22.9 C
Nice
18 août 2022
22.9 C
Nice
18 août 2022
spot_img
Lorenzo Sinic
Lorenzo Sinic
Journaliste pour Nice Premium depuis Juillet 2021. Responsable de la publication et des podcasts de Nice Premium. Rédacteur principal pour les catégories "Sport" et "OGC Nice".

Derniers Articles

18 communes des Alpes Maritimes placées en  » alerte sécheresse » par la Préfecture

1 min de lecture

Ce mercredi 18 août, la préfecture des Alpes-Maritimes a déclenché une « alerte sécheresse » pour 18 communes du département.


Malgré la fin de la canicule hier matin, la sécheresse fait toujours de nombreux dégâts dans les Alpes-Maritimes. De nombreuses communes sont touchées par ce phénomène, en particulier dix-huit, les voici :
Bar-sur-loup, Cagnes-sur-Mer, Caussols, Châteauneuf-de-Grasse, Cipières, La Colle-sur-loup, Courmes, Gourdon, Gréolières, Opio, Roquefort-les-pins, Le Rouret, Saint-Jeannet, Saint-Paul-de-Vence, Tourrettes-sur-loup, Valbonne, Vence, Villeneuve-Loubet.

Dans toutes ces communes, la Préfecture a mis en place un arrêté réglementant la consommation et l’utilisation de l’eau, il entre en vigueur dès aujourd’hui et ce jusqu’au 31 août.
Il est désormais interdit d’arroser jardins, pelouses, espaces verts, stades de sport et golfs entre 9 h et 19 h.
Le lavage des véhicules automobiles et nautiques est également interdit (à l’exception des stations professionnelles économes en eau et des véhicules ayant une obligation réglementaire ou technique).
Le remplissage des piscines et spas privés est lui aussi interdit. Concernant les piscines publiques, ce n’est qu’avec l’autorisation du maire qu’elles peuvent être remplies.
Les fontaines devront toutes être fermées sauf si elles fonctionnent en circuit fermé.
Les usages agricoles et industriels sont eux aussi réduits avec des restrictions spécifiques.

Ces mesures exceptionnelles, prises par la préfecture des Alpes-Maritimes visent à préserver les ressources en eau des milieux naturels et des nappes phréatiques. En cas de non-respect de l’arrêté, toute personne s’expose à une contravention de 5e classe (amende allant jusqu’à 1 500 €) et à des poursuites administratives engagées par les services de l’État.

à lire

Reportages