26 C
Nice
19 août 2022
26 C
Nice
19 août 2022
spot_img

Derniers Articles

Les dossiers de Nice-Premium: l’association sportive ANICES efface l’handicap

4 min de lecture

Rare dans le paysage azuréen, l’association ANICES, présente depuis 2007, se donne comme mot d’ordre la sensibilisation et l’intégration des personnes déficientes visuelles par la pratique de l’activité physique et culturelle, notamment par l’intermédiaire du Torball, un sport adapté à ce type d’handicap.


Certaines associations se revendiquent d’utilité publique. D’autres n’ont pour but que le simple loisir de leurs adhérents dans la pratique d’un ou plusieurs sports. Enfin il y en a de très rares qui peuvent se targuer d’être les deux à la fois. C’est le cas de l’association A.N.I.C.E.S. (Association Niçoise d’Initiatives Culturelles Et Sportives). Sa principale préoccupation : « développer les sports, la culture et les loisirs pour déficients visuels et valides sans distinction de race, de degré d’handicap, de sexe et d’âge », selon son président Sébastien Filippini. La vitrine, et l’objectif numéro 1 du club, semble être la promotion d’un sport encore méconnu du grand public : le Torball.

Le Torball : kézako ?

Le Torball (prononcer « torbal ») est un sport adapté aux personnes déficientes visuels. Le ballon contient des clochettes pour permettre aux joueurs de le localiser. Un match se déroule sur un terrain de 16 mètres sur 7, et est divisé en deux mi-temps de 5 minutes. Le but du jeu est de marquer le plus de buts possibles dans le temps imparti. Les tirs sont effectués à la main et doivent passer sous une ficelle sonore située au milieu du terrain, à 40 cm du sol. Pour stopper, dévier ou attraper les tirs, les joueurs défendants ont tout leur corps à leur disposition. En cas d’égalité à la fin du temps règlementaire, des prolongations ont lieu. Evidemment les règles s’adaptent au degré de handicap des joueurs.

Mais pour en faire une vitrine de l’association, encore faut-il obtenir des résultats probants dans ce sport. Et c’est le cas, puisqu’ANICES vient de gravir encore un échelon en accédant cette saison en deuxième division. Bien que malmenés à l’issue des matchs aller qui se sont déroulés le 18 décembre dernier à Besançon (deux victoires pour quatre défaites), les Niçois ne sont qu’à un seul point au classement général, de leurs concurrents directs pour le maintien, le ASAA Strasbourg et le CAH Clermont-Ferrand. Les rencontres retour auront lieu dans six mois, le 18 juin.
Entre temps, les azuréens participeront à plusieurs tournois afin de bien se préparer en vue du maintien en D2 : le 5 février à Tours, le 19 mars en Martinique puis, le 2 avril à Nice où l’association recevra Paris, Tours mais aussi des équipes étrangères telles que Bolzano et Turin (Italie), Bruxelles (Belgique), Munich (Allemagne ou encore Salzbourg (Autriche).
Une équipe a aussi été monté pour participer aux compétitions dans la catégorie féminine cette année. Elle commencera avec un tournoi amical à Lyon le 15 janvier.

Vélo, tandem… Et maintenant athlétisme

Si cette jeune association n’existe que depuis septembre 2007, elle propose différentes pratiques sportives comme le vélo, en solo ou en tandem. A noter d’ailleurs que la section cycliste handisport accueille cette saison un sportif de haut niveau en la personne de Benjamin Landier, champion de France du contre-la-montre en 2010, quatre sélections en équipe de France et 12e mondial au classement UCI. La catégorie tandem, quant à elle, a vu la participation de trois duos (Léna Pichot-Sandrine Filippini, Roger Mombru-Robert Sellem, Benjamin Landier-Bernard Berger) et un vélo (Patrice Barattero) au téléthon 2010, le 4 décembre dernier, pour un parcours de 80 km, Saint Laurent/Mandelieu aller-retour.

ANICES compte aussi une branche multisports, avec notamment des compétitions de descente en FTT (Fauteuil Tout Terrain) en solo ou en tandem. Enfin, on peut souligner qu’une section d’athlétisme vient de voir le jour au sein de l’association. Elle prendra part aux compétitions handisport dès cette saison.

Sensibiliser les enfants en amont

Mais même si les bonnes performances en compétition sont au premier plan du point de vue médiatique, c’est tout le travail de sensibilisation en amont qui doit être mis en avant. C’est-à-dire cette volonté d’intégrer dans les écoles et les collèges du département ce type d’activité, au même titre que le basket-ball, le Hand-ball ou encore le football. Plusieurs établissements sont déjà partenaires de l’association, comme le collège Louis Nucéra et l’école primaire Terra Amata de Nice ou encore l’école primaire Aimé Legall de Mouans-Sartoux.

En définitive, ANICES c’est, comme le dit la devise de l’association, «l’échange, l’écoute, l’attention et pas l’indifférence ! Peu importe la performance, ce qui compte c’est la somme des efforts réalisés pour atteindre un niveau fixé par chacun. »

à lire

Reportages