Récupération de Donnèe
11.2 C
Nice
22 avril 2024

Éco-Carnaval à Nice : le rendez-vous créatif pour les petits

Derniers Articles

À l’occasion de l’Éco-Carnaval ce mercredi 28 février, de nombreux enfants se sont retrouvés à la maison de l’environnement pour s’amuser à travers divers ateliers sur le thème du carnaval. 

14 heures. L’ambiance est déjà très festive à la Maison de l’Environnement. Au programme de l’Éco-Carnaval : plusieurs ateliers de divertissement pour les pitchounets à l’aide de matériaux de récupération. Parce qu’ici, on s’amuse tout en étant responsable

À l’entrée, quelques stands colorés les accueillent. D’une part, ceux pour la création : le maquillage et les bandes dessinées. De l’autre, des animations de jeux en bois traditionnels.

Les parents et leurs enfants arrivent petit à petit – © P.S

Quand plaisir et créativité se mêlent

L’atmosphère joviale rappelle celui du Carnaval de Nice. Parents comme enfants se prêtent au jeu. Une chose est sûre : tout le monde s’amuse ! Comme Sarah, 9 ans. Elle vient tout juste de sortir du stand de maquillage : « Je suis venue avec ma tata et j’ai choisi le dessin, mais pas les couleurs. J’ai demandé un maquillage simple parce que je n’aime pas quand c’est chargé. Elle l’a bien réussi. C’est très beau, ça me plaît énormément ! » , s’exclame-t-elle, le visage soigneusement maquillé de fleurs bleues. 

Sarah (à droite) et sa cousine, ravies des dessins réalisés par la maquilleuse de l’Éco-Carnaval. © P.S

Jasmine Taibbe anime l’atelier des bandes dessinées/mangas. Il consiste à décorer des objets recyclés : « Les enfants colorient et découpent les autocollants de super-héros. Ensuite, ils les collent sur du papier recyclé et des boîtiers de DVD/CD que nous avons également recyclé. Ils sont très attentifs et je pense qu’ils adorent le concept », explique la jeune artiste pluridisciplinaire.

Jasmine Taibbe rappelle les consignes aux enfants – © P.S

L’activité est un succès d’après Laura, une petite créatrice très investie : « J’aime bien colorier et découper mes autocollants. C’est drôle et facile à faire ! Je jouerai avec ma boîte à la maison ».

Laura, 6 ans, colle minutieusement ses super-héros favoris sur son boîtier – © P.S

Joindre l’utile à l’agréable…

L’éco-Carnaval s’étend jusqu’à l’intérieur de la maison de l’environnement. À l’accueil, côté gauche, Merryl Bargis guide ses apprentis dans la confection de leurs masques avec des matériaux de récupération : « Le but, c’est de faire un costume de carnaval qui soit 0 déchet. On a récupéré des boîtes à œufs pour fabriquer leurs masques. Des rouleaux de papier toilette pour réaliser leurs maracas dans lesquelles nous mettrons du riz et des lentilles. Les enfants peuvent les peindre comme ils le souhaitent. L’avantage de cette activité, c’est qu’ils peuvent le reproduire à la maison avec leurs propres déchets, les valoriser et les rendre fun », rapporte l’éducatrice.

Au milieu de ces petits artisans, il y a Raphaël, conquis par l’idée : « J’adore, c’est trop bien de faire des masques et j’aime les peindre aussi ! Je vais porter le mien à la fin », raconte-t-il, paire de ciseaux à la main.

Raphaël, 6 ans, découpe les oreilles de lapin pour son masque jaune, en train de sécher – © P.S

L’Éco-Carnaval : une histoire de transmission

L’éco-Carnaval est aujourd’hui une tradition. Organisé chaque année par la Maison de l’Environnement, l’événement permet aux tout-petits de célébrer le Carnaval de Nice dans une démarche respectueuse de l’environnement. C’est l’occasion pour eux de s’amuser en laissant libre cours à leur imagination, tout en étant sensibilisés aux enjeux environnementaux actuels.

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages