Récupération de Donnèe
22.8 C
Nice
14 juin 2024

Menton : le futur est déjà là !Un programme ambitieux pour le 150e anniversaire de sa réunion à la France.

Derniers Articles

La Ville des Citrons construit son futur dès aujourd’hui. D’importants chantiers sont en cours et se réaliseront dans l’année 2011 ou suivantes. Voici une liste exhaustive des changements qui caractériseront le Menton de demain.


menton-2.jpg Ouverture du musée Jean Cocteau-collection Séverin Wunderman

L’histoire d’amour entre Menton et Jean Cocteau est née en 1955, d’un coup de cœur de l’artiste qui séjournait sur la Côte d’Azur et en visitait les alentours. Jean Cocteau offrit tout d’abord à Menton une salle des mariages exceptionnelle, décorée de fresques oniriques. Depuis, cette salle a acquis une renommée internationale, et les jeunes mariés Japonais y viennent confirmer leur union sous les auspices du poète. L’histoire se poursuivit avec la réhabilitation, par Cocteau lui-même, d’un fortin du XVIIème siècle ancré sur la digue du vieux port : le Bastion. Cet édifice, dont l’artiste a peint la façade et les embrasures, accueille plusieurs de ses œuvres plastiques et des céramiques.

Ouvert en 1966, trois ans après la disparition de son maître, le Bastion est devenu en quatre décennies un musée de réputation mondiale. En 2011, Menton et Jean Cocteau vont écrire une nouvelle page de leur histoire. Une page exceptionnelle, avec l’ouverture du plus grand musée au monde consacré à l’artiste. Et une opportunité, unique pour une ville de 30000 habitants, rendue possible par le don, tout aussi remarquable, d’un philanthrope passionné : M. Séverin Wunderman. Celui-ci, subjugué par Menton, choisit en 2005 de léguer à la Ville sa collection de 1800 pièces consacrées à Cocteau (dont près d’un millier de l’artiste). Et pour accueillir cette prestigieuse donation, la municipalité a fait appel au célèbre architecte Rudy Ricciotti, qui a conçu un habillage moderne, morcelé et insaisissable, dont la première pierre a été posée en décembre 2008. En l’honneur de celui sans qui rien n’aurait été possible, la Ville a tout naturellement décidé de baptiser cet écrin : « Musée Jean Cocteau – Collection Séverin Wunderman ». Une nouvelle preuve que Menton est une cité unique, de taille modeste mais au rayonnement international grâce à sa très large dimension culturelle.

Hôtel 5* à Garavan

Le climat exceptionnel de Menton, qui bénéficie d’hivers doux, d’été chauds mais tempérés par les entrées maritimes, et d’un ensoleillement de 316 jours par an, a largement justifié sa réputation de station balnéaire. Très appréciée des familles d’Angleterre puis du nord et de l’est de l’Europe, Menton est devenue en effet, au début du XXème siècle, une destination touristique de premier plan. Cette renommée fut confortée par l’essor culturel de la cité et par l’offre touristique très dense (Jardins d’exception, patrimoine architectural mais aussi Festival de musique et Fête du Citron). A tel point que la commune aura compté jusqu’à 75 hôtels, souvent des palaces majestueux, avant la seconde guerre mondiale. Au XXIème siècle, Menton doit anticiper les nouveaux défis auxquels le tourisme Français va devoir bientôt répondre : émergence des marchés asiatiques, développement du tourisme d’affaires, augmentation des circuits courts et, plus localement, l’ouverture du futur Musée Jean Cocteau-Collection Séverin Wunderman. La Ville doit donc adapter ses capacités, là où les besoins sont les plus probables. Or, le parc des établissements 2, 3 et 4* étant déjà suffisant, la municipalité a choisi de compléter l’offre hôtelière avec un tout premier projet labellisé 5*. Cet hôtel 5* sera construit à Garavan, près de la frontière italienne et du jardin remarquable Maria Serena. L’architecte a été désigné -le cabinet Wilmotte & Associés-, ainsi que le paysagiste, Jean Mus, bien connu dans notre région.

Le député-maire Jean-Claude GUIBAL a souhaité que le projet s’intègre harmonieusement à l’environnement : le bâtiment, à l’ombre de l’oliveraie du Pian, sera conçu en restanques et arborera des façades immaculées. Le permis de construire est en cours d’instruction, depuis janvier 2011, et les travaux devraient débuter rapidement après la consultation des entreprises et des services extérieurs.

L’hôtel 5* de Garavan comptera environ 96 chambres, une dizaine de suites, ainsi que deux restaurants et un centre de balnéothérapie de près de 1000m², le tout sur une surface SHON de 12000m².
Il y aura également des salles de réunions et de congrès pouvant accueillir 400 personnes, ce qui permettra, en collaboration avec le Palais de l’Europe situé en centre ville, de proposer enfin à Menton une véritable politique d’accueil de congrès et de séminaires. L’ouverture de cet hôtel 5* est prévue pour la fin de l’année 2013.  

Sciences po. – pôle Moyen-Orient méditerranée

Si, comme le disait Paul Valéry, « Toute la vie, notre milieu est notre éducation », alors la Ville de Menton assume son ambition de proposer à ses enfants un environnement propice à leur épanouissement. Un cadre de vie où culture, sports et loisirs se mêlent harmonieusement pour construire la pensée et l’humanisme des adultes de demain.

Déjà forte d’une dizaine d’établissements primaires et secondaires, d’une offre à la petite enfance particulièrement dense, et d’instituts spécialisés pour les jeunes handicapés, la Ville est tout aussi fière de disposer d’un large éventail de formations supérieures, ancrées dans la réalité de surcroît.
En effet, les préparations aux métiers de l’hôtellerie-restauration, de la gastronomie ou des soins infirmiers, en phase avec le tissu économique local, complètent les mentions STID (Statistiques) et Carrières Sociales -inaugurée dernièrement- de l’IUT, qui garantissent un emploi à près de 9 étudiants sur 10.

En matière d’éducation, l’année 2011 marquera l’achèvement d’un autre grand projet pour Menton, et son accomplissement en une véritable ville universitaire.
D’ici la rentrée prochaine, le Pôle Moyen-Orient Méditerranée de Sciences Po Paris, créé en 2006 et hébergé jusqu’alors par l’IUT, verra ses locaux transférés à l’ancien hospice Saint-Julien, pour devenir un campus autonome, capable d’accueillir jusqu’à 250 élèves – contre 160 à ce jour. Ce futur campus, réhabilité, fera face à la Méditerranée : tout un symbole pour cette antenne Mentonnaise du prestigieux institut, dont les étudiants s’intéressent aux enjeux sociaux et économiques du bassin méditerranéen, du Moyen-Orient et des pays du Golfe.

Il sera surtout un formidable atout pour tous les jeunes Mentonnais -dont certains ont déjà fait partie des promotions- puisque ces élèves s’investissent pleinement dans la vie locale.
Certains logent chez l’habitant pour aider les personnes âgées, d’autres proposent un soutien scolaire aux collégiens. Un bel exemple d’intégration et, plus encore, la preuve que Menton a à cœur de garantir à tous ses jeunes les meilleures chances de réussite.

Logement social & futur éco-quartier au cœur du projet de ville en 2011.

Menton s’est engagée dans une politique du logement volontariste, à la hauteur des enjeux qui découlent de ses spécificités. En effet, la topographie en vallées et les dispositifs d’Etat en matière d’urbanisme (PPRN par exemple) laissent peu de foncier constructible. La conséquence en est un marché de l’immobilier tendu, où peu de nouvelles constructions sont possibles et où la forte demande rend l’acquisition difficile dans le parc privé (6000€/m² en moyenne, alors que le revenu médian est ici de 1500€).

Ces dernières années, la municipalité a donc multiplié les initiatives en matière de logements sociaux, pour répondre toujours mieux aux demandes des Mentonnais en difficulté.
Il y a eu, d’un côté, l’amélioration de l’existant pour assurer des conditions de vie en HLM comparables à celles des logements privés (6 millions d’euros de travaux ont par exemple été engagés en 5 ans, avec l’aide de la mairie, pour la rénovation des résidences de Côte d’Azur Habitat, ex-OPAM). D’un autre côté, de nombreuses actions sont menées pour la création ou la transformation de logements sociaux : préemptions, recours aux opérateurs sociaux (PLUS/PLAI/PLS), lutte contre la vacance, aides du Conseil Général, etc. La Ville incite aussi les bailleurs à mettre en vente certains de leurs logements, à un prix inférieur à celui du marché (de 2500€ à 3500€ par m²), pour favoriser l’accession sociale à la propriété (PASS foncier, PTZ). Cependant, soucieuse d’aller plus loin encore, Menton dévoile en 2011 un grand projet auquel le député-maire Jean-Claude GUIBAL tient tout particulièrement : l’éco-quartier du haut-Careï.

Cette nouvelle zone d’habitations, véritable quartier, sera bâti autour d’équipements publics, de lieux de rencontre ou de loisirs et de commerces. Surtout, il accueillera, dans sa première phase, près de 200 logements neufs dont plus de la moitié seront des logements sociaux. A terme, un peu plus de 300 appartements seront construits.
La Ville a l’ambition de faire de cet éco-quartier un modèle de cadre de vie : à la fois solidaire, chaleureux et particulièrement attentif aux enjeux urbains contemporains, y compris par la mise en avant de normes renforcées, en matière d’environnement et d’accessibilité. La première pierre devrait être posée dès la fin de l’année, une fois les études préalables achevées.

Et aussi…

Les Jardins Familiaux Ville-jardin

Menton est fière de ses sept Jardins d’exception et de ses espaces verts, en cœur de cité, qui lui ont valu plusieurs distinctions, dont la prestigieuse Fleur d’Or.
En 2011, la commune a souhaité faire encore plus et répondre aux défis environnementaux du XXIème siècle, en développant des « Jardins familiaux ».
Une dizaine d’entre eux ont été aménagés dans la vallée du Fossan, chacun d’une superficie d’environ 100 m², et les clefs ont été remises en début d’année à leurs propriétaires Mentonnais. L’inauguration officielle est prévue prochainement, avant l’été et une fois les jardins rendus en fleurs.
Grâce à cette initiative, les Mentonnais retrouvent par eux-mêmes le proche contact de la terre. Ils renforcent également, forts de leur passion communicative, les liens de convivialité dans les quartiers concernés.

Le Parking des Sablettes

L’afflux massif de visiteurs tout au long de l’année représente un défi pour Menton, en termes de capacité d’accueil, de circulation et de stationnement.
Si la Ville propose plus de 1500 emplacements réglementés, sans compter le stationnement gratuit, la municipalité a engagé un vaste plan de rénovation de l’existant (tant en souterrain qu’en surface), et la construction d’un nouveau parking au niveau du site des Sablettes, aux pieds de la vieille-ville. Ce parking, d’une capacité de 400 places, dont la CARF est maître d’ouvrage, permettra, d’ici deux ans, de relier directement, par un ascenseur, le centre historique, et il répondra aux besoins à prévoir suite à l’ouverture du Musée Jean Cocteau – Collection Séverin Wunderman.

Un autre parking est envisagé d’ici quatre ans, au niveau de la place d’Armes (bord de mer près de Roquebrune), pour une capacité d’accueil en sous-sol d’environ 300 places.

Extension de l’Hôpital

Dans un secteur de santé confronté à de nouveaux enjeux et à une mutation profonde, l’Hôpital La Palmosa de Menton, dont le député-maire Jean-Claude GUIBAL a été élu Président du nouveau Conseil de surveillance(anciennement Conseil d’administration), va, lui, faire l’objet d’une extension avec la création de 100 lits de soin. C’est un signe important pour l’offre de santé à l’est des Alpes-Maritimes et pour sa pérennisation, mais aussi un exemple de coopération transfrontalière réussie puisque Monaco y participera à hauteur de 20%.

Ainsi, La Palmosa confirmera son identité de centre hospitalier de proximité, absolument nécessaire pour notre bassin de vie. Une identité tout autant qu’une excellence, confortée par le pôle public-privé créé l’an dernier, qui a apporté à la chirurgie programmée et ambulatoire la force des deux secteurs, ainsi associés.

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages