Récupération de Donnèe
11 C
Nice
24 février 2024

Le réamenagement du Ray prend forme

Derniers Articles

Quand les caisses sont vides, ce n’est pas la peine de rêver, il vaut mieux faire preuve de pragmatisme. Béton vert ou vert béton, c’est le couplé gagnant du projet d’aménagement, de requalification et de valorisation du site de l’ancien stade du Ray°, lieu emblématique de l’histoire sportive de Nice.


En synthèse, la construction de 250 logements (30% locatifs) permettra à la municipalité de financer la requalification de plus de 6 hectares en équipements publics et commerciaux, du stationnement ( 658 places), tout en maintenant un équilibre entre espaces verts et sportifs.

Un deal qui ne plait pas forcément à tout le monde (voir la déclaration du président du groupe PS Patrick Allemand ci-dessous) mais qui est sans alternative : « C’est ça ou on garde la friche actuelle » a dit avec clarté le maire de Nice, Christian Estrosi, aux quelques habitants du quartiers qui hochaient la tête à l’annonce du triplement du nombre de logement par rapport à d’autres prévisions.

Mais, les promoteurs ne sont pas des mécènes et à 80 logements, le compte n’y était pas. Et quand on parle d’un investissement (direct et indirect) global de plus de 100 millions d’euros, il vaut mieux compter juste !

Reste que ce projet s’inscrit sur cet axe structurant qui le relie à la Gare du sud, aujourd’hui en phase chantier, et de Thiers/Jean Médecin, en cours de modernisation.

Plus loin, à l’horizon, on trouve la coulée verte.

Le jury de sélection, dont les membres, désignés par le conseil municipal avaient la responsabilité du choix d’un projet lauréat, qui sera soumis au prochain vote du Conseil Municipal (en juin) ont fait le choix d’ un « éco quartier » niçois : c’est donc celui de la maison Edouard François, architecte de renommée internationale, accompagné du cabinet niçois (ABC) de l’architecte Jean-Philippe Cabane, qui a été fialement retenu.

Ce projet a été préféré pour sa qualité paysagère, à travers la proposition d’un vaste parc de loisirs urbains de près de 3 hectares (+de 50% de l’espace total ), qui comprendra la réalisation de jeux d’enfants et qui comprend également la réhabilitation du jardin Mouchan existant (0,3 hectares).

La réalisation d’une salle d’escrime de 600 m et d’un Dojo de 3 000 m², en réhabilitation d’un local commercial existant (Carrefour ), et l’extension et la modernisation de l’école du Ray,

La production enfin d’une offre complémentaire de logements (250) . Cette partie comprendra 5 000 m2 de commerces en rez de chaussée des bâtiments (transfert du Carrefour Market existant de l’autre côté du boulevard, à côté de la tour où s’installera le Dojo)

Au total sur une superficie totale du site de 6 ha : environ 3,2 hectares sont déjà occupés (groupe scolaire, bâtiments logements), 1 hectare de construction nouvelle prévue par l’opération et 2,8 hectares préservés et aménagés en parc urbain paysager.

L’iter administratif et les autorisations permettent d’envisager un début des travaux de démolition en 2016, les premières livraisons de logement fin 2018, pour arriver à la fin de l’opération en 2019.

A marge du projet, le TC Méditerranée trouvera aussi une destination définitive: les locaux du tennis seront relocalisés à proximité des terrains qui seront préservés en l’état.

Enfin, concernant la création d’un terrain de grand jeu homologué situé à Nice nord en remplacement du stade Kockzur FERRY, lequel sera supprimé dès le début du 1er semestre 2016. Cette relocalisation est envisagée sur la parcelle «Les Mourailles », qui est située en limite de la bretelle de sortie de l’autoroute A8 au pied de la colline de GAIRAUT.

Il s’agira de réaliser un terrain de football à 11 en revêtement synthétique , exclusivement dédié à la pratique du football s’insère dans un parc naturel aménagé qui comprendra un parcours sportifs, des aires de découverte environnementale et des cheminements piétons.


Déclaration de Patrick Allemand

Projet du Ray : ESTROSI otage des promoteurs

La présentation du projet du Ray aux comités de quartiers et à la presse a confirmé ce que l’opposition dénonce depuis la construction de l’Allianz Riviera. Les caisses de la ville sont vides et l’endettement est à son maximum.

Résultat, pour construire les équipements publics nécessaires et qui font consensus – dojo, parking de 568 places, salle d’escrime, terrain de grand jeu – le maire est contraint de les faire financer par les promoteurs immobiliers.

Entre les promesses du candidat ESTROSI en 2014 et la réalité du projet présenté ce soir, le nombre de logements a été multiplié par trois, passant de 80 à 250. La bétonisation du Ray est en marche et nous allons nous y opposer résolument.

Auteur/autrice

spot_img
- Sponsorisé -Récupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de DonnèeRécupération de Donnèe

à lire

Reportages