29.1 C
Nice
5 juillet 2022
29.1 C
Nice
5 juillet 2022
spot_img

Derniers Articles

Une élection (la présidentielle) en appelle une autre (les législatives)

2 min de lecture

La présidentielle encore « chaude » , les leaders des partis ouvraient déjà le bal des élections législatives prévues en juin.


La soif de revanche était bien présente dans les déclarations des uns et des autres. Un nouveau revers pourrait avoir des conséquences dramatiques , voire un issu mortel , pour certains.

Le résultat de la présidentielle , et la modalité des législatives , appellent à la constitution des blocs des partis d’opposition autour du leader mieux voté.

Mais comment trouver un équilibre entre les velléités de Jean-Luc Mélenchon qui veut réunir la gauche autour de lui ayant l’aspiration d’être le futur Premier Ministre et les aspirations des communistes , socialistes, et écologistes à ne pas être de simples figurants ?

De même, comment envisager un « bloc » entre MLP qui a tant travaillé pour sortir de l’habit de la représentante de l’extrême droite avec Eric Zemmour qui du radicalisme extrême a fait son fond de commerce et où elle retrouvera quelques cadres de son parti qui a sauté le fossé pour embrasser la cause de l’ancien journaliste ?

Pour ne pas dire de l’ambition de la droite républicaine , dont la ligne politique est ambivalente , entre une potentielle entente avec la future majorité présidentielle sous la forme d’un pacte de gouvernement ( comme suggéré par Nicolas Sarkozy) et la ligne d’autonomie ( celle majoritaire ) , voir d’un clin d’oeil à l’électorat d’extrême droite ( Eric Ciotti). Sans compter l’appel à prendre le large , comme déjà fait par quelques barons au niveau territorial , vers de nouveaux …horizons.

L’analyse du vote du premier et deuxième tour au niveau de chaque circonscription ne sera pas étrangère à établir les positions et influencera les arbitrages. Et oui, il y a les députés sortants qui veulent être réélus, les nouveaux aspirants…, les équilibres entre les diverses sensibilités a trouver. Mais comme on sait, la politique est l’art du possible.

Intéressant à ce sujet sera l’impact du vote dans le département où Emmanuel Macron et MLP sont pratiquement à égalité ( 50,1 pour le président et 49,8 pour sa rivale) alors que dans les petites communes et villages , la frontiste a remporté la majorité , contrebalancée par le vote des grandes villes Nice, Cannes, Antibes, Grasse, …sauf Menton.

A Nice,: Emmanuel Macron 55,39%, MLP : 44,61%. On voit bien que l’engagement et l’action de Christian Estrosi ont pesé lourd dans ce résultat. Il peut en être légitimement très satisfait:  » Son bilan et son projet ont conduit les Français à un vote de raison. Je suis fier de l’avoir accompagné et salue tous mes collègues élus locaux qui n’ont pas failli face au risque de l’extrême droite ».

Les prochaines semaines , quand les candidatures devront être choisies , ne manqueront certainement pas de piment.

à lire

Reportages