30.1 C
Nice
10 août 2022
30.1 C
Nice
10 août 2022
spot_img

Derniers Articles

Nissa Rebela organise un grand apéro porchetta et vin rosé rue de Suisse.

2 min de lecture

-Vendredi 4 mars à 18 heures

Communiqué de Nissa Rebela: « Le 18 juin dernier, les identitaires révélaient le scandale des prières musulmanes bloquant la rue Myrrha à Paris à travers le fameux « apéro saucisson-pinard ». Un rassemblement a alors réuni plus de 1 000 personnes.
Depuis, de nombreuses personnalités politiques se sont positionnées sur cette délicate question, jusqu’au Président de la République lui-même qui a estimé tout récemment que ces prières publiques devaient cesser et qu’un grand débat sur la place de l’islam dans notre société devait être ouvert.
Le 10 février, les identitaires niçois de Nissa Rebela révélaient que de telles prières existaient aussi à Nice et que la rue de Suisse, dans le quartier Notre-Dame, était bloquée de manière régulière et récurrente depuis plusieurs mois. Cela alors même que le maire, Christian Estrosi, avait répété à plusieurs reprises depuis le début de l’année (notamment lors du talk Orange-le Figaro du 18 janvier) qu’il voulait que ces prières soient interdites. Christian Estrosi semblait alors demander dans les médias ce qu’il n’appliquait pas dans sa propre ville…
Les identitaires lui laissaient alors le bénéfice du doute : peut-être n’était-il pas au courant de cette situation ? L’affaire étant désormais révélée, Nissa Rebela réclamait un arrêt municipal d’interdiction.
Le 17 février, sous l’impulsion des identitaires, les médias s’emparaient de l’affaire (Nice Matin, le Petit Niçois, France 3) et Christian Estrosi répétait une fois de plus qu’il souhaitait interdire les prières musulmanes dans la rue. Depuis, toujours rien…
Dans Nice Matin, la municipalité esquissait l’idée qu’un accord avait été trouvé avec les musulmans de l’association Moubarak, « afin d’éviter une polémique ultra-politisée en ces temps pré-électoraux ». Nous vous ferons des révélations là-dessus bientôt… mais il n’en reste pas moins que nous souhaitons que cette occupation illégale des rues niçoises cesse DÉFINITIVEMENT !
Ce matin, lors d’une nouvelle conférence de presse et face à l’inaction de Christian Estrosi et son équipe, Philippe Vardon a annoncé (après le témoignage poignant d’un habitant du quartier décrivant son sentiment d’abandon) que les identitaires allaient désormais agir sur le terrain pour faire éclater la réalité de la situation au grand jour et forcer la mairie à AGIR.
La demande d’autorisation a été effectuée aujourd’hui auprès des services de la Préfecture. Mais il semble évident qu’un Préfet tolérant depuis des mois l’occupation de nos rues par des prières publiques musulmanes, ne saurait interdire un événement festif et revendicatif ayant comme but de rendre ce quartier aux Niçois pendant quelques heures ».

à lire

Reportages