24.3 C
Nice
6 juillet 2022
24.3 C
Nice
6 juillet 2022
spot_img
Lorenzo Sinic
Lorenzo Sinic
Journaliste pour Nice Premium depuis Juillet 2021. Responsable de la publication et des podcasts de Nice Premium. Rédacteur principal pour les catégories "Sport" et "OGC Nice".

Derniers Articles

OGC Nice : le Gym renverse Saint-Etienne dans un match fou

5 min de lecture

Après la défaite en finale de Coupe de France face à Nantes, les Aiglons devaient tout de suite relever la tête et regarder vers les places européennes. Face à une équipe de Saint-Etienne qui jouait son maintien, le match s’annonçait comme une grosse bataille.


Dès l’entame de ce match, l’OGC Nice a montré une volonté d’aller de l’avant et de jouer. Malgré le jeu trop peu offensif proposé ces dernières semaines, la tactique mise en place dans ce début de rencontre semble similaire aux derniers matchs : travailler sur les côtés pour amener des centres dans la surface.
C’est donc sur les ailes que le Gym essaye de faire la différence, d’abord sur le côté droit avec Daniliuc (5e) puis Brahimi (6e) qui tous les deux essayent de trouver Delort;
À l’image des dernières rencontres, les niçois sont peu en réussite en attaquant de cette manière, néanmoins, on voit aussi l’envie de se projeter vite à la récupération du ballon.
Après 10 minutes de jeu, sur la première possession stéphanoise, les verts tentent de jouer rapidement en contre et Denis Bouanga est trouvé en profondeur à la limite du hors-jeu. Avec l’appui de Nordin, le Gabonais réussis à créer la zizanie dans la défense et à inscrire un but qui glace l’Allianz.
Sur l’action qui suit, les Stéphanois recherchent encore Bouanga, cette fois-ci sur un centre de maçon.
Comme en a l’habitude avec Pascal Dupraz, c’est par les contres que son équipe arrive à créer du danger.
Côté niçois, on persiste à utiliser les côtés, sans succès. On essaye également la profondeur avec de Delort ou Brahimi par l’intermédiaire de Todibo, mais ça n’arrive jamais dans les pieds.
À la 35e, tout le stade azuréen croit à l’égalisation, mais Kluivert, qui avait du champ libre à gauche, n’arrive pas à aller au bout de son action.
Même s’ils tiennent le ballon, les niçois ne posent pas vraiment de problème à la défense de l’ASSE, et sur un nouveau contre les verts inscrivent un nouveau but. Tout part d’une projection collective vers l’avant et c’est Boudebouz qui centre au deuxième poteau, Youssouf reprend subtilement et trouve la lucarne de Benitez. 2-0 pour Saint-Etienne dans les dernières secondes de cette première mi-temps.

Première mi-temps très amère, les Aiglons avaient sûrement encore la tête à Paris. Avec une possession stérile, une tactique offensive sans réussite, les joueurs du Gym étaient loin de trouver la faille et ils se sont fait piéger par les contres bien menés des Stéphanois.

Au retour des vestiaires, les joueurs du Gym tentent d’utiliser davantage la profondeur, mais ça ne porte toujours pas ses fruits.
Sur une des rares attaques placées bien construite aux abords de la surface, les niçois comment à mettre la pression sur la défense des verts. C’est l’ancien lyonnais Bard qui va prendre les choses en main en s’infiltrant sur l’aile gauche. En bout de course, le latéral frappe en coin et place un ballon dans la lucarne opposée. 1-2 à la 52e.
Quelques minutes, plus tard, on assiste enfin à un centre abouti et c’est Daniliuc qui en est l’auteur. Le gym commence à montrer quelque chose avec une nouvelle énergie poussé par le stade et ce but de Bard
Les niçois arrivent à faire plus de différences et provoquent des fautes qui donnent des possibilités sur coups de pied arrêtés. Un coup franc à 25 m est obtenu, Kluivert et Gouiri parlemente pour savoir qui tirer, mais c’est Delort qui va s’en charger à la perfection. D’une frappe surpuissante, l’ancien capitaine du MHSC trompe Bernardoni est égalise pour le Gym ! 2-2 juste à l’heure de jeu.
Saint-Étienne n’y est plus et Kluivert arrive encore à trouver Lemina au point de penalty, le néerlandais est beaucoup plus juste dans ses choix et ses réalisations. Quelques instants plus tard, on le retrouve en profondeur, il entre dans la surface et sert parfaitement Delort qui termine du plat du pied (62e)
En l’espace de 10 min, Nice est revenu dans le match et prend maintenant l’avantage !
Bousculé Sainté va tenter de revenir après une bonne possession, c’est Camara qui tente sa chance, mais Benitez est dessus.
Sur son premier ballon de Boudaoui, le malheureux coupable du penalty victorieux des Nantais, est donné par Delort, l’algérien reprend après le rebond et marque un but exceptionnel. 4-2 pour Nice, c’est la folie !
Dans ces dernières minutes, l’ASSE va avoir plusieurs occasions de marquer un troisième but, d’abord avec Thioub (83e) qui tente une enroulée sur la droite, puis avec Aouchiche (87e) qui bute sur Benitez puis avec Hamouma (93e) qui profite d’une erreur de Daniliuc et qui sert Crivelli qui rate l’immanquable.
Mais c’est bien l’OGC Nice qui va s’imposer dans ce scénario totalement fou.

Victoire renversante des joueurs de Christophe Galtier ce mercredi, les azuréens ont montré un triste visage en première période en concédant deux buts et en produisant un jeu offensif très insuffisant. Au retour des vestiaires, poussé par une nouvelle énergie et le but rapide de Malvin Bard, les aiglons inversent la tendance et trouvent la réussite emmenée par un exceptionnel Andy Delort, double buteur et passeur pour son compatriote Boudaoui. Néanmoins, cette victoire porte un goût amer à cause du chant honteux de certains supporters niçois sur la mort de l’ancien Nantais Emiliano Sala.
Avec ce succès, l’OGC Nice retrouve la quatrième place du classement, une belle position dans l’objectif de retrouver l’Europe la saison prochaine.

à lire

Reportages