Récupération de Donnèe
14.3 C
Nice
24 mai 2024

Cathédrale Russe de Saint-Nicolas: va-t-on vers l’épreuve de force ?

Derniers Articles

La situation est sans ambiguité: La Fédération de Russie, repésentée en France par son Ambassadeur M. Alexandre Orlov, veut aller jusqu’au but et reprendre la main sur le complèxe religieux de l’Eglise Russe de Saint-Nicolas (la deuxième église la plus visitée de France).

Il est conforté dans cette requête par les jugements du Tribunal de Nice et de la Cour d’Appel d’Aix-en Provence (jugement du 20 juin 2010, arrêt du 19 mai 2011, signification d’arrêt du 8 juin 2011). Mais l’association ACOR qui, depuis 90 ans, gérait ces lieux ne veut pas l’accepter et espère obtenir, au moins, un report…pour continuer sa bataille !

Nice Premium a déjà relaté ces faits avec des commentaires sur lesquels il n’est pas utile de revenir.

Reste l’actualité… et la demande de Maître Marie Christine Mouchain qui pour la Fédération de Russie demande au Tribunal de Nice « d’ordonner la libération des lieux et à defaut de liberation spontanée d’ordonner l’expulsion des occupants ».

Rendez-vous est donc donné ce lundi 24 octobre 2011, au Tribunal de Nice qui devra statuer en présence d’une manifestation des membres de l’association ACOR qui ne sont pas résignés à accepter les impératifs du droit . Ils font appel au maire de Nice qui, semble-t-il, leur aurait donné des gages …

Mais en politique, on le sait bien, entre ce qu’on dit et ce qu’on fait, entre promesses et réalités, il y toujours un écart, souvent même un grand écart ! En arrivera-t-on à l’épreuve de force ?


Père Jean Guiet, président de ACOR, la requête de la Fédération de Russie présentée au « juge de l’exécution » auprès du TGI a pour objectif d’ordonner l’expulsion de l’Association Cultuelle Orthodoxe Russe de Nice de la Cathédrale St Nicolas, (ACOR). Cette association qui gère depuis 90 ans l’église orthodoxe verra ainsi les membres du clergé s’en aller. Ceci va à l’encontre des déclarations de l’Etat russe qui affirmait qu’il n’était pas question de substituer au clergé en place celui du patriarcat de Moscou. On peut ainsi se demander ce que fait à Nice le prêtre qui a été « envoyé » mais pas « nommé » ?

Notons aussi et faisons savoir que le maire de Nice, M. Christian Estrosi nous écrivait le 15 septembre dernier :

« Je vous confirme tout l’intérêt que je porte à ce bâtiment qui témoigne de la présence russe sur la Côte d’Azur mais aussi du respect dû aux fidèles orthodoxes de notre ville ».

Il n’est point besoin, semble-t-il, de souligner que nous représentons depuis longtemps et en priorité les fidèles orthodoxes de notre ville ; tous les niçois le savent bien. Mais nous accueillons sans réserve et avec joie tous les nouveaux arrivants.

Père Jean Guiet, président de ACOR

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages