Récupération de Donnèe
12.7 C
Nice
23 février 2024

La résidence étudiante du 16 rue Pertinax enfin inaugurée à Nice

Eloïse Esmingeaud
Eloïse Esmingeaud
Journaliste pour Nice Premium depuis mars 2023

Derniers Articles

L’immeuble historique de la rue Pertinax réhabilité en résidence étudiante a été officiellement inauguré, ce jeudi 19 octobre, après 15 ans de bataille juridique.

Fini les nuisances sonores, les squatteurs, la longue bataille administrative, et les travaux, l’immeuble du 16 rue Pertinax a enfin des résidents. Ils sont étudiants, jeunes actifs de moins de 30 ans ou encore enseignants-chercheurs. Avant eux, la dernière personne à avoir habité les lieux les a quittés en 2008.

Construit en 1895, à la demande d’Henri Leblanc le bâtiment historique a bien failli ne jamais reprendre vie en cette année 2023. Rapidement revendu à un dénommé Eugène Le Monnier.

En 1937, il est légué au département de la Seine, qui deviendra les Hauts-de-Seine en 1968. Ce legs provient du propriétaire, Henri Béquet, alors ancien président, qui fait ce geste à la condition que les bénéfices générés profitent aux pupilles de la nation.

Quasiment laissé à l’abandon, sans entretien depuis les années 90, il se vide complètement, il y a 15 ans. Depuis, plusieurs tentatives de ventes ainsi qu’un projet de démolition en 2014 pour réaliser des logements sociaux étudiants neufs ont successivement échoué. La Métropole NCA, alors Communauté urbaine Nice Côte d’Azur, le cède au bailleur Erilia en 2016.

53 solutions de logements supplémentaires pour les étudiants niçois

Cette résidence étudiante a ouvert ses portes en août dernier dans le centre-ville niçois, après deux ans de travaux conséquents. Il n’aura pas fallu attendre la rentrée pour que les 53 appartements meublés soient loués. Située à 10 minutes du Vieux-Nice, et à quelques mètres de l’avenue Jean Médecin et de son tramway, le bâtiment comprend 52 T1 de 19m2 proposés à 450 euros par mois et 1 T2 de 28m2 à par mois et un commerce encore vide.

Le contemporain s’allie au charme de l’ancien dans cet immeuble Belle Époque de cinq étages avec ascenseur. En effet, le marbre de Carrare d’origine des balcons a été restauré et la façade enduite de manière traditionnelle, habillée de volets dans un style totalement niçois.

Un espace coworking, une buanderie et un local à vélo ont été aménagés pour qu’ils profitent à l’ensemble des locataires. Une loge pour le gestionnaire Fac-Habitat présent quotidiennement a été créée. La résidence compte également au rez-de-chaussée trois logements pour personnes à mobilité réduite.

L’entreprise propriétaire Erilia n’en est pas à son premier projet de la sorte, en terre niçoise la résidence Flavia est le neuvième. Et dans les Alpes-Maritimes, elle gère 18 679 logements dans 66 communes. Pourquoi Flavia ?

Près de mille logements supplémentaires d’ici 2026

« Dans la période de tension dans laquelle nous nous trouvons sur le plan du logement, il est évident qu’il va falloir continuer à porter un discours offensif sur la construction et la production », affirme Anthony Borré, premier adjoint au maire de Nice. Il marque sa volonté d’agir sur un territoire confronté à la spéculation foncière où « le foncier est rare ».

La Métropole compte proposer 935 logements locatifs supplémentaires d’ici 2026 pour répondre à cette crise. 56 verront notamment le jour Rue de Paris, 65 sur l’Avenue de la Californie, 149 sur l’Avenue Paul Arène, et 155 sur l’Avenue Pierre Isnard.

Depuis 2008, la communauté de communes est fière d’avoir agréé 2000 logements locatifs sociaux étudiants et réhabiliter 1500 logements.

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages