Récupération de Donnèe
13.3 C
Nice
23 février 2024

Co-voiturage : la chasse aux bouchons est ouverte

Derniers Articles

jpg_jpg_Nice_Premium_005.jpgSi en vacances vous avez déjà connu l’enfer brûlant d’un bouchon d’autoroute ou si vous avez déjà joué à la sardine dans les bus, trains et métro, n’attendez plus. En prévision du 15 août qui s’annonce difficile dans le sens des retours, il faut pour une fois mettre la charrue avant les bœufs. Et s’y mettre à plusieurs. Pour cela, le co-voiturage est l’alternative idéale pour qui veut soulager son portefeuille du prix exorbitant du gazole, ou faire un petit geste pour l’environnement. De nombreux sites internet proposent ce type de service. Et les offres abondent. Notamment sur equipage06.fr, un site ouvert par le conseil général des Alpes-Maritimes. Le principe étant de mettre en relation des conducteurs et des passagers pour des trajets longs ou réguliers. Coutumier du site, Alain Sanchez témoigne : « C’est un avantage considérable lorsqu’il s’agit de traverser Nice tous les matins pour aller au travail. Le partage des frais n’est pas négligeable et ça permet de ne pas voyager seul ».

Un système en expansion

On pourra alors citer plusieurs autres références internet en matière de co-voiturage. L’astuce est florissante sur la toile : covoiturage.com ; easycovoiturage.com ; comove.com ou encore laroueverte.com. Ces sites affichent tous une affluence exponentielle pour l’année 2008, jusqu’à 45% de visiteurs supplémentaires pour certains d’entre eux. Thomas Herlin, fondateur de covoiturage.com, explique les raisons de cette tendance : « De plus en plus de foyers ont une connexion adsl et donc le réflexe internet. Mais les causes les plus évidentes sont la hausse du prix du pétrole et la complexité des réseaux urbains. Les usagers des transports en commun ont également mal vécu les grèves des cheminots. Le co-voiturage est dans ce cas la solution la plus fiable ».

Avec l’augmentation des prix du train et de l’avion, le co-voiturage prend à contre-pied le problème financier ainsi que celui de la fréquentation des transports en commun. Ces derniers sont par ailleurs reconnus comme faillibles lorsqu’il s’agit de sortir de la région PACA. Ainsi, si vous souhaitez vous rendre sur Paris, trajet relativement mal desservi par la SNCF, vous pourriez vous retrouver en compagnie de Hervé Vasseur, utilisateur régulier du site covoiturage.com : « J’aime faire de la route et rencontrer du monde. Je fais régulièrement le trajet Paris-Nice pour mon travail. Dans mon Trafic je peux prendre jusqu’à sept passagers. J’amortis considérablement mes frais et mets un peu de beurre dans les épinards. Il arrive rarement que des gens posent des lapins ».

Enfin, prendre la voiture devient un vrai cas de conscience. En 2008, le transport routier représente 79% du bilan énergétique français contre 71% en 1973. En un siècle et demi, le trafic mondial de voyageurs est passé de 1500 à 4500 kilomètres par an et par habitant. Et à cet effet la consommation de carburants engendre 35% des émissions globales de CO2. Alors en attendant les premières voitures « non polluantes » vers 2012, les moyens les plus simples sont souvent les bienvenus. Et pour ceux qui veulent également garder la forme cet été, il faudra penser à sortir le vélo du garage.

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages