26.2 C
Nice
13 août 2022
26.2 C
Nice
13 août 2022
spot_img

Derniers Articles

Une longue histoire d’amour entre les artistes russes du XIXe siècle et la Côte d’Azur :de Gogol et Tchekhov à Herzen en passant par Fricero, Marie Bashkirtseff et Aïvazovsky

2 min de lecture

Samedi 20 novembre 2010 à 14h15 et 15h45
Théâtre de la Photographie et de l’Image – Nice

Notre patrimoine garde une empreinte slave qui a su si bien s’unir avec le caractère singulier des Niçois et Niçoises.

Dans le cadre de l’année de la Russie, la délégation Patrimoine historique, Langue et Culture niçoises organise un cycle de conférences permettant d’avoir un regard exhaustif sur la présence russe à Nice à travers les monuments, les artistes et hommes politiques qui ont contribué à façonner notre territoire.

Samedi 20 novembre sera l’occasion d’assister à la conférence « Une longue histoire d’amour entre les artistes russes du XIXe siècle et la Côte-d’Azur », par Alex Benvenuto, écrivain.

La présentation du tableau inédit du peintre russe Yvan Aivazosky, Clair de Lune sur Nice, daté de 1846, et la présence de la petite-fille de Igor Stravinsky, qui séjourna à Nice, rendent cette conférence tout à fait exceptionnelle.

L’intérêt que les Russes ont manifesté pour la Côte d’Azur remonte assez loin dans le temps. C’est avec l’arrivée et la présence ininterrompue de la famille impériale, de 1856 à 1917, que l’arrivée des riches hivernants russes s’accélère. Ils attirent dans leur sillage toute une noblesse russe et surtout de nombreux artistes.

La première guerre mondiale terminée et la Révolution bolchevique faisant rage, Nice voit arriver une aristocratie ruinée. Deux mille russes sont recensés dès 1918. Certains décident de s’y installer et de refaire leur vie.

Un tableau de Marie Bashkirtseff, la vie du peintre niçois Fricéro qui épousa une fille de Nicolas Ier, l’histoire de Gogol et d’Aïvazovsky, l’hôtel où vécut Romain Gary adolescent, les œuvres de Stravinsky, le cimetière russe et la tombe de Katia, la Tsarine Alexandra pleurant son fils mort à Nice, les grands navires de guerre dans la rade de Villefranche, sont autant d’images qui font ressurgir du passé les lieux et les hommes.

à lire

Reportages