Récupération de Donnèe
22.8 C
Nice
14 juin 2024

Nice-Matin: Les élus communistes manifestent leur soutien et leur solidarité

Derniers Articles

La décision du Tribunal de Commerce de placer en procédure de redressement judiciaire les sociétés du groupe Nice-Matin mobilise le monde de la politique. Ce sont les élus communistes du département qui manifestent leur solidarité.


nice_matin-3.jpg L’annonce par le Tribunal de Commerce de Nice le 26 mai de l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire pour les sociétés Nice-Matin et Publinice Services et d’une procédure de sauvegarde judiciaire pour la société Eurosud Côte d’Azur, si elle préserve les possibilités de pérennité de l’entreprise, n’en reste pas moins une nouvelle inquiétante pour l’ensemble des salariés mais aussi pour le devenir de la presse dès lors qu’elle est soumise à des impératifs de rentabilité financière.

D’autant plus que cette dernière décision fait suite à d’autres péripéties comme la transaction entre le groupe Lagardère Active Médias et G.M.H.en juillet 2007, ou la volonté affichée du groupe G.H.M de vendre le siège social de Nice-Matin, route de Grenoble en avril 2010 qui avait déclenché un conflit social.

Nous avions à l’époque affirmé notre solidarité envers les salariés déjà ballotés par des annonces contradictoires et alerté sur les dangers d’une logique ne se souciant que de rentabilité à court terme et qui voyait l’espace de la presse et du pluralisme se réduire sous la pression de grands groupes financiers : « Au-delà de la lutte légitime pour la sauvegarde des emplois, c’est toute la question de la préservation de l’indépendance de la presse envers le pouvoir financier et du respect du pluralisme qui s’illustre dans ce conflit. »

Nous comprenons d’autant plus l’inquiétude et l’amertume des salariés face à ce nouveau rebondissement qu’ils avaient déjà consenti de lourds efforts lors de la négociation d’un Plan de Sauvegarde de l’Emploi signé par les organisations syndicales il y a 5 mois. Or, l’une des conséquences de cette procédure risque d’être la remise en question de l’ensemble des mesures âprement négociées de ce P.S.E. avec un impact lourd sur les salariés. Par contre, nous ne pouvons que nous étonner de l’absence de condamnation du Groupe Hersant pour le non-respect de ses engagements pris devant le tribunal de commerce de Paris en début 2013, notamment de soutenir la trésorerie de Nice-Matin et de financer la restructuration de l’entreprise afin d’assurer la pérennité du groupe. Surtout de la part de ceux qui multiplient les déclarations d’intention et essaient par ce biais de régler des comptes politiciens qui n’ont rien à voir ni avec les intérêts des salariés de Nice-Matin ni avec l’avenir de l’emploi et de la presse dans les Alpes-Maritimes.

Nous réaffirmons avec force notre solidarité avec les salariés et leurs organisations car nous savons que seules leur mobilisation et leur vigilance peuvent permettre de trouver une sortie par le haut de cette situation qui préserve non seulement l’emploi dans le département mais aussi un outil performant dans l’édition. La victoire des Fralibs contre une multinationale doit être pour eux un encouragement à ne pas baisser les bras et nous les assurons de tout notre engagement à leurs côtés dans cette bataille.

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages