Récupération de Donnèe
17.8 C
Nice
21 mai 2024

Inauguration de l’exposition ‘L’or et la laque » au Musée des Arts Asiatiques

Derniers Articles

-Jusqu’au 7 novembre 2011 au Musée départemental des Arts asiatiques
405, Promenade des Anglais Nice

Du 20 juillet au 7 novembre 2011, le musée des Arts asiatiques accueille cette nouvelle exposition Laque et Or de Birmanie, rassemblant de nombreux objets utilitaires laqués et dorés liès à la vie quotidienne birmane.

Le musée des Arts asiatiques offre une occasion unique de découvrir la Birmanie où il reste difficile de voyager et d’approcher la vie de ses habitants.

Influencée par le bouddhisme qui lui a façonné un paysage de pagodes et de monastères aux toits d’or somptueux, la Birmanie est ce pays fascinant au carrefour de l’Inde et de la Chine, deux immenses et puissants voisins qui ne cessent de s’affirmer.

Peu visitée en raison de sa situation politique, véritable mosaïque ethnique, elle a su garder une identité culturelle très forte, notamment au travers de son art de la laque, encore mal connu des Occidentaux.
Cette résine naturelle, à l’instar de la soie en Chine, est le matériau emblématique de ce pays.

Les maîtres laqueurs birmans ont su briller de prouesses techniques et artistiques pour créer de véritables chefs-d’oeuvre.

Dans ce pays chaud et humide, pour assurer une meilleure longévité aux objets usuels, on les recouvre fréquemment de laque, qui est ensuite décorée, quelquefois de manière somptueuse.

Chaque forme correspond à une utilisation, restée inchangé depuis le XIXe siècle.

La collection Fatin dévoile deux typologies d’objets : les objets du quotidien et ceux à usage religieux, qui sont souvent les plus beaux.

Les deux cents objets de cette collection, véritable répertoire de formes et de signes, prêtée par le collectionneur passionné, Philippe Fatin, sont présentés. Des boîtes à bétel, à thé fermenté et à tous usages domestiques, aux pièces bouddhiques : plateaux à offrandes, bols à aumônes, livre de prière, statuettes de culte.

On retiendra un bouddha en laque creuse, du nom de cette technique maintenant disparue mais qui remonte en Chine à l’époque Tang, et ce plat de cérémonie, hsun-ok, qui comporte la plus ancienne signature avec millésime connue à ce jour.

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages