22.6 C
New York
mercredi, octobre 27, 2021
spot_img
No menu items!
More
    No menu items!

    Latest Posts

    Précarité étudiante : « Je ne veux pas me retrouver dans la situation de l’année dernière »

    La crise sanitaire affecte particulièrement les étudiants. Alors à l’approche de cette nouvelle rentrée, différents dispositifs sont mis en place pour les soutenir, entre colis alimentaires, aide financière, et accompagnement psychologique.


    Les nouveautés du Crous

    Pour cette rentrée universitaire le Crous ajoutent des nouvelles dispositions aux mesures déjà en vigueur. Les bourses augmentent de 1 %. Ce qui représente un total de 40 € sur 10 mois pour un élève boursier échelon à l’échelon 4.

    Le dispositif des repas à 1 € euros est reconduit pour les élèves boursiers. Toutefois, les étudiants non-boursiers en situation précaire peuvent faire une demande sur le site internet du Crous. pour bénéficier du dispositif.

    Pour la deuxième année consécutive, les frais d’inscription et les loyers ont été gelés. Les étudiants référents continuent leur travail. Ils ont pour vocation de lutter contre l’isolement et d’orienter les nouveaux étudiants.

    À Nice, les 10 résidences universitaires du Crous ont subi des rénovations. Notamment la résidence jean médecin. Pour rappel l’une des promesses d’Emmanuel Macron était la création de 60 000 logements, étudiants. Mais Libération révèle que 16 327 logements ont état construit actuellement.

    L’une des nouveautés de la rentrée est le « #Pacte CROUS » qui a pour but d’encourager une « restauration durable » avec des produits, bio, labellisés, écoresponsable et d’origine française dans les cafétérias universitaires.

    crous_851x315_fb_affiche-generique_pacte-crous.jpg

    « Les aides du Crous ne suffisent pas»

    « Je ne veux pas me retrouver dans la situation de l’année dernière. » confie Amandine la boule au ventre. Cette étudiante en droit de 22 ans s’inquiète d’être une nouvelle fois confronté à des problèmes financiers.

    À demi-mot, la jeune femme explique avoir connu une période difficile.
    « Je suis boursière, mes parents ne peuvent pas vraiment m’aider et honnêtement dans mon cas les aides du Crous ne suffisent pas, à la fin du mois il me reste exactement 34 € » ironise-t-elle entre deux gorgées d’eau.

    Lors de son dernier rapport l’Unef ( l’Union des Étudiants de France) a annoncé que le budget d’un élève a augmenter de 2,5 %.

    La crise sanitaire a accentué les difficultés des étudiants. Toutefois, le rapport de l’Unef dénonce avant tout un problème « structurelle» . Depuis 2017, le gouvernement a divisé par 6 les aides directes versées aux apprentis alors qu’ils sont de plus en plus nombreux.

    Une situation difficile, c’est aussi ce qu’a vécu Dylan âgé de 19 ans. Employé de supermarché, il a perdu son travail pendant la pandémie. « Il m’est arrivé de ne pas pouvoir payer mon loyer et personne ne peut m’aider. »

    fustige l’étudiant en lettres avant d’aspirer la dernière bouffée de sa cigarette.

    Il a le sentiment d’avoir été emporter dans une spirale infernale entre stress et dépression. « C’est déjà angoissant de gérer ses études, alors imaginer perdre le travail qui vous permet de vivre dignement. ». Les bras croisés il continue « J’ai vu ma santé mentale décliner ».

    Outres les problématiques financières, tout deux se disent en inquiet d’être une nouvelle confiné et par extension isolées.

    La gorge nouée et les yeux vitreux Amandine s’indvbxcbvccbcvigne « J’ai l’impression qu’il ne réalise pas que c’est notre avenir qui est en jeu, on construit notre futur aujourd’hui ! Le gouvernement français ne peut pas nous laisser décrocher ou abandonner à cause de problème financier ! » souligne-t-elle.

    Les associations se mobilisent

    « Pendant la crise sanitaire on a reçu beaucoup de messages d’appel à l’aide » constate Camille Santucci la présidente de l’association « Le Café Suspendu ». L’organisme offre des colis alimentaires, accompagnent les étudiants étrangers isolés et met en place un système de parrainage qui a permis de mettre en contact 100 élèves isolés avec des familles.

    L’initiative a apporter à ces jeunes un réel soutien. « Récemment j’ai reçu un jeune que l’association a accompagné, il m’a confié être toujours en contact avec la famille qu’on lui a présenté. Ils ont même payé ses frais de scolarité ». témoigne l Camille Santucci.

    Latest Posts

    spot_imgspot_img

    Don't Miss

    Stay in touch

    To be updated with all the latest news, offers and special announcements.