT :

Quelle est votre position sur la gestion du Port de Nice ?

Je trouve la querelle entre le Conseil Général et le Conseil Régional sur la future gestion du Port de Nice ridicule. Plutôt que de se demander qui peut gérer, on ferait mieux de poser la question : pour quoi faire ? Aucune de ces collectivités n’a donné d’argument pour répondre à cette question qui me semble pourtant la plus importante.

Que pensez-vous de la querelle Conseil Général – Conseil Régional pour l’obtention de cette gestion ?

Pour ma part, j’estime que le Port de Nice a besoin des deux collectivités pour son avenir. C’est pourquoi je suggère un syndicat mixte Région/Département de façon à donner les meilleurs atouts à Nice.
Vous êtes plutôt Port de plaisance ou Port de croisières ?
Pour ce qui me concerne, je suis favorable à la création d’un grand port de plaisance plutôt qu’à un port de croisière.

LE VIEUX NICE :

Que représente la vieille ville pour vous ?

La vieille ville est le cœur historique de Nice. Il a un charme fou et attire aujourd’hui de nombreux touristes. Mais il attire aussi les Niçois et notamment et notamment les jeunes qui en on fait le lieu favori de leurs sorties. Ca n’a pas toujours été le cas. On a connu l’époque où le vieux Nice était insalubre. Des efforts ont été faits sous les municipalités Médecin pour donner le résultat d’aujourd’hui.

Les tags ont disparus sur les murs mais les portes et volets métalliques des commerces en portent toujours les stigmates. Votre avis sur le sujet ?

La disparition des tags enfin ! Pourquoi avoir attendu aussi longtemps pour intervenir. Mais je regrette que ceux-ci demeurent sur les volets métalliques des commerces.

Outre les Tags, des centaines d’affiches gangrènent les mur du Vieux-Nice. Ne pensez-vous pas que des panneaux d’affichages à l’entrée de la vieille ville pourraient empêcher cela ?

On constate aussi la multiplication des affiches sur les murs. S’il y a des affiches, c’est qu’il y a un besoin de communiquer. Alors il faut que la ville installe des panneaux d’affichage libre permettant de coller les affiches proprement. C’est simple et ça ne coûte pas cher.

Côté hygiène, pas de toilettes publiques, des locaux poubelles nauséabonds… Quelles seraient vos solutions pour enrayer ces problématiques ?

Les locaux à poubelles étaient très bien entretenus, ils ne le sont plus, c’est regrettable. Dans ce domaine, il ne faut pas lésiner sur les moyens car sinon on crée des nuisances insupportables. Ceci est vrai partout, c’est encore plus vrai dans le vieux Nice qui est un quartier aux rues étroites où tout est amplifié. Alors il suffit de reprendre les bonnes vieilles méthodes qui marchaient il y a une dizaine d’années de façon à redonner à la vieille ville l’hygiène qu’elle mérite. Quand aux toilettes publiques, il n’y en a quasiment pas. Il faut y remédier car les nuisances sont là aussi réelles.

LE TRAMWAY :

Votre sentiment sur le « Trambalan nissart » ?

Je suis POUR le tramway mais j’ai expliqué que j’étais favorable au tracé est-ouest plutôt qu’au tracé nord-sud plus cher, plus traumatisant, desservant moins bien les grands axes de circulation Niçois. Et puis le tram étant financé par la CANCA il eut été logique qu’il desserve immédiatement La Trinité, Saint Laurent du Var et Cagnes Sur Mer. Sur ce sujet, une fois encore, la concertation a été escamotée. J’ajoute mon opposition totale au dépôt de Nice Nord qui apporte une gêne à un quartier très urbanisé et qui coûtera trois fois plus cher que le dépôt du tram de Montpellier !

En tout cas dans l'état où se trouve notre ville, je souhaite que ce chantier s'active et que les travaux se terminent le plus vite possible. Les Niçois doivent souffrir le moins longtemps possible de ces nuisances.

Les commerçants niçois font face à de graves problèmes de gestion.

Que pensez-vous du Plan FISAC et de son application à Nice ?

Quant au plan FISAC, je le trouve assez peu efficace dans notre ville. En dehors des effets d’annonce, j’ai du mal à voir concrètement de quoi il s’agit sur le terrain. C’est dommage car dans d’autres villes, ça marche et on crée des événements qui animent les quartiers. C’est triste que dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres, Nice ne réussisse pas. Pour moi c’est le politique qui en porte la responsabilité. Plutôt que de chasser les rats, le Maire devrait aller à la chasse aux bonnes idées !

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages