9.5 C
Nice
5 décembre 2022
9.5 C
Nice
5 décembre 2022
spot_img
Inès Scharff
Inès Scharff
Journaliste pour Nice Premium depuis Janvier 2022

Derniers Articles

« Modèles marins. Dessiner la régénération », l’exposition d’Irene Kopelman à découvrir au MAMAC

3 min de lecture

Après une première invitation au MAMAC en 2018, une nouvelle collaboration entre le musée et l’artiste Irene Kopelman voit le jour. « Modèles marins. Dessiner la régénération », une exposition à découvrir au MAMAC du 24 septembre 2022 au 2 avril 2023.

Entre Art et Science

Cette exposition est le fruit du travail inédit d’Irene Kopelman avec deux laboratoires de recherche, un dialogue fructueux entre scientifiques et découvertes du paysage de nos écosystèmes.

Cela fait dix années qu’elle s’intéresse et étudie les écosystèmes. Cette fois-ci, Irène Kopelman a souhaité se pencher sur notre écosystème, la Méditerranée. Pour cela, elle a donc travaillé de longs mois avec le Laboratoire de Biologie du Développement de Villefranche-sur-Mer (LBDV) et avec l’Institut de Recherche sur le Cancer et le Vieillissement de Nice (IRCAN), membre de l’Institut Fédératif de Recherche Ressources Marines (IFR MARRES). Ces laboratoires ont la spécificité de travailler sur des micro-organismes marins qui sont des invertébrés. Ces organismes ont la capacité de se régénérer, et c’est de cette spécificité que ses œuvres vont découler. Elle va analyser et représenter le processus de régénération.

Ainsi, ses dessins, œuvres de verre, pièces en céramique et peintures témoignent de cette recherche. Bien que l’entrée principale soit le sujet, c’est-à-dire la partie scientifique, Irene est avant tout une artiste peintre. Elle restitue ce qu’elle perçoit à travers ses œuvres. L’acte du dessin participe au processus de compréhension mais n’intervient qu’après une familiarisation avec les caractéristiques de la créature.

Irene Kopelman

Irene Kopelman est une artiste argentine dont le travail explore la relation entre la science et l’art. Elle a étudié à l’école des Arts de l’Université Nationale de Cordoue puis en 2002 est lauréate du programme de résidence Rijksakademie à Amsterdam.

Fascinée par les cabinets de curiosités et les représentations des paysages, elle explore des écosystèmes exceptionnels du globe en quête de compréhension des mécanismes du monde vivant. Sa méthode : regarder, prendre des notes, réfléchir puis dessiner.

 

à lire

Reportages