Récupération de Donnèe
18.6 C
Nice
20 mai 2024

L’OGC Nice sur sa lancée passe en quatrième

Haïkel Regaieg
Haïkel Regaieg
Journaliste correspondant à Paris pour Nice Premium. Spécialiste en Marketing, Stratégie et Communication. Passionné d'aéronautique et de musique.

Derniers Articles

photo Alex www.ogcnice.com
photo Alex www.ogcnice.com
Un stade bien rempli, une BSN et des secondes prêtes à pousser leurs protégés et des premières minutes de jeu à l’avantage des locaux, il n’en fallait pas plus pour espérer une première mi-temps favorable aux aiglons. Mais comme on dit souvent « quand ça ne veut pas rentrer… », la preuve : c’est d’abord Diakité qui s’échappe sur le côté droit pour adresser un centre que Bamogo et Fae ne peuvent négocier et c’est finalement Hellebuyck qui adresse une belle frappe qui file vers le but valenciennois sauf que Penneteau se fend d’une belle parade pour expédier le ballon sur poteau gauche. Ce sera toujours lui qui bloquera une nouvelle tentative de Bamogo bien lancé par Fae. Nouveau coup franc pour Nice à une vingtaine de mètres des buts valenciennois, Hellebuyck se charge du centre que Remy ne peut qu’effleurer et c’est le poteau droit, cette fois, qui sauve un Penneteau tout heureux de ne pas récupérer son ballon au fond de ses filets. Le Gym pousse mais le sort de semble pas être favorable au hommes d’Antonetti qui se voit dans l’obligation de remplacer Traoré par Ben Saade pour cause de claquage. Juste le temps pour Valenciennes par l’intermédiaire d’Audel de se montrer dangereux que le danger revient dans la surface nordiste avec une belle occasion pour Bamogo qui ne peut transformer à bout portant alors qu’il était finalement signalé hors-jeu.

On passe la demi-heure de jeu et le tableau d’affichage toujours vierge aurait très bien pu proposer un 2-0 mérité pour les locaux. Loïc Remy intenable essaie une nouvelle fois de percer le verrou du nord et adresse un centre parfait à Bamogo qui bute une nouvelle fois sur Penneteau avant que Ben Saada n’hérite du ballon et n’adresse une belle grappe qui prend la direction du but. Tiéné, le défenseur valenciennois remplace son gardien en stoppant cette tentative de la main entraînant, de fait, un penalty indiscutable et sn exclusion. Une main et deux sales coups pour les hommes de Kombaouré qui avaient déjà du mal à sortir la tête hors de l’eau. Loïc Remy prend place au point de penalty mais sa frappe s’envole dans les filets d’une BSN qui continue à scander son nom même après ce loupé. Valenciennes se montrera finalement plus dangereux à dix qu’à onze dans les dernières minutes de jeu et les deux équipes rentreront finalement aux vestiaires dos à dos sur ce score nul et vierge.

A onze niçois affamés contre dix valenciennois très prudents, on se dit que la deuxième période ne pouvait que sourire aux aiglons et il ne faudra attendre que quelques minutes et une belle parade de Letizi sur une tentative d’Audel pour que le stade soit enfin libéré. Loïc Remy y va de sa daviation vers Ben Saada qui décla parfaitement Bamogo qui crucifie un Penneteau jusqu’alors irréprochable. C’est enfin rentré et de plus cette réalisation apportera certainement le brin de confiance qui manque aujourd’hui à l’attaquant niçois. Les occasions pleuvent alors sur la défense nordiste qui s’emploie à les repousser du mieux qu’elle peut. Hellebuyck, Remy et Fae tentent de faire sauter le verrou valenciennois pour la deuxième fois mais rien n’y fait et il faudra, une nouvelle fois, un magnifique arrêt réflexe de Penneteau pour empêcher Modeste d’aggraver la marque à quelques minutes de la fin. Nice domine dans cette fin de partie mais n’est pas à l’abri d’un retour des hommes du nord et chaque corner est un véritable supplice pour les supporters qui regardent les minutes s’égrainer sur le tableau d’affichage. Plus que 5 minutes à tenir et le capital points des rouge et noir passera à 9 unités.

jpg_nice-va-20.jpg Hellebuyck trouve alors le feu follet Remy qui efface facilement son garde du corps à l’entrée de la surface pour venir ajuster une dernière fois Penneteau qui ne peut que constater les dégâts et ramasser la balle au fond de ses filets. Les jeux sont faits et la BSN ne s’y trompe pas en lançant ses « Le stade avec nous » dans les derniers moments de la partie.

Le coup de sifflet libérateur de Stéphane Bré peut laisser place à une belle ovation d’un stade du Ray qui plus qu’une équipe à retrouvé une âme et un public vibrant à l’unisson d’un jeu que chacun s’accordait à trouver beau au sortir de l’enceinte niçoise qui pour l’une de ses dernières années d’existence pourrait bien être le théâtre d’autres exploits de cette bande de copains à la sauce Antonetti.

Retrouvez les réactions d’après-match

Retrouvez les vidéos de l’OGC Nice

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages