Récupération de Donnèe
16.2 C
Nice
17 avril 2024

Vers l’Europe Fédérale

Derniers Articles

L’Europe traverse une période de turbulence et d’incertitude. L’Union européenne elle-même est en grande difficulté.


europe-53.jpg La longue crise financière qui a conduit à la stagnation économique, au chômage et à la fragmentation politique a mis en évidence non seulement les failles dans la conception de l’Union économique et monétaire et la faiblesse des institutions de l’UE, mais aussi le manque de volonté d’intégration européenne parmi les Etats de l’UE. En conséquence, l’Union européenne
a perdu la confiance de nombreux citoyens.

Si l’Union européenne doit survivre dans les années à venir, il lui faut prendre le chemin de la paix, de la prospérité et de l’unité politique sociale à travers les activités d’un gouvernement démocratique.

Une Europe fédérale avec des institutions démocratiques solides est la seule façon de relever ce défi. L’Europe ne sera pas unie si elle n’est pas démocratique. Et elle ne sera pas démocratique si elle n’est pas une fédération.

Le processus de construction d’une véritable union fédérale européenne peut commencer aujourd’hui avec la zone euro et les États vraiment décidés à rejoindre la zone euro. Il est de la responsabilité des décideurs de prendre toutes les mesures nécessaires pour résoudre les problèmes, mettre nos affaires en ordre et rétablir la confiance.

Il faut se féliciter du fait que les partis politiques européens doivent désigner des candidats à la présidence de la Commission et à d’autres postes. .

Et il faut exhorter le Parlement européen à élaborer ses propositions sur la structure de l’union fédérale avec les représentants des parlements nationaux dans des assises inter- parlementaires.

Aux niveaux européen et national, un meilleur équilibre doit être trouvé entre l’assainissement budgétaire et l’investissement dans la croissance et l’emploi: une union budgétaire n’est pas viable sans justice sociale.

La lutte contre le chômage des jeunes doit être prioritaire. Il est devenu clair que les plans de relance purement nationale ont été largement inefficaces.

Ce n’est qu’en créant les outils et les ressources pour des politiques économiques, industrielles et énergétiques européennes communes que nous pouvons relancer le commerce et la compétitivité, stimuler la recherche et l’éducation, construire des réseaux trans-européens et achever le marché unique des services.

S’il faut se féliciter de la législation déjà en place qui assurera la responsabilité budgétaire au niveau national et européen, Maintenant, la zone euro doit faire des progrès rapides pour alléger le fardeau de la dette qui est en train de réduire les chances de trop nombreux citoyens européens . Il faut mettre en place de formes adéquates de fiscalité européenne et de nouvelles formes de titres de créance européennes pour une politique économique et sociale européenne proactive.

Nous devons remplacer la conditionalité politique ad hoc par des politiques
et des mesures démocratiquement légitimées, y compris des stabilisateurs automatiques qui renforcent la solidarité et la croissance d’une économie sociale de marché européenne si les conditions et les règles de stabilité budgétaire et les changements structurels sont respectés.

Ces étapes nécessitent la transformation de la zone euro en une véritable union politique. Et les Etats qui n’ont pas encore adhéré à l’euro, et ont l’intention de le faire doivent être associés aussi étroitement que possible à ce processus d’intégration approfondie.

Une authentique politique d’immigration et d’asile commune est nécessaire pour faire de l’espace européen de liberté, de sécurité et de justice une réalité. Les responsabilités en matière de contrôle des frontières extérieures de l’Union doivent être décemment partagées et les droits humains des migrants pleinement respectés.

Les droits consulaires des citoyens de l’UE doivent être renforcés et les postes consulaires de l’UE promus. Les citoyens de l’UE qui vivent dans un autre pays de l’UE devraient pouvoir voter à toutes les élections sur leur lieu de résidence. La portée de l’initiative citoyenne européenne devrait être élargie et son application plus accessible.

L’Union européenne ne sera pas l’acteur mondial qu’elle aspire à être si ses états ne prennent pas un engagement politique ferme pour développer des politiques communes en matière de diplomatie, de sécurité et de défense extérieure.

À l’heure actuelle, l’Europe ne parvient non seulement pas à défendre ses propres valeurs et ses intérêts mais aussi à réaliser son potentiel à être une force pour le bien dans les affaires mondiales. Les citoyens européens sont fortement attachés à la paix.

Pour atteindre ces objectifs, la révision des traités ne doit pas manquer d’adapter les compétences et d’accroître les pouvoirs des institutions européennes, quand c’est nécessaire.

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages