Récupération de Donnèe
24 C
Nice
15 juin 2024

Défense et illustration -manquées- de François Fillon

Derniers Articles

fillon.bmpTout avait pourtant bien commencé. A l’invitation de l’UMP des Alpes-Maritimes, une conférence-débat devait se tenir ce samedi 8 décembre dans les salons panoramiques de l’Hôtel Aston de Nice. Celle-ci devait porter sur le livre rédigé par la journaliste de LCI Christine Kelly et consacré au premier Ministre : « François Fillon, le secret et l’ambition ». A l’heure dite, devant une petite centaine de personnes et aux côtés du Président du Conseil Général Christian Estrosi, paraît la présentatrice vedette, superbe beauté plastique, directement surgie des îles et qui prend place sur l’estrade. Tout en vantant la qualité de l’ouvrage dans sa rapide présentation, Christian Estrosi a précisé qu’il « prenait des risques en tant que Ministre » s’agissant d’un livre sur le chef d’un gouvernement auquel il appartient. « Complicité, loyauté, amitié », tels sont néanmoins les concepts usités par le candidat à la mairie de Nice pour qualifier sa relation avec François Fillon. Quant au contenu du livre, Christian Estrosi s’y « retrouve complètement ». Chrisine Kelly prend alors la parole. Mais plus habituée sans doute aux ambiances feutrées du studio de télévision, la journaliste a eu bien du mal à capter l’attention de son auditoire grand public. D’une voix monocorde et aussi douce qu’une berceuse, elle s’est efforcée d’expliquer les raisons de son intérêt pour le personnage du premier Ministre. En vain. Au point de décourager un couple de sympathisants plutôt âgés qui, à peine arrivés, se demandaient comment sortir de ce guet-apens. « Il va falloir profiter du prochain mouvement de foule » se disaient-ils à voix qu’ils croyaient basse . « Rien n’a été écrit sur lui », lui a soufflé un jour celui qui allait devenir son éditeur à propos du premier Ministre. Alors que, constate-t-elle, « plus de cinquante ouvrages ont été rédigés sur le président Sarkozy ». Elle raconte ensuite ses « six longs mois d’attente d’un rendez-vous » que tarde à lui accorder l’entourage de François Fillon. Un homme « secret, discret et jaloux de sa vie privée ». Elle décide donc, comme la justice, de se transporter dans le département de la Sarthe, son fief électoral. Elle y rencontre « son instituteur » et « son professeur de collège », « des amis et des voisins », précise-t-elle, qui « tous l’aimaient ». A force d’interroger les uns et les autres, les oreilles de Matignon finissent par tinter ce qui lui vaut un premier rendez-vous avec le chef du Gouvernement. Mis à part les faits, « trop souvent oubliés », confie la présentatrice, qu’il est « à l’origine du programme présidentiel du président Chirac en 2002 », que « sa relation avec Nicolas Sarkozy a commencé en 2005 » et que « sa plus grande blessure politique fut son échec aux régionales de 2004 », on restera toutefois sur sa faim en dépit de cette avalanche de révélations. Plutôt qu’une conférence, ce fut une accumulation d’anecdotes sans grand intérêt et d’où semblait exclue toute analyse politique en profondeur sur le premier ministre, tranquille, d’un président, hyperactif. Difficile, par surcroît, de recommander la lecture d’un ouvrage qui n’était pas distribué en service de presse avant la conférence. L’éditeur n’en avait pas apporté avec lui et la représentante de la librairie niçoise -on en taira le nom par décence-, chargée pourtant d’en faire la promotion, était aussi aimable qu’une porte de prison. Finalement, il paraît, selon Christine Kelly qu’en « montagne, François Fillon n’aime pas qu’on marche devant lui ». A la ville, il doit donc beaucoup souffrir.

Documents joints

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages