30.1 C
Nice
10 août 2022
30.1 C
Nice
10 août 2022
spot_img

Derniers Articles

Le malheur de ne pas avoir d’opposition éthique

6 min de lecture

Lorsqu’un gouvernement démocratique remplit ou, à certains égards, dépasse ses promesses, l’opposition légitime a du mal à accomplir son travail démocratique. Cependant, certaines lignes qui sont franchies en République dominicaine et qui brisent les principes fondamentaux de l’éthique politique et du sens de l’État ne peuvent jamais être franchies.

Dans un pays démocratique, le travail de l’opposition est crucial en tant qu’élément de contrôle du gouvernement en place. Ils ont l’obligation d’identifier toute erreur de l’exécutif ou la mise en œuvre de mesures injustes qui vont à l’encontre des intérêts du peuple.

Cependant, lorsque l’opposition, peut être constituée d’un ou de plusieurs partis, confond les intérêts du peuple avec les siens, la démocratie a un problème car ce qui est légitime devient un obstacle au développement des sociétés

De plus, si l’on ajoute à cela l’utilisation de « coups bas » à travers des systèmes de propagande soutenus par certains médias et, surtout, à travers des campagnes parfaitement orchestrées sur les réseaux sociaux, l’opposition devient terriblement humaine, injuste et, par conséquent, corrompue et fallacieuse. La corruption contre le droit à une information véridique est la pire forme de corruption.

Depuis des décennies, j’écris, je publie et j’enseigne dans des forums, des conférences et des universités que la pire corruption qui puisse exister dans une démocratie est celle des médias, puisque ce qui est à vendre est la liberté elle-même. Cependant, le développement des nouvelles technologies a créé une autre corruption, encore plus néfaste, qui est l’impunité des réseaux sociaux.

Les différentes plates-formes sont-elles devenues un repaire de canulars et de fake news qui sont ensuite repris par de nombreux médias, une nouvelle technique pour communiquer aux citoyens qui n’acceptent pas les réseaux sociaux comme un moyen de communication libre et indépendant ? Ce phénomène éventuel devrait peut-être faire l’objet d’une enquête juridique et professionnelle du point de vue de la sociologie appliquée, et si c’est le cas, elle devrait être menée à travers une application légale du droit civil et pénal, même si, à première vue, il s’agit d’un contenu manipulé qui n’a que l’intention d’offrir au public une fausse réalité qui devient virale et.., A partir de là, elle devient une partie des médias. A partir de là, nous entrons dans la dynamique dans laquelle la vérité a perdu la bataille,

et la vérité ne peut jamais être déformée dans aucun système de coexistence, et encore moins dans la démocratie, car elle représente et est sans aucun doute à l’usage de la liberté des citoyens, du peuple libre en général, l’ajustement entre la compréhension et la réalité

médias sociaux et les différentes plateformes de diffusion en continu sont également devenus une arme politique essentielle, surtout si l’on veut que l’opposition soit totalement dépourvue d’éthique, de dignité humaine et des valeurs attendues d’une opposition démocratique

Avec ces nouveaux outils, les gens peuvent être manipulés très facilement et sans aucune responsabilité. Il n’est pas nécessaire de montrer son visage, il suffit de créer un faux profil et de lancer le message avec un hashtag accrocheur. Les informations sont peu développées, seulement 300 caractères accompagnés d’images ou de vidéos au contenu bien choisi. Contrairement aux médias, dans les réseaux, il n’y a pas de journal ou de société d’édition qui assume les conséquences juridiques d’une fausse information ou analyse. Les médias sociaux ne nécessitent pas le même type de contrôle et d’analyse des documents que les médias. Les réseaux peuvent publier et diffuser des informations sorties de leur contexte ou périmées. Le problème est que l’opposition utilise ce contenu, en lui donnant un vernis de véracité, pour user le gouvernement

Cependant, les citoyens consomment de plus en plus de contenus sur les réseaux et de moins en moins de médias libres et indépendants.

C’est plus facile et ceux qui utilisent ce qui est publié avec ces outils dans le cadre de leur stratégie politique le savent, une erreur grossière du politicien éthique qui confond ces outils avec une idéologie, des idées, une pensée, une stratégie sociale et politique réfléchie et des programmes gouvernementaux, profitant de ces magiciens, gourous ou trilatéralistes en cravate qui utilisent le marketing plutôt que le débat et la vérité

Ce phénomène se produit dans presque tous les pays du monde. Nous le voyons dans la façon dont les mouvements « pro-Trump » continuent de diffuser du contenu pour faire croire aux Américains qu’il y a eu une fraude électorale en 2020, alors qu’il a déjà été prouvé que ce n’était pas le cas.

Pourtant, des millions de personnes continuent d’y croire grâce à la diffusion des réseaux sociaux, des plateformes de streaming et des podcasts. La République dominicaine n’est pas novice en la matière et le manque d’éthique et de scrupules d’une opposition formée par des partis qui pensent que le pouvoir leur appartient par la grâce de Dieu conduit à une situation qui confine à la désinformation Pour le PLD et Leonel Fernández, le seul objectif est de récupérer la présidence par tous les moyens et avec toutes les méthodes, même si pour cela ils ont besoin d’un réseau de désinformation, de canulars et de fake news pour transmettre au public une réalité qui ne correspond pas à ce qui se passe réellement en République dominicaine sous la présidence de Luis Abinader.

Lorsqu’ils recourent à des tactiques immorales et à l’absence de dignité démocratique comme seule stratégie politique de l’opposition, cela signifie que, premièrement, le seul objectif du PLD et de Leonel Fernández est de faire tomber Luis Abinader par tous les moyens, même si c’est avec des mensonges comme bannière. Deuxièmement, s’ils ne disposent de ce système que pour s’opposer à l’administration du président dominicain et à sa nouvelle façon de gouverner, alors l’opposition soutient et loue le président Abinader.

Enfin, il semble incroyable que Leonel ait recours à de telles tactiques alors qu’il sait ce que c’est que de gouverner, mais peut-être que ce qu’il n’a pas appris au cours de ses 12 années de présidence, c’est d’être humainement et démocratiquement digne de la fonction qu’il occupe. Le peuple dominicain, dans sa sagesse populaire, le sait et n’est pas prêt à l’oublier comme le font ceux qui continuent à utiliser la technique de la tromperie.

à lire

Reportages