21.8 C
Nice
17 août 2022
21.8 C
Nice
17 août 2022
spot_img

Derniers Articles

Marcel Zamora, vainqueur d’IronMan de Nice : « Ma victoire est une revanche »

3 min de lecture

jpg_ironmanpodium.jpg Martina Dogana (vainqueur femme et recordwoman de l’épreuve) : Tout était bon pour moi dimanche. C’était un beau jour. C’est simplement merveilleux. En vélo, j’ai gardé mon rythme. Je suis restée tranquille même si les filles m’ont dépassée. Après cent kilomètres je les ai rejointes. Sur la Promenade des Anglais, j’ai couru comme je sais faire. Je suis très contente. Je veux remercier le public qui nous a encouragés.

Katja Schumacher (deuxième) : Quand j’ai débuté le marathon, je voulais suivre le rythme de Martina pour gagner la compétition. Mais j’ai vite vu que c’était impossible. Elle était trop forte. Alors j’ai géré ma course en me concentrant sur Alexandra Louison pour conserver ma deuxième place.

Alexandra Louison (troisième) : J’ai perdu six minutes après ma crevaison. Je n’ai pas l’habitude de crever. Même si j’avais un boyau de remplacement sous ma selle, j’ai eu peur de paniquer en le changeant et perdre plus de temps. Alors j’ai roulé avec une roue à plat. Beaucoup de filles m’ont doublée. Je n’arrivais pas à aller plus vite. J’ai commencé le marathon démotivée. Je me suis dit qu’il ne fallait pas que j’ai cet état d’esprit pendant 42 kilomètres. Le public m’a motivée, redonnée courage. J’ai retrouvé l’envie grâce aux supporters. Mais Martina était trop forte pour gagner.

Marcel Zamora (vainqueur hommes) : « Je remercie les organisateurs. C’était encore mieux que l’an dernier. Mike n’était pas mon principal rival (ndlr : Mike Aigroz avait huit minutes d’avance avant le marathon). J’avais peur de ne pas y arriver car j’ai eu des soucis cette année. La victoire était une revanche. Elle a un goût spécial et le temps n’était pas le plus important. J’ai été victime d’un accident en moto. J’ai réfléchi longtemps et jusqu’au dernier moment. Je me suis engagé dans la course en me disant que je verrais bien comment mon corps répondrait sans savoir si je pourrais continuer l’IronMan jusqu’au bout. Maintenant, je vais voir comment je récupère. Si ça va, je ferais l’IronMan 70.3 de Monaco pour essayer de faire une troisième fois le doublé Nice/Monaco.

Hervé Faure (deuxième) : « Je veux féliciter Marcel et l’organisation. Je suis toujours très bien accueilli ici. J’ai toujours beaucoup de plaisirs. J’aurais aimé gagner mais Marcel était trop fort. La course était dure. Les conditions météo aussi. J’ai eu des soucis gastriques en vélo. Le marathon est parti très vite. Je ne pouvais pas suivre. J’avais peur de me griller. J’ai augmenté mon rythme et j’ai repris mes adversaires un à un. J’ai même repris un peu de temps à Marcel. J’ai fléchi sur la fin. La course m’a amené de l’expérience. L’année 2008 se poursuit avec comme objectif le championnat du monde et l’IronMan d’Hawaï.


Patrick Bringer (troisième) :
« Ma troisième place est une confirmation. C’est mon neuvième triathlon et c’est mon cinquième podium. J’ai acquis une certaine régularité.
J’ai encore pris beaucoup de plaisirs sur cette course. Il y avait beaucoup d’ambiance. C’était une belle fête pour tout le monde.
Depuis le 15 octobre et la reprise de l’entraînement, je pense à cette course. Je suis sorti dans les cinq premiers en natation. J’ai hésité à attaquer en vélo mais j’avais confiance dans mon marathon. J’ai essayé de suivre Marcel. J’ai passé un semi marathon devant Hervé Faure. C’est une belle performance et une belle satisfaction d’avoir mis de gros adversaires derrière moi. Il y a un top 10 très fort.
J’hésitais à revenir l’an prochain. C’était mon troisième IronMan de Nice. J’aime bien changer de programme. Mais là, dès l’arrivée, je me suis dit : j’ai très envie d’être à nouveau là l’an prochain.

à lire

Reportages