Récupération de Donnèe
23.2 C
Nice
28 mai 2024

Christian Mars veut donner du mouvement à La Gaude

Derniers Articles

la-gaude.jpg Si elle a été pendant 30 ans portée par le développement du centre de recherche IBM, la commune de la Gaude (6900 habitants) est en crise depuis le début des années 90. Le fameux concept de la technopole au milieu de la campagne a décliné en même temps que le géant américain vidait sur place ses bâtiments. A l’heure de la mondialisation et du regroupement des services de développement informatique sur l’Inde, la plateforme gaudoise n’attire plus.

De son coté, incapable de bâtir un modèle de développement alternatif à celui créé en 1962 par IBM, la municipalité actuelle a vu près de 40% des emplois locaux disparaître depuis 1990 et la commune se transformer petit à petit en cité dortoir.

C’est pour lutter contre ce phénomène et « en prenant acte de la faillite de la municipalité actuelle » que Christian Mars rassemble depuis un an les bonnes volontés locales à travers l’association « La Gaude en mouvement ». Son but : proposer une nouvelle dynamique aux Gaudois à travers un grand projet économique et environnementale.
Rapidement, la plupart des personnalités locales ont adhéré au programme porté par celui qui pendant 20 ans a animé la rédaction de Nice-Matin. Agé de 47 ans et père de 4 enfants, Christian Mars, ancien secrétaire général de la rédaction de Nice-Matin, n’est autre que le petit-fils de Michel Bavastro, le fondateur du journal niçois. A la vente de Nice-Matin au groupe Hachette en 1998, il a quitté l’entreprise pour se consacrer à l’action publique et au développement des collectivités en tant qu’administrateur territorial, d’abord au conseil régional Provence Alpes Côte d’Azur puis depuis 2003 au Conseil général des Alpes Maritimes.

A coté de Christian Mars, on trouve aujourd’hui sur ce qui est devenu la liste « La Gaude en mouvement » , Jean Pierre Audoli, gérant de société, conseiller municipal ancien adjoint aux travaux de La Gaude, Mady Valentin, directrice des projets à La Poste, René Garacci, président du club des dirigeants de la zone de Carros Le Broc, Christian Nicouleau, ancien dirigeant de société, vice président du Rugby Club de Nice, etc … Elle sera opposée à celle portée par le maire actuelle qui, à 78 ans, et malgré un bilan contesté, souhaite briguer un quatrième mandat. Miné par ses positions ambiguës dans la constitution de la CANCA ou l’affaire Malongo, le maire actuel n’apparaît plus aujourd’hui en position de force face à une liste, jeune et porteuse d’avenir.

Souhaitant rassembler au-delà des partis politiques, Christian Mars, même s’il ne cache pas sa sensibilité de droite, a annoncé qu’il se présenterait sous aucune étiquette politique et dans le seul respect de l’intérêt des Gaudois à travers une liste d’union.
Mettant en avant ses compétences personnels, celle des membres de sa liste et son projet, il souhaite conclure avec les Gaudois un véritable contrat de politique locale en s’engageant sur un programme effectif et finançable. « Nous ne proposerons pas 60 ou 100 projets bateaux, comme certains, mais quelques grandes réalisation structurantes compatibles avec nos finances et créatrices de richesses et beaucoup d’améliorations non coûteuses dans le fonctionnement de la mairie ». En effet le budget communal a besoin de recettes pour faire face à la forte croissance démographique enregistrée depuis quelques années.

Or, très favorable jusqu’en 2005, la structure de la dette gaudoise s’est fortement dégradée sous l’effet de réalisations très discutables comme le parking de la mairie. Avec plus de 6 millions d’euros de dette et une charge fiscale qui a augmenté de 50% depuis 2001, la marge de manœuvre est limitée pour la future municipalité, d’autant que Christian Mars a promis de ne pas alourdir la fiscalité individuelle.

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages